En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Feuilles de blé attaquées par la septoriose Fongicides sur blé tendre

Résistance de la septoriose : la situation s’aggrave

26 novembre 2015

Même si les souches les plus résistantes aux fongicides restent encore minoritaires, leur fréquence a plus que doublé entre 2013 et 2015.

Une progression importante des souches à résistance moyenne et forte

L’analyse des 263 échantillons récoltés par le réseau performance en 2015 montre que la fréquence des phénotypes de septoriose les plus résistants aux triazoles (détectés depuis 2008), qui avait quasiment doublé entre 2013 et 2014, est en légère progression en 2015. Ils sont présents dans 18,9 % des échantillons contre 16,1 % l’an dernier et 8,5 % en 2013. A noter que les résultats 2014 ont été obtenus sur un nombre plus limité d’échantillons, collectées exclusivement sur les parcelles non traitées. La comparaison avec 2013 est donc plus pertinente.

Ce sont surtout les souches « MDR », très résistantes à la plupart des IDM (triazoles, prochloraze…) et faiblement résistantes aux SDHI, qui progressent : leur fréquence a quadruplé entre 2013 et 2015, passant de 1,9 % à 7,9 %.

Quant aux souches présentant de forts niveaux de résistance à un ou quelques triazoles, dites « TriMR évoluées », elles ont doublé entre 2013 et 2015 : elles sont présentes dans 11 % des échantillons contre 6,5 % en 2013.

Les souches les plus sensibles (TriLR) régressent inexorablement et ne représentent plus que 2 % en 2015 (contre 7,2 % en 2014 et 13,4 % en 2013). De leur côté, les souches TriMR restent ultra dominantes (79,1 %) mais leur proportion s’érode régulièrement depuis 2012 – 2 % chaque année). Pour mémoire, ces souches sont faiblement résistantes, et pour une part, entièrement sensibles au prochloraze, en particulier dans les régions de la façade atlantique.

Figure 1 : Evolution de la proportion (%) des phénotypes les plus résistants de Zymoseptoria tritici dans les échantillons prélevés sur les témoins non traité en fin de saison du Réseau Performance depuis 2003.

Légende :
TriLR : souches faiblement résistantes aux triazoles
TriMR : souches moyennement résistantes aux triazoles
TriMR évoluées : souches plus résistantes à un ou plusieurs triazoles
MDR : souches très résistantes aux triazoles et faiblement résistantes aux SDHI.

NB : les résultats 2014 ont été obtenus sur un nombre plus limité d’échantillons.

Pas de résistance formellement identifiée du côté des SDHI en 2015

En 2015, comme les années précédentes, aucune souche moyennement à fortement résistante au boscalid n’a été détectée. Rappelons toutefois que la famille des SDHI est concernée par les souches MDR « multi drug resistance »), avec des niveaux de résistance compris entre 5 et 15 d’après Anne-Sophie Walker de l’INRA Bioger : « il faut une dose de fongicide 5 à 15 fois plus élevée que pour un isolat sensible afin d’obtenir le même effet sur le champignon. A ce titre, il est important de vérifier la capacité des SDHI à sélectionner ces isolats ».

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 27 novembre 2015 par Bodet

TRES BONNE INFORMATION NOUS AVONS ENCORE LES SDHI

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10