En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
boîtier de contrôle et d'automatisation de la ventilation des grains. Conservation des stocks

Refroidir rapidement les cellules de maïs grain après séchage

14 novembre 2019

La conservation des denrées stockées passe par un refroidissement rapide de la masse de grains. En maïs, un premier palier de ventilation amène la température des grains autour de 12-15°C , et un second l’abaisse à 4-8°C. La ventilation doit être déclenchée si la température extérieure est inférieure de 8-12°C à celle des grains.

Les qualités recherchées par les utilisateurs de maïs grain dépendent au moins autant des modalités de récolte (date de récolte et réglages de la moissonneuse) que des conditions de séchage et de conservation des grains.

Avant le séchage, il est recommandé de ne pas stocker le maïs humide fraîchement récolté pendant plus de 24 heures et de le ventiler si possible avec de forts débits d’air frais (70 à 80 m3/h/m3 de grain) pour limiter l’échauffement du grain en attente de séchage. Plus un grain humide et chaud attend avant d'être séché, plus il se dégrade. Il convient donc d'agir le plus rapidement possible après la récolte.

Humidité et température du grain : deux paramètres à contrôler

Le seuil de stabilisation du maïs est situé à 12 % d’humidité. En dessous, le grain ne contient plus d'eau libre ; son activité respiratoire est très faible et il se comporte presque comme une matière inerte. Séché à la norme commerciale de 15 % d’humidité, le maïs n’est pas entièrement stable et il présente des risques de mauvaise conservation. Les moisissures peuvent se développer dès que l’humidité relative de l'air interstitiel est supérieure à 65-70 %. La température du grain a également toute son importance. Une augmentation de 5°C double l’intensité respiratoire et risque d’entraîner de l’auto échauffement. A terme cette situation provoquera une prise en masse, un développement de moisissures (source de production de mycotoxines de stockage notamment d’ochratoxine) et créera un milieu propice au développement des populations d’insectes. Il est donc très important d’abaisser la température du stock le plus rapidement possible.

Deux paliers de ventilation

La ventilation d’automne des maïs a pour objectif d’abaisser la température des grains à un premier palier de 12-15°C dans le mois qui suit la mise en silo. A la sortie du séchoir, la température de la masse de grains peut être encore de 20-25°C. Or, à ces températures, l’activité respiratoire des grains est encore trop importante pour garantir un stockage de qualité. D’un point de vue sanitaire, si la ventilation est lancée trop tardivement, de la condensation risque de se former sur les parois. En effet l’air froid mis en mouvement se réchauffe et se ré humidifie légèrement au contact des grains. Lorsqu’il se retrouve au contact des parois froides, il génère de la condensation sur celles-ci, faisant apparaitre des phénomènes de croûtage et de moisissure.

Figure 1 : Plus la température et l'humidité des grains sont élevées, plus les risques de dégradation sanitaire sont forts

Dès les premiers froids courant décembre, une deuxième ventilation de refroidissement doit être lancée pour atteindre une température de masse de grains de 4-8°C. A ces températures, les dégradations enzymatiques, chimiques ou biologiques sont bloquées. De plus, ce second palier constitue l’assurance de prévenir le risque de colonisation de la masse par les insectes et de développement de la flore de stockage, sous réserve que la teneur en eau ait bien été ramenée à 15 % maximum.

Mesurer la température de la masse de grain

Pour lancer la ventilation, il faut connaître la température de la masse de grain à ventiler. En effet, pour être efficace, elle doit être déclenchée lorsque la température de l’air ambiant est inférieure de 10-12°C à celle des grains, et stoppée dès que l’ensemble du stock a été refroidi.

L’installation d’une automatisation de la ventilation par thermostat facilite la gestion de refroidissement des grains, permet d’optimiser la rapidité et du refroidissement et donc la qualité du grain.

Automatiser  la ventilation pour être efficace L’installation d’un système composé d’un thermostat et d’un compteur horaire permet le déclenchement automatique de la ventilation dès que la température extérieure est suffisamment basse, et son arrêt lorsque les conditions ne sont plus favorables. Ainsi, plus besoin d’être sur place et plus d’oubli d’arrêt le matin ! Ce système permet de mettre à profit toutes les heures favorables, procure un confort d’utilisation et allège votre facture énergétique. Une étude du CRA de Gembloux publié en 2011 conclut qu’une ventilation automatisée entraîne un potentiel de gain énergétique de l’ordre de 48 %, un essai ARVALIS - Institut du végétal mené la même année confirme cet ordre de grandeur. Le retour sur investissement est donc très rapide.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10