En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Identifier les auxiliaires de ses parcelles Faune auxiliaire

Reconnaître les invertébrés présents dans ses parcelles en quelques clics

21 mai 2015

A partir de critères simples, comme le nombre de pattes, la forme du corps, la longueur des antennes ou encore les paires d’ailes visibles, un site web vous permet en quelques clics d’identifier les invertébrés présents dans vos parcelles.

Pour mieux appréhender les populations d’auxiliaires présentes dans les parcelles agricoles, le projet Casdar AuxiMORE a produit une clé de sensibilisation à l’identification des principaux invertébrés rencontrés dans les agrosystèmes.

A partir de critères simples liés à l’apparence de l’individu observé, cette clé permet d’obtenir des informations de base comme son régime alimentaire (auxiliaire ou ravageur), la période de présence, les cultures sur lesquelles il peut être présent, les confusions d’identification possibles…

Cette clé est accessible sur le site web http://unebetedansmonchamp.fr/, rubrique « J’ai trouvé une bête… qu’est-ce que c’est ? ».

Figure 1 : Exemple d’utilisation de la clé
On souhaite identifier cet arthropode :

Crédit photo : Nicole Cornec

La première étape est de renseigner son nombre de paires de pattes. Cet invertébré a trois paires de pattes.

Il faut ensuite renseigner si les ailes sont apparentes ou non. Ici, l’insecte observé n’a pas d’ailes, ou alors elles sont cachées sous une carapace.

En renseignant les informations dans les étapes suivantes, la clé indique que l’invertébré observé est une larve de coccinelle.

Le site web est construit pour s’adapter à tout type d’écran (PC, tablette, smartphone…) et laisse donc la possibilité de réaliser l’identification directement au champ.

Toutefois, même si les critères choisis dans la clé pour identifier les invertébrés sont très simples, les sources d’erreur dans la reconnaissance sont nombreuses. En cas de doute, ou pour obtenir des informations complémentaires, il est conseillé de se rapprocher d’entomologistes professionnels, qui sont à même de réaliser des identifications précises.

Une première étape dans l’étude des auxiliaires

L’étude des auxiliaires de culture peut répondre à plusieurs objectifs :

- Vérifier la présence d’auxiliaires dans ses parcelles et appréhender leur diversité.
- Recenser les espèces présentes dans un milieu, en fonction ou non du temps.
- Mesurer l’impact d’un changement de pratique culturale ou de l’installation d’un aménagement extra-parcellaire sur les populations.

Si les protocoles doivent être adaptés pour répondre à ces différents objectifs, le problème de l’identification se pose dans tous les cas. En effet, pour obtenir des informations précises sur les auxiliaires, il est nécessaire de les identifier jusqu’à l’espèce. Ceci permet de comprendre au mieux leur écologie, leur régime alimentaire, leurs exigences en termes d’habitats… qui varient entre les espèces et parfois au sein même d’une espèce. Or, cette identification à l’espèce requiert souvent des connaissances très poussées en entomologie et un temps considérable. Une identification à un rang plus large (famille ou genre de l’auxiliaire) peut tout de même permettre d’obtenir des informations précieuses sur l’individu observé.

AuxiMORE est un projet de recherche financé par le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, coordonné par la chambre régionale d’agriculture de Picardie. Il a réunit entre 2012 et 2014 des organismes de recherche, des instituts techniques, des organismes de développement et des organismes d’enseignement et de formation.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10