En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Blé dur à maturité en 2019 en région Occitanie, avant la récolte Messagerie Occitanie

Récolte imminente du blé dur

27 juin 2019

Malgré un léger retard des stades lié aux pluies et aux températures de mai et juin, le blé dur a atteint la maturité dans quasiment toutes les situations, y compris pour les semis de novembre. A partir de ce stade, les températures caniculaires ne vont plus avoir d’effet sur le remplissage qui est terminé, mais elles vont jouer un rôle sur la rapidité de dessiccation des grains. Les chantiers de récolte approchent...

Moisson proche et risque qualité

Si globalement la maturité est légèrement en retard (les grains sont restés verts très longtemps), le « coup de chaud » va limiter le retard. Les dates de récolte sont finalement proches pour les situations de semis précoces ou dans le centre de l’Aude. Dans les autres situations, elles devraient se situer plutôt tout début juillet.

Même si aucune pluie n’est annoncée, des averses orageuses peuvent survenir localement et impacter la qualité. Il est donc important de récolter au plus vite car une période de pluie après maturité peut entraîner du mitadinage, dégrader le poids spécifique, donner un aspect « lavé » aux grains ou déclencher de la germination sur pied. A l’inverse si la dessiccation est rapide, une récolte trop tardive entraînera un taux de grain cassés plus important.

Garder un oeil sur l'humidité du grain à la récolte

Prévoir la date de récolte, c’est possible grâce aux testeurs d’humidité du grain. Un contrôle de l’humidité au démarrage du chantier de récolte sera le bon réflexe pour poursuivre ou arrêter le travail. En production de blé dur, l’optimum d’humidité se situe entre 16 % et 13 % pour une bonne maîtrise du taux de casse. Il est inutile de retarder la récolte ou d’attendre le dessèchement total des pailles ; ceci engendrera une perte de poids, confrontera la culture aux risques de pluie et donc à la progression du mitadinage.

On peut récolter à partir de 16 % de teneur en eau dans le grain à condition soit de livrer directement à l’organisme stockeur, soit d’avoir une installation de ventilation performante. En effet, lorsque le grain est humide, si la ventilation n’est pas bien conduite, il y a un risque de dégradation des grains par échauffement naturel, notamment à la partie supérieure des cellules, avec développement de moisissures et d’insectes, perte de matière sèche et de qualité. En trois paliers de refroidissement bien menés, l’humidité sera ramenée à 15 %.

Ne pas récolter au-dessus de 16 %, car il faut alors sécher le grain puis le refroidir ce qui est coûteux et lourd à gérer.

En période séchante (pas de reprise en eau par des pluies ou orages), la dessiccation du grain va très vite : -2 à -4 points d’humidité par jour.

Tableau 1 : Stade optimal de récolte du blé dur et risques possibles en fonction du taux d’humidité du grain

Afin d’anticiper les dates de récolte du blé dur, voici quelques prévisions.

Tableau 2 : Estimations des dates de maturité physiologique (date de début de dessiccation des grains) et des dates optimales de récolte sous un climat moyens dans le Sud-Ouest (sans reprise en eau éventuelle liée aux pluies et orages) pour une date de semis au 27 octobre 2018


Tableau 3 : Estimations des dates de maturité physiologique (date de début de dessiccation des grains) et des dates optimales de récolte sous un climat moyens dans le Sud-Ouest (sans reprise en eau éventuelle liée aux pluies et orages) pour une date de semis au 15 novembre 2018

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10