Récolte des essais variétés de maïs grain 2021 en Alsace Messagerie Alsace

Récolte de maïs grain : des rendements prometteurs

28 octobre 2021

Depuis le 25 octobre, les moissonneuses-batteuses sont dans les parcelles de maïs. Malgré ces récoltes plus tardives d’un mois par rapport à la normale, les rendements semblent avoir été préservés.

Des humidités qui ont peiné à descendre

Fin août, soit deux semaines plus tard que les années passées, ARVALIS et la Chambre d’Agriculture d’Alsace ont débuté les prélèvements d’épis dans des parcelles témoins du nord au sud de la région. Quelle stupeur à la lecture des résultats ! La plupart des parcelles de maïs affichaient plus de 55 % d’humidité du grain. En a découlé deux recommandations :
- un dernier apport d'eau entre début et mi-septembre a été conseillé (la date d’arrêt de l’irrigation étant fixée à 50 % d’humidité du grain en sol profond et 45 % en sol léger).
- dès la fin août, les premières simulations qui se basent sur le climat de l’automne des vingt dernières années étaient particulièrement alarmistes : les premières moissonneuses-batteuses ne rentreraient pas dans les parcelles avant mi-octobre.

Grâce à l’été indien que nous connaissons depuis mi-septembre, les grains de maïs perdent lentement mais sûrement l’eau qu’ils contiennent. Les besoins en dessication du grain sont bien connus et sont définis en fonction des sommes de températures journalières: 15 degrés-jour (base 6-30) sont nécessaires pour passer de 50 à 40 % d’humidité du grain, puis 22 degrés-jour pour passer de 40 à 30 %. L’extraction de l’eau est plus difficile en toute fin de cycle, d'autant plus que les températures baissent au fil des semaines.

Figure 1 : Courbes de dessication du grain pour trois variétés à Ensisheim (68) - semis 21 avril 2021
Courbes de dessication du grain pour trois variétés

Le remplissage des grains se termine

En parallèle, le transfert des réserves d’amidon des tiges et des feuilles s’effectue vers les grains. Le remplissage de ceux-ci est effectif jusqu’à environ 32 % d’humidité du grain. On dit « environ », car différents facteurs externes, comme l’état végétatif de la plante, la présence de vent, l’hygrométrie…, font que ce n’est pas pile-poil à 32 % d’humidité du grain que le rendement maximal est atteint. Une plage entre 34 et 30 % serait plus juste.

Pour décider de récolter ou non, d’autres facteurs sont à prendre en compte, comme le coût du séchage habituellement traduit par un barème propre à chaque organisme stockeur (OS). Malgré l’augmentation du prix du gaz, les OS alsaciens ont réussi à freiner l’inflation de ce coût, en proposant une augmentation de 5 % entre 2021 et 2020. Il n’en demeure pas moins que cela reste très élevé : en tablant sur un coût de séchage d’environ 27 €/ par tonne pour une livraison à 30 % d’humidité, la facture est lourde dans le coût de production du maïs. Si la conjoncture mondiale et les prix élevés payés à la récolte 2021 permettront d’absorber une partie de ces charges, qu’en sera-t-il à l’avenir ? Des primes incitatives à la récolte précoce ont pu décider certains de moissonner malgré une humidité encore élevée et un remplissage pas tout à fait maximum. C’est la calculatrice qui a tourné à plein régime avant la moissonneuse.

Figure 2 : Evolution du remplissage du grain pour une variété G2 sur plusieurs lieux
Evolution du remplissage du grain pour une variété G2 sur plusieurs lieux

Figures 3 et 4 : Evolution du remplissage du grain pour une variété G3 et G4 sur plusieurs lieux
Evolution du remplissage du grain pour une variété G3 et G4 sur plusieurs lieux

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Et le rendement dans tout cela ?

Les suivis de parcelles nous indiquent un excellent remplissage. Les PMG (poids de mille grains) sont très élevés (figures 2 à 4) et comme le nombre de grains/m2 est souvent optimum en raison d’une très bonne levée et d’un bon peuplement, il n’y a aucune raison pour que les rendements ne suivent pas.

Si les parcelles irriguées ne montreront pas de record cette année, en particulier à cause d’un défaut de rayonnement et des températures fraîches tout au long du cycle, elles présenteront tout de même une production de très bon niveau. Par contre, c’est du côté des parcelles de maïs pluvial qu’il faut chercher la performance car elles ont largement bénéficié des pluies estivales. Le précédent record régional qui datait de 2011 avec 121 q/ha en moyenne va être battu en 2021 !

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10