Un homme dans une parcelle de blé qui vérifie la maturité des grains avant récolte en juin 2022 dans le Sud-Ouest Messagerie Sud-Ouest

Récolte de céréales : rien de sûr pour le PMG et le PS

16 juin 2022

Dans le contexte actuel de fin de cycle, voici quelques éléments d’analyse sur le poids de mille grains et le poids spécifique.

Le PMG

Le poids de mille grains (PMG) est la troisième composante de rendement, après le nombre d’épi et la fertilité.

Avec une date d’épiaison aux alentours du 1er mai, le blé tendre a atteint le stade floraison vers le 6 mai. Physiologiquement, ce stade marque le début du remplissage des grains sous la dépendance de la température pour en déterminer la durée et la qualité.

Plusieurs étapes vont se succéder, mais jusqu’au stade grain laiteux, c’est la capacité des feuilles à fonctionner par photosynthèse qui va déterminer le PMG final.

Figure 1 : Evolution du PMG en fonction des températures (T°C) cumulées depuis l’épiaison
Evolution du PMG en fonction des températures (T°C) cumulées depuis l’épiaison

Depuis le 6 mai, les températures enregistrées sont en moyenne de 18° à 22°C, éloignées de l’optimum pour l’activité photosynthétique qui est de 14°C. Ces températures élevées raccourcissent la durée de remplissage et provoquent une évapotranspiration forte, ce qui est d’autant plus négatif pour le fonctionnement des plantes sur des réserves hydriques faibles à nulles. L’absence de rosée est également un facteur négatif.

Le stade grain laiteux, pendant lequel les grains ont leur taille définitive, est atteint depuis le 23 mai. Il a donc été suivi de fortes températures échaudantes, supérieures à 25°C, et surtout à 30°C particulièrement pénalisantes. On considère que la perte pour le PMG est de 0,8 g par jour échaudant.

Figure 2 : Dates repères du remplissage des blés pour la récolte 2022 (Auch, semis du 25 octobre)
Dates repères du remplissage des blés pour la récolte 2022 (Auch, semis du 25 octobre)

Figure 3 : Evolution de la teneur en eau et de la teneur en matière sèche au fil des étapes de croissance entre épiaison et dessication pour la formation du grain de blé
Evolution de la teneur en eau et de la teneur en matière sèche au fil des étapes de croissance entre épiaison et dessication pour la formation du grain de blé

Depuis le 23 mai, les grains constituent leurs réserves en amidon et en protéines jusqu’au stade grain pâteux, en cours.

A partir de la maturité physiologique, les températures élevées n’affectent plus le PMG, mais elles peuvent avoir un effet positif sur la qualité technologique en favorisant la polymérisation des protéines (à teneur en protéines constantes).

Et le poids spécifique ?

Le poids spécifique (PS) des céréales à paille est un critère plus commercial que technologique, en partie hérité d’une période où les ventes se basaient davantage sur le volume que sur le poids. Il conserve actuellement un intérêt logistique, et reste une base des contrats commerciaux. Le PS correspond à la masse volumique d’un lot de céréales, exprimée en kilogramme par hectolitre.

De manière plus fine, il est la synthèse de deux composantes : la densité de chaque grain, et l’arrangement spatial des grains entre eux. La densité des grains serait essentiellement liée aux conditions de croissance de la culture, et donc, à sa capacité à remplir densément l’enveloppe des grains. Les grains vitreux (blé dur par exemple) ont en tendance des PS plus élevés. A densité de grains égale, les petits grains ont tendance à laisser plus d’interstices lors de leur arrangement spatial, et donc, mener à des PS plutôt plus faibles. De même, les grains vêtus (dont l’orge) présentent un moins bon agencement spatial, et donc des PS moindres.

La mise en place du PS se définit dès la phase de début de remplissage des grains et jusqu’à grain laiteux. Cette phase est critique pour la mise en place des enveloppes des grains, puis le début de migration des réserves (amidon et protéines) ; on définit donc un « PS potentiel ». Cette phase conditionne la taille des enveloppes des grains.

A la suite de cette première phase, une seconde phase de remplissage de ces enveloppes s’effectue. Là encore, les conditions climatiques conditionnent ce remplissage. Dans le cas où les enveloppes sont grandes mais le remplissage est limité, le PS sera dégradé d’autant plus.
Ces deux premières phases traduisent la capacité de la plante à former initialement des gros grains denses.

Ensuite, à partir de la fin du remplissage, arrive une phase de dessiccation des grains. Les mouvements d’eau dans les grains peuvent dégrader ce potentiel. Il semblerait que les conditions d’assèchement rapide soient plus favorables que celles où la teneur en eau chute lentement. De même, des pluies de fin de cycle au moment de la moisson engendrent des reprises en eau des grains, ce qui dégrade le PS : on considère en général qu’une pluie de 20 mm fait perdre 1 point de PS à du blé. D’autres éléments impactent le PS : la verse, les maladies foliaires ou les fusarioses, qui vont conduire à des remplissages de grains incomplets ou hétérogènes. Ces grains, par leur forme et leur défaut de remplissage, engendrent une baisse de PS.

Il est important de rappeler qu’une baisse de PS durant la fin de cycle ne signifie pas baisse de rendement ! Les grains sont moins denses, mais le poids total de grains reste inchangé dans la parcelle.

Etant donné que le PS est dépendant de l’arrangement des grains les uns par rapport aux autres, les impuretés peuvent abaisser la valeur moyenne du lot. La qualité de battage, l’élimination des petits grains au niveau de la moissonneuse-batteuse, la mise en œuvre d’opérations de nettoyage et de séparation au silo peuvent permettre d’élever le PS avant expédition (ceci est d’autant plus vrai que le lot contient des impuretés au départ).

A droite, grains PS normal, à gauche, grains à PS faible.
A droite, grains à PS normal ; à gauche, grains à PS faible.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10