En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Calcul dose totale d’azote - Parcelle de blé courant tallage Calcul de dose

Réactualiser les valeurs de reliquat azoté selon la lame drainante

22 février 2018

Etant donné les fortes pluies qui ont touché certaines régions depuis le début de l’année, il est nécessaire d’évaluer l’impact du drainage sur l’évolution du reliquat azoté en sortie d’hiver mesuré fin janvier/début février.

Ces précipitations importantes ont pu engendrer la lixiviation de l’azote nitrique du sol au-delà de la profondeur maximale d’enracinement de la culture, réduisant le stock d’azote minéral disponible pour cette dernière. Ce phénomène dépend du type de sol et de la lame drainante (quantité d’eau qui passe sous la profondeur exploitée par les racines).

Or, le stock d’azote minéral à la date d’ouverture du bilan (ou reliquat azoté sortie d’hiver, RSH) permet de calculer la dose d’azote à épandre. Si la mesure du RSH est intervenue avant des séquences de pluies intenses, une réactualisation des valeurs s’impose.

Estimer la lame drainante

En première approximation, la lame drainante peut correspondre au cumul des pluies sur une période donnée si le sol est à la capacité au champ au départ, et si les conditions d’évapotranspiration sont peu intenses (souvent le cas en période hivernale avec de faible ETP).

Dans le cas contraire, il est possible de l’estimer en se basant sur un bilan hydrique au moment du prélèvement.

Des abaques pour estimer les pertes

L’azote du sol disponible pour les cultures peut être estimé finement par modélisation. A défaut de pouvoir utiliser un modèle, des abaques sont mises à disposition par le Comifer.

La valeur de reliquat valorisable (Ri) à retenir pour le calcul de la dose X sera ajustée en fonction de la lame d’eau drainée depuis la date de prélèvement de terre, du type de sol et de sa profondeur.

Pour le calcul, on peut prendre en compte la totalité de l'azote minéral du sol — l'azote nitrique (N-NO3) et l'azote ammoniacal (N-NH4) — car on considère que l'azote ammoniacal va très vite se transformer en azote nitrique.

Un exemple concret !

1/ Je suis sur un limon profond (90-100 cm) et j’ai effectué des prélèvements sur trois horizons de sol le 14 janvier.

2/ L’analyse de terre indique 50 kg d’azote nitrique (N-NO3) dans l’horizon 0-30 cm, 20 kg dans l’horizon 30-60 et 30 kg dans l’horizon 60-90. Ceci fait un total de 100 kg N de reliquat.

3/ Entre le 15 janvier et le 15 février, il a plu 107 mm. Je considère que mes sols étaient à la capacité au champ au moment du prélèvement ; ce cumul de pluie correspond donc à la lame drainante.

A partir de ces informations, les abaques du Comifer permettent de mesurer le pourcentage de perte d’azote par lixiviation pour chaque horizon (figure 1).

Pour un sol de limon profond, une lame drainante de 100 mm provoque la perte définitive de 4,2 % de l’azote nitrique présent dans l’horizon 0-30 cm, 23,7 % de l’azote nitrique de l’horizon 30-60 et 82,2 % de l’azote nitrique de l’horizon 60-90. Dans notre cas d’étude, cela correspond à 2,1 kg N-NO3 perdus de l’horizon 0-30 (ils partent directement sous la profondeur de sol exploitable par les racines), 4,7 kg pour l’horizon 30-60 et 24,7 kg pour l’horizon 60-90.

Au final, au 15 février, on peut considérer que la fourniture en azote du sol est réduite de 31,5 kg/ha depuis la mesure du reliquat le 14 janvier. Le stock d’azote minéral du sol à prendre en compte pour le calcul de la dose totale est donc de 68,5 kg N-NO3.

Figure 1 : Pourcentage de l’azote par couche de sol perdu par lixiviation sous la profondeur de sol exploitable par les racines, selon la lame drainante (simulation à partir du modèle Lixim de l’INRA)

Téléchargez l’ensemble des abaques disponibles sur le site du Comifer :
- Notice d’utilisation des abaques d’ajustement du terme L
- Tables d'ajustement du terme L en fonction de la lame drainante

Haut de page

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 27 février 2018 par ARVALIS

Bonjour, La réévaluation du reliquat d’azote minéral, suite à un drainage et un lessivage plus élevé que prévu en février, est tout à fait prévue dans l’écriture de la méthode du Bilan Prévisionnel. Elle est écrite dans un certain nombre d’arrêtés référentiels (je ne connais pas votre région pour le confirmer). Vous avez en plus la particularité d’utiliser l’outil AZOFERT, qui inclut justement cette modification du reliquat grâce au poste L (Lessivage ou Lixiviation). Seulement, au moment où AZOFERT a fait le calcul, il a utilisé un cumul de pluies « moyen » issu de séries climatiques passées. Vous avez toute la légitimité à réactualiser cette valeur en intégrant le cumul de pluie réel, à mon avis. Seulement, il faut pouvoir prouver votre nouvelle valeur. Vous devez donc avoir à disposition lors d’un éventuel contrôle, votre cumul de pluie mesuré (donner la source) et les abaques ou tableaux issus des publications du COMIFER. Cordialement,

26 février 2018 par DUBOIS

Bonjour, D'accord pour tenir compte de ces pertes dues à la pluviométrie exeptionnelle cet hiver mais par rapport aux règles de la conditionnalité pac comment l'expliquer , as t'on le droit de modifier par exemple dans azofert la lixiviation de l'azote du sol deja calculée ?

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10