En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
infestation de vulpins parmi des jeunes plantes d'orge d’hiver en janvier 2020 en Aquitaine Messagerie Nord-Aquitaine

Ray-grass et vulpins dans les céréales : viser idéalement des stades jeunes

16 janvier 2020

Semis précoces comme semis tardifs peuvent être fortement infestés par les adventices et notamment les graminées. Voici ce qu’il faut savoir pour optimiser son désherbage dans le contexte actuel.

Pour les semis précoces et/ou graminées développées

Dans l’idéal, les graminées telles que ray-grass ou vulpin doivent être détruites au plus tard à 2 à 3 feuilles. Au-delà, les herbicides racinaires vont perdre en efficacité. Et dès le début du tallage des graminées, aucune solution racinaire ne peut être satisfaisante, sauf contre la vulpie.
Dès lors, il faut envisager d’intervenir avec une solution foliaire en tenant compte de l’état de résistance de la parcelle. En cas de résistance suspectée ou avérée au groupe A, il faut impérativement choisir un produit appartenant au groupe B ; et inversement. Dans le cas de résistance à ces deux groupes, aucune solution satisfaisante ne peut être proposée à ce stade de la culture.

Tableaux 1 à 3 : Herbicides foliaires au stade 2 à 3 feuilles ou au stade tallage du blé

• En cas d’infestations en ray-grass

• En cas d’infestations de folles avoines et/ou de vulpins (≥ 10 plantes/m²)

• En cas d’infestations de dicotylédones 
En situations de fortes infestations de dicotylédones (véroniques, anthémis, coquelicots…), il est recommandé de réaliser un désherbage précoce (mauvaises herbes jeunes, élimination de la concurrence précoce).
S’il y a faible infestation au stade 4 feuilles du blé, différer le traitement au stade tallage.

Pour les semis tardifs et graminées peu développées

Les semis retardés de céréales d’hiver posent la question des possibilités de désherbage avec des produits « d’automne » racinaires en janvier ou février. Dans ces situations, peut-on appliquer les produits « d’automne » sur cette période, sans risque pour la culture ?

Nous n’avons pas constaté dans nos essais des risques plus élevés de phytotoxicité pour des applications sur des cultures à 1-2 feuilles ; les risques sont comparables à des applications d’automne.
Néanmoins, il faut se conformer aux spécifications des spécialités, et notamment les stades limites d’application. De nombreux produits racinaires d'automne sont possibles en sortie d’hiver mais certains d’entre eux ont une date limite d’application au 31 décembre (cas de Fosburi, Merkur), quand d'autres ont un stade BBCH à respecter.

Téléchargez le tableau 4 : stades limites d’applications des spécialités racinaires d’automne.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10