En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Parcelle de pomme de terre envahie par les liserons Grande moitié Nord

Raisonner le désherbage de la pomme de terre

11 avril 2013

Le désherbage de prélevée reste incontournable en cultures de pomme de terre et donne les meilleurs résultats. Pour garantir un bon désherbage, il faut choisir une stratégie qui tienne compte de la flore rencontrée et du niveau d’infestation, des conditions climatiques de l’année, de la qualité du buttage et du choix variétal.

Des variétés avec un important développement foliaire (Bintje, Magnum, Kaptah Vandel…) sont en principe plus compétitives que des variétés à plus faible développement foliaire, comme Agata ou Belle de Fontenay. L’utilisation d’un plant sain et bien préparé sur un sol réchauffé assure une couverture rapide du sol. La période de sensibilité à la concurrence des adventices s’étend de la levée à la fermeture des rangs, soit de 7 à 8 semaines après la plantation.

Sommaire
La prélevée à la base de la stratégie désherbage
Appliquer les produits de prélevée sur des buttes définitives
Appliquer les produits de postlevée sur des adventices jeunes
Le désherbage mécanique, une technique délicate

La prélevée à la base de la stratégie désherbage

Quelle que soit la situation, le traitement de pré-levée reste obligatoire en cultures de pomme de terre. Dans les situations fortement infestées et/ou en présence d’adventices difficiles à détruire, telles que les morelles noires ou les renouées des oiseaux, la pratique s’oriente de plus en plus vers des associations à 3 produits pour jouer sur la complémentarité des spectres d’action. En cas de printemps sec, l’efficacité de la pré-levée seule peut s’avérer insuffisante. Il sera alors nécessaire de réaliser un traitement de rattrapage en post-levée.

Les spécialités commerciales à base de métribuzine (SENCORAL SC, SENCORAL Ultradispersible / METRIPHAR 70 WG, …) sont généralement à la base du désherbage et s’utilisent le plus souvent en association. Certaines variétés de pomme de terre présentent une sensibilité plus ou moins marquée à la métribuzine : consulter votre distributeur pour plus de renseignements. Le prosulfocarbe (DEFI / ROXY 800 EC) reste une référence sur morelles. L’association avec la métribuzine offre un large spectre d’efficacité. La clomazone (CENTIUM 36 CS) est également utilisée en association avec d’autres herbicides. L’association avec de la métribuzine donne de bons résultats sur renouées. L’aclonifen (CHALLENGE 600) forme un film herbicide à la surface du sol. Ce mode d’action particulier est un atout pour les terres fortes, mais interdit tout travail du sol après traitement. Cet herbicide est généralement utilisé en association triple et apporte une efficacité intéressante sur chénopodes, gaillets et mercuriales. A noter que ce produit ne doit pas être utilisé sur la variété Monalisa en terre crayeuse. Le flufenacet associé à la métribuzine (BASTILLE) propose un large spectre d’efficacité. Cet herbicide peut être renforcé avec de la clomazone pour lutter contre les renouées et les liserons.

Retour au sommaire

Appliquer les produits de prélevée sur buttes définitives

Les herbicides de prélevée autorisés en culture de pomme de terre n’ont qu’une sélectivité de position vis-à-vis de la plante. Ils demeurent dans la couche superficielle du sol et sont absorbés par les racines des adventices, tandis que la pomme de terre, plantée plus profondément, développe son système racinaire et stolonifère dans une zone exempte d’herbicide.

Pour une bonne sélectivité, il est conseillé d’effectuer les traitements sur buttes définitives, au moins une semaine avant la levée des pommes de terre, et de réduire les doses préconisées dans les sols sableux ou limons très battants (cas des spécialités à base de métribuzine). De la qualité du buttage dépend souvent l’efficacité mais aussi la sélectivité des produits. Un sol motteux ou sec est fortement néfaste à l’activité des produits de prélevée. L’idéal est d’intervenir sur buttes rappuyées, suffisamment émiettée et légèrement humide. Toute intervention mécanique après l’application herbicide est déconseillée pour ne pas réduire, voire détruire son efficacité.

Un temps calme est également indispensable pour assurer une répartition homogène du produit sur les deux flancs de la butte et éviter l’entraînement du produit sur les cultures voisines.

Retour au sommaire

Appliquer les produits de postlevée sur des adventices jeunes

La maîtrise des dicotylédones en post-levée demeure très difficile en raison d’un choix restreint de spécialités et d’une efficacité limitée sur certaines adventices (renouées, morelles et matricaires par exemple). Le rimsulfuron (ELDEN) est une molécule herbicide de post-levée utilisée dans le cadre d’un programme de traitement incluant un désherbage de prélevée. Actif sur graminées, dicotylédones et certaines vivaces, ELDEN s’utilise toujours avec un mouillant non ionique type TREND 90 à 0.2 l/ha. L’efficacité maximale est obtenue sur adventices jeunes (cotylédons à 2 feuilles maximum, 3 feuilles maximum pour les graminées annuelles). Le stade de la pomme de terre n’est pas limitant mais il convient cependant de faire attention à l’effet « parapluie ». L’application de l’herbicide en condition de forte chaleur doit être évitée (température maxi 25 °C). La métribuzine (SENCORAL Ultradispersible, SENCORAL SC, …) peut également être utilisée en post-levée en situation de rattrapage uniquement sur variétés tolérantes. On ne dépassera jamais le stade 5 cm et la dose de 0,5 kg/ha ou 0.6 l/ha de produit commercial, et l’on veillera à intervenir sur une culture en bon état végétatif.

Retour au sommaire

Le désherbage mécanique, une technique délicate

Le désherbage mécanique, par un buttage tardif ou l’utilisation d’outils spécialisés (herse étrille, bineuse, houe rotative), est également possible, mais avec un certain nombre de contraintes et une moindre efficacité. De plus, il est important de ne pas intervenir trop tard pour ne pas endommager le système racinaire, ni perturber la tubérisation.

Retour au sommaire

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10