En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Un méthaniseur dans une ferme agricole R&D

Quoi de neuf du côté de la filière biogaz méthanisation ?

22 octobre 2020

A l’occasion des Journées Recherche Innovation* Biogaz-méthanisation, qui se sont déroulées en septembre 2020, agriculteurs-méthaniseurs et chercheurs ont échangé sur les dernières avancées techniques et dessiné collectivement les axes de travail pour la filière et le CTBM**. Le point sur ce qu’il faut en retenir !

Digestats : un intérêt confirmé, des risques à mieux appréhender

Les qualités fertilisantes et amendantes des digestats ont été confirmées par de nombreuses études. La forme ammoniacale de l’azote de ces coproduits de la méthanisation assure un bon potentiel de valorisation pour tout type de production végétale.

Comme pour l’épandage de lisier, leur utilisation s’accompagne de recommandations pour réduire la volatilisation ammoniacale (enfouir ou incorporer dès l’apport, épandre juste avant un épisode pluvieux d’au moins 15 mm…).

Quant au carbone contenu dans ces digestats, il est essentiellement présent sous forme peu dégradable, ce qui les rend intéressant pour stocker de carbone dans les sols. Mais pour cela, la méthanisation ne doit pas bouleverser les mécanismes de gestion de matière organique (effluents essentiellement) déjà en place dans une exploitation agricole. Une communication accrue sur la composition, les types et modes de gestion de ces produits résiduaires organiques (PRO) semble indispensable aujourd’hui pour piloter aux mieux leur valorisation et rationaliser les discussions.

CIVE, CIMS… de nombreux acronymes pour un même objectif : maximiser les services apportés par les intercultures

L’objectif des cultures Intermédiaires à vocation énergétique (CIVE) est de compléter les fonctions des couverts classiques d’interculture. Un état des lieux des fonctions écosystémiques de ces couverts a été présenté. Ils remplissent en effet des fonctions agronomiques et environnementales largement connues : réduction des risques de lixiviation de nitrate, lutte contre l’érosion, engrais vert voire fonction de régulation biotique par allélopathie et bio-fumigation pour les brassicacées. C’est à ce titre qu’ils peuvent aussi être qualifiés de cultures intermédiaires multiservices (CIMS). De nouveaux services sont actuellement à l’étude, comme la gestion des adventices ou le stockage du carbone.

Ces CIMS ont des impacts également connus, notamment sur le drainage et la recharge hivernale des nappes. L’analyse présentée montre que de nombreuses fonctions écosystémiques pourraient être assurées par les CIVE en complément de nouvelles fonctions économiques (amélioration du revenu) et environnementales (transformation en énergies renouvelables...).

Les retours d’expérience des agriculteurs méthaniseurs confirment ces intérêts et les premières recommandations disponibles. Ils témoignent également de la très forte incertitude de production de ces CIVE d’été du fait notamment d’une grande variabilité interannuelle des rendements.

Ces expériences ont également illustré le besoin de reconstruction des systèmes de culture et d’innovation. Cela doit passer par des progrès en termes de sélection variétale, notamment pour s’adapter au changement climatique (adaptation des cycles) et pour mieux connaitre les services de chacune des cultures (lutte contre les bioagresseurs, allélopathie…). Un besoin de perfectionnement des agro-équipements et des techniques de production (semis sous couvert…) a également été identifié.

Vers une méthanisation durable ?

La durabilité de la méthanisation agricole est aussi largement débattue et évaluée selon différentes méthodes. Même si l’analyse du cycle de vie (ACV) n’intègre pas encore tous les critères de durabilité comme les axes économiques et sociaux, elle reste une méthode largement reconnue.

L’analyse transversale des évaluations qui a pu être présentée confirme les nombreux intérêts de la méthanisation, notamment dans les systèmes d’exploitation agricoles.

Les principaux risques identifiés reposent sur la gestion des flux issus des digestats. La couverture des lagunes de stockage, le suivi des recommandations d’épandage et des calendriers d’apport sont des moyens accessibles et essentiels pour l’amélioration de ces bilans environnementaux.

Des débouchés pour le bio-CO2 ?

Dans cet objectif d’amélioration des bilans, une des interrogations de la filière concerne la valorisation du CO2 produit au cours de la phase de digestion anaérobie en méthaniseur. Ses utilisations sont très nombreuses dans des secteurs divers dont l’agriculture (en serres…), l’agroalimentaire ou encore l’industrie… Toutefois, les interrogations sur ce CO2 restent fortes dans le contexte de changement climatique.

Si des unités de méthanisation intègrent des procédés de traitement de ce CO2 en Europe du Nord, un seul cas identifié est en cours de développement en France. Il existe déjà des solutions techniques d’exploitation du CO2 mais les coûts de purification de ce gaz et son conditionnement (pressurisation, liquéfaction…) restent un frein considérable. S’il reste à mieux identifier d’autres utilisations possibles, les économies de coût de transport de CO2, en lien avec un bio-CO2 produit localement, sont déjà une opportunité de valorisation.

Des connaissances à promouvoir auprès des pouvoirs publics

La méthanisation représente donc assurément un enjeu majeur de transition vers une économie circulaire.

La dissémination vulgarisée de ces résultats est largement attendue de tous les acteurs pour mieux éclairer les politiques publiques qui restent incertaines pour la filière.

De la parcelle au territoire, la nécessité d’avoir une approche systémique de la méthanisation agricole est largement ressortie de ces journées.

*JRI : journées organisées tous les deux ans par l’ATEE – Club biogaz avec le CTBM et cette année l’INSA, en collaborations avec l’APESA, ARVALIS, Solagro et l’Inrae.
** CTBM : Centre Technique du Biogaz et de la Méthanisation

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 25 octobre 2020 par CAFFIN

... et sur les autres gaz valorisables (Hydrogène, oxygène, ...).

24 octobre 2020 par TESSIER

J'aimerai en savoir un peu plus sur cette affaire de co2....

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10