En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Plantules de morelle (adventices) dans parcelle de pommes de terre, avant le désherbage de prélevée en 2017 Pomme de terre

Désherber dès la prélevée pour garder le contrôle des adventices

18 avril 2019

Quelle que soit la situation, le traitement de prélevée reste incontournable en cultures de pomme de terre. Pour garantir un bon désherbage, la stratégie doit tenir compte de la flore rencontrée et du niveau d’infestation, des conditions climatiques de l’année, de la qualité du buttage et du choix variétal. Quelques précautions sont également à prendre avec les herbicides à base de prosulfocarbe.

Une qualité d'implantation nécessaire

En cas de printemps sec, l’efficacité de la prélevée seule peut s’avérer insuffisante. Il sera alors nécessaire de réaliser un traitement de rattrapage en postlevée.

Pour une bonne sélectivité, il est conseillé d’effectuer les traitements sur buttes définitives, au moins une semaine avant la levée des pommes de terre, et d'adapter les doses dans les sols sableux ou limons très battants.

De la qualité du buttage dépend souvent l’efficacité mais aussi la sélectivité des produits. Un sol motteux ou sec est fortement néfaste à l’activité des produits de prélevée. L’idéal est d’intervenir sur buttes rappuyées, suffisamment émiettées et légèrement humides. Toute intervention mécanique après l’application herbicide est déconseillée pour ne pas réduire, voire détruire son efficacité.

Un temps calme est également indispensable pour assurer une répartition homogène du produit sur les deux flancs de la butte et éviter l’entraînement du produit sur les cultures voisines.

Tout dépend de la flore et niveau d’infestation

L’arrivée de nouvelles spécialités commerciales de prélevée — Proman/Soleto/Inigo et Toutatis Damtec en 2015, et Tavas en 2019 — ne modifie pas le raisonnement du désherbage de la pomme de terre. Le principal critère étant le type d’adventices attendues et le niveau d’infestation de la parcelle.

Les associations à privilégier

Afin d’optimiser l’efficacité des herbicides, il est fréquent de les associer :

- Parcelles « propres » sans problème particulier : l’association Défi + Sencoral SC (3 à 4 l + 0,5 l) ou Arcade (4 l) reste toujours une base intéressante. Il est également possible d’utiliser des produits tels que le Toutatis Damtec (2,4 kg/ha), Metric (1,25 l/ha), Bastille (2,5 kg/ha), Proman/Soleto/Inigo (3 l/ha) et Tavas (1,2 l/ha).

- Infestation faible à moyenne (renouée liseron, mercuriale, gaillet, morelle) : on favorisera plutôt des associations à base de Challenge 600 + Arcade (2 l/ha + 3 l/ha), Toutatis D. + Sencoral SC (2,4 kg/ha + 0,3 l/ha), Toutatis D. + Défi/Roxy (2,4 kg/ha + 2,5 l/ha).

- Parcelles très « sales » ou parcelles dont on ne connaît pas l’infestation en adventices (parcelles louées par exemple) : le mélange de trois produits peut s’avérer intéressant avec par exemple Défi/Roxy + Proman/Soleto/Inigo + Metric (3 l/ha + 2 l/ha + 1,25 l/ha) ou encore Défi/Roxy + Proman/Soleto/Inigo + Sencoral SC (3 l/ha + 2 l/ha + 0,3 l/ha).

Attention ! Challenge 600 ne peut pas être utilisé sur Monalisa en terre crayeuse.

Cas particulier de la métribuzineLa métribuzine n’est pas tolérée par toutes les variétés, il faut vérifier la sensibilité variétale avant son application. De même, avant d'utiliser cette molécule, il faut suivre un arbre de décision qui aide à définir le type de parcelle où la mise en place d’un dispositif de cloisonnement des inter-rangs est nécessaire pour éviter le ruissellement et protéger les organismes aquatiques (figure 1).

Figure 1 : Arbre de décision pour l’utilisation de la métribuzine

*Cela peut être une bande cultivée (céréales), une bande enherbée intraparcellaire en travers de la pente, ou un fossé intraparcellaire de rétention…

Des conditions particulières pour l’application de produits à base de prosulfocarbe

Le prosulfocarbe est présent dans de nombreux produits homologués sur pomme de terre : Défi/Spow/Minarix, Roxy 800 EC, Arcade. Depuis l'automne 2017, les conditions d’emploi des herbicides à base de prosulfocarbe ont été revues, avec, d'une part, l’obligation de les appliquer à l’aide de matériel homologué pour réduire la dérive. Le ministère de l’Agriculture actualise régulièrement une liste qui recense ce type de matériel, composée principalement de buses à injection d’air et de certaines rampes de pulvérisateurs à assistance d’air. 

D'autre part, afin d’éviter la dissémination de la substance active, les conditions d'emploi sont renforcées en cas d’application sur une parcelle adjacente à certaines cultures comme :
• des cultures maraîchères, légumières (mâche, épinard, cresson des fontaines, roquette, jeunes pousses),
• des plantes aromatiques (cerfeuil, coriandre, livèche, menthe, estragon, persil et thym),
• des plantes médicinales (artichaut, bardane, cardon, chicorée, mélisse, piloselle, radis noir et sauge officinale).

Dans ce cas, il est recommandé de :
• prendre en compte le voisinage avant toute intervention et contacter le producteur voisin lorsque nécessaire,
• utiliser les produits à base de prosulfocarbe après la récolte complète de ces cultures,
• respecter les bonnes pratiques agricoles (absence de vent, limitation de la vitesse de traitement à 10 km/h, priviligier une hauteur de rampe de 50 cm).

Plus précisément, à proximité de ces cultures non cibles, il peut être recommandé de respecter une distance de traitement :

► Dans le cas de cultures non cibles situées à moins de 500 mètres de la parcelle traitée : ne pas appliquer le produit avant la récolte de ces cultures. 

► Dans le cas de cultures non cibles situées à plus de 500 mètres et à moins d’un kilomètre de la parcelle traitée :

- ne pas appliquer le produit avant la récolte de ces cultures. 
- ou, en cas d’impossibilité, appliquer le produit uniquement le matin avant 9 heures ou le soir après 18 heures, en conditions de température faible et d’hygrométrie élevée.

Attention, la bonne mise en œuvre de ces précautions conditionne le maintien de la solution pour l’avenir.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 19 avril 2019 par TILLEMENT

Bonjour Vincent Tillement Vous avez oublié les arbres fruitiers , même a 500 mètres c'est prêt Surtout a l'automne en pleine recolte de pomme et une parcelle de blé pas loin Cordialement

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10