épis blé dur Résultats d’enquête

Quelle est la composition des mélanges de variétés de blé dur récoltés en 2021 ?

17 mars 2022

Si les semis de variétés pures sont très majoritaires en blé dur, de plus en plus d’agriculteurs ont recours à des mélanges de variétés au sein d’une même parcelle. L’enquête conduite par ARVALIS sur la récolte 2021, avec l’appui de BVA, a permis de préciser la composition de ces mélanges.

En blé dur, les semis de variétés pures dominent largement le paysage : ils représentent 93 à 98 % de la sole française selon les régions. Cependant, de plus en plus d’agriculteurs ont recours à des mélanges de variétés au sein d’une même parcelle, autrement appelés mélanges intraspécifiques.

En 2021, cette pratique représente 1 à 6 % des surfaces régionales cultivées en blé dur. C’est en Occitanie et en Provence-Alpes-Côte-d'Azur qu’elle est la plus répandue.

Quant aux semis interspécifiques (mélange de plusieurs espèces dans la même parcelle, par exemple blé dur et protéagineux), ils couvrent de 0 à 1 % de la sole en fonction des régions.

Figure 1 : Répartition des surfaces en blé dur semées en variétés pures et en mélanges (en % des surfaces régionales cultivées en blé dur)
Répartition des surfaces en blé dur semées en variétés pures et en mélanges

Deux variétés dans la majorité des mélanges

À l’échelle nationale, les mélanges composés de deux variétés de blé dur sont très majoritaires et représentent 62 % des surfaces cultivées en mélanges intraspécifiques, contre 13 % pour les mélanges associant trois variétés. À noter que la composition de ces mélanges est inconnue pour près de 25 % de la sole.

Si cette distribution est similaire dans la plupart des régions productrices de blé dur, elle est différente en Auvergne-Rhône-Alpes (100 % de mélanges de trois variétés) et en Pays de la Loire (100 % de mélanges de deux variétés).

Figure 2 : Nombre de variétés de blé dur composant les mélanges intraspécifiques (en % des surfaces régionales cultivées en mélange intraspécifique)
Nombre de variétés de blé dur composant les mélanges intraspécifiques

Des mélanges souvent composés des variétés les plus cultivées en pure localement

Les variétés fréquemment cultivées en mélanges intraspécifiques le sont également en pure. Ainsi à l’échelle nationale, Anvergur et RGT Voilur sont les variétés les plus cultivées en Pure, Elles sont respectivement présentes dans 67 et 50 % des mélanges intraspécifiques. La combinaison Anvergur/RGT Voilur correspond à 34 % de ces mélanges. Le raisonnement pour le choix des variétés entrant dans la composition du mélange semble dans ces situations être similaire à celui des variétés en pure, sans recherche de propriétés spécifiques qui pourraient être apportées par l’association.

La présence, dans certains mélanges, de variétés peu répandues en pure semble toutefois indiquer que d’autres raisonnements existent. C’est par exemple le cas de Pescadou ou Miradoux : ces variétés ont des avantages qualité indéniables mais sont agronomiquement moins intéressantes.

Figure 3 : Fréquence d’apparition des variétés dans les mélanges intraspécifiques de blé dur selon les régions
Fréquence d’apparition des variétés dans les mélanges intraspécifiques de blé dur selon les régions

Un peu de méthodologie

Précédemment réalisée par FranceAgriMer et maintenant à la charge d’ARVALIS avec l’appui de BVA (Société d'études et conseil), l’Enquête Variétés Céréales a pour objectif de déterminer les surfaces semées pour chaque variété de blé tendre, blé dur, orges et triticale.

Le champ géographique de cette enquête couvre l’ensemble des départements métropolitains français. Tous les semis ont été pris en compte quelle que soit l’origine des semences utilisées ou le mode de production. Une base de 125 280 agriculteurs, ayant au moins 10 hectares de céréales a été constituée avec l’appui de FranceAgriMer. Sur cette base, un échantillon représentatif a été construit par département et selon trois strates de surfaces de céréales : de 10 à 19 ha, 20 à 49 ha et 50 ha et plus. Ces agriculteurs ont été interrogés à travers un questionnaire en ligne entre le 25 février et le 23 mars 2021. Une invitation et deux relances ont permis d’obtenir un taux de réponse de 5,2 %, soit 6 452 interviews. Du 13 au 27 mars 2021, l’enquête a été complétée par téléphone auprès de 609 agriculteurs dans les départements et les strates dont les objectifs de représentativité n’étaient pas atteints. Après vérification des données, 7 059 interviews sont validées. Un redressement a été effectué pour chaque espèce, à partir des données SSP (Service de la Statistique et de la Prospective) de mai 2021.

L'ensemble des données de surfaces variétales semées en variétés pures aux échelles nationale, régionale et départementale par céréales sont disponibles contre rémunération sur la plateforme d'échange de données API-Agro via le lien suivant :
https://platform.api-agro.eu/members/s/5826ccef385c432c9266cc68ed82c76e. Le détail de la composition des mélanges intra et interspécifiques n’est pas disponible à la vente.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10