En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Chute des températures au stade épi 1 cm des blés et orges Baisse des températures

Quel impact sur les céréales à paille ?

26 mars 2020

La chute des températures matinales de cette semaine intervient alors que les céréales d’hiver entament leur montaison. En l’état, il y a peu de raison de s’inquiéter dans la majorité des situations.

Longtemps attendue, la séquence climatique sèche et ensoleillée de cette semaine est causée par un anticyclone positionné sur l'Europe de l'est qui dirige un courant d'air froid d’Est à Nord-Est sur la France (source Météo-France). De fait, le retour du beau temps s’accompagne d’une chute des températures, avec des gelées matinales (-1 à -2°C sous abri en général). Toutefois, la période de gel est courte, le ciel dégagé permettant une remontée des températures dès l’aube, et les valeurs d’humidité relative faibles réduisent l’impression de « gelée blanche ».

Les prévisions météorologiques actuelles indiquent des températures minimales sous abri significativement négatives (< -2°C) essentiellement en régions Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté, et très marginalement en Auvergne et dans le Limousin.

Les céréales en début de montaison moins sensibles au gel

Pour les céréales semées en octobre ou novembre, le stade épi 1 cm est passé ou imminent dans la majorité des cas. Les semis très tardifs (décembre ou janvier) sont encore en cours de tallage ou en redressement (zone Sud avec variétés précoces). Les situations les plus précoces atteignent ou dépassent 1 nœud.

Nous avons souvent communiqué sur la sensibilité des cultures en cours de montaison vis-à-vis des gelées tardives : celles-ci peuvent avoir des effets dramatiques très localement lorsqu’elles arrivent en milieu ou en fin de montaison (cas du printemps 2017).

Les températures de cette semaine restent modérément froides (2 à 4°C de plus qu’en avril 2017) et vont toucher des cultures nettement moins avancées et donc beaucoup moins fragiles.

Peu de risque à prévoir

Ainsi, les conditions climatiques actuelles ne doivent pas engendrer de craintes particulières en lien avec les petites gelées. A l’inverse, le retour d’un temps sec, ensoleillé et frais peut constituer une opportunité de rattrapage pour certaines parcelles : il va permettre de lever progressivement les excès d’eau et une reprise de la croissance sans générer une demande trop brutale vis-à-vis des racines, pas toujours bien installées.

Par ailleurs, l’ensoleillement actuel et le vent d’Est peuvent engendrer des lésions foliaires (dérèglement de la photosynthèse dans le premier cas, dessèchement des bouts de feuilles dans l’autre) ; ces symptômes, probables, n’ont en général pas d’impact sur la suite de la croissance des cultures.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

5 commentaires 27 mars 2020 par THONON

Couvreur : Il faut éviter de faire du cyclo-cross dans les blés !!! lol ...

27 mars 2020 par COUVREUR

Sur des blés de début octobre très développés et poussant le cyclo-cross n’avait pas pu être fait Le stade aujourd’hui est à épis 3cm voir plus que faire après les gels matinaux la semaine prochaine pour raccourcir la végétation PH Couvreur Oise 0680744963

27 mars 2020 par BOLLAERT

Dans l’Ouest de l’Aube, il y a également eut du -7. Blé peut-être mais colza c’est sûr!

27 mars 2020 par BIBERON

Qu'en est il pour les pois d'hiver ? la bactériose risque t elle de se développer ?

27 mars 2020 par RIGAUD

en limagne nord,il y a eu -7,je pense qu'il va y avoir du dégat sur les blés

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10