En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Semis de couverts en dérobées en juillet Cultures en dérobées

Que peut-on semer comme fourrage en début d’été ?

28 juin 2016

Suite à différents accidents – excès d’eau, inondations, orage, attaques de ravageurs – certaines parcelles ne sont pas encore semées ou vont devoir être ré-implantées. A cette date, se pose la question du choix d’espèces, à raisonner en fonction de l’offre climatique désormais disponible et de l’utilisation visée pour la production.

Il est possible d’implanter des dérobées pendant une très grande partie de l’été. Toutes les graminées, crucifères et légumineuses peuvent être implantées tôt dans l’été. Mais c’est la disponibilité en eau (et dans une moindre mesure la température) qui sera le facteur limitant de la réussite de l’implantation. Dans tous les cas, il faut un minimum d’eau (10 à 20 mm) pour la levée.

Tableau 1 : Périodes de croissance de différentes espèces de couverts végétaux

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Les mélanges graminées-légumineuses présentent en général de meilleurs rendements que des espèces implantées seules, mais ces associations représentent un coût de semences plus élevé. Certains couverts végétaux comme le trèfle incarnat, la vesce commune d’hiver, le colza ou encore le ray-grass d’Italie présentent des valeurs nutritives élevées. Les légumineuses apportent des PDI alors que les crucifères exploitées avant floraison offrent un bon équilibre UF/PDI mais à distribuer en quantité limitée dans la ration des bovins : pâturage au fil, affouragement en vert.

Les graminées telles que le moha ou le sorgho fourrager sont adaptées à des semis de début d’été. Elles pourront valoriser les températures estivales, à la différence des céréales et des graminées prairiales à installation rapide comme le ray-grass d’Italie.

Il est possible de croiser les solutions, et ainsi s’adapter aux conditions estivales à venir, tout en restant attentif aux coûts d’implantation. Des mélanges RGI-céréales (type avoine) peuvent aussi être envisagés pour une fauche précoce cet automne, et le maintien du RGI jusqu’au printemps.

Chaque élevage fera son choix en fonction des contraintes pédo-climatiques, des fourrages nécessaires sur l’exploitation, et des coûts liés à l’achat de semences.

Il sera judicieux de répartir les risques en implantant des couverts de différentes natures.

Téléchargez le tableau présentant les avantages et les contraintes des différentes espèces à implanter en été.

Pour en savoir plus, consultez notre nouvel outil en accès libre sur le Choix des couverts.

Resemer derrière un maïs : quelles précautions prendre ?

Il convient d’être très prudent sur les possibilités de semis de couverts après un maïs. Certains produits contiennent des matières actives dont la rémanence peut s’étendre sur plusieurs mois et engendrer des phytotoxicités. Le tableau ci-dessous indique de façon non exhaustive les possibilités de semer une culture de remplacement.

Tableau 2 : Cultures possibles pour un resemis tardif en fonction des herbicides utilisés dans le maïs

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Quelles précautions prendre pour semer sur une parcelle ayant été inondée ?

Ces parcelles présentent une croûte de battance en surface, et sont parfois pris en masse, notamment en sols argileux. La première recommandation est d’attendre le ressuyage, la seconde est de limiter les passages à la fois pour une question de coût, mais aussi pour une question de préservation des sols.

Pour semer des petites graines de dérobées, il faut utiliser le semoir à céréales. Celui-ci est souvent combiné à un outil animé (herse rotative), ce qui peut suffire à recréer de la terre fine. Autre possibilité, reprendre le lit de semences avant le semis par exemple avec un vibroculteur. La reprise du lit de semences doit être très superficielle : pour éviter de travailler la terre au-delà des cinq premiers centimètres qui risque d’être « plastique ». Les petites graines des fourragères doivent être semées peu profond. Pour éviter le dessèchement des plantules en cours de germination et favoriser cette germination, le rappui du lit de semences (roulage) peut être utile en cas de retour de conditions sèches.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10