En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Désherbage mécanique

Que peut-on attendre du désherbage mécanique sur céréales à paille ?

05 juillet 2010

ARVALIS - Institut du végétal étudie les outils de désherbage mécanique sur céréales à paille depuis la fin des années 80. Des essais mis en place dans la région Sud-Ouest ont permis de caler les interventions et les stratégies.

L’efficacité moyenne d’un passage de herse ou de houe est de 36 %, avec des variations allant de 0 %, en conditions de sol défavorables, à 70 % en sol ressuyé. Pour un binage, l’efficacité moyenne s’élève à 46 %, avec des variations allant de 15 à 80 %. Les efficacités sont généralement plus satisfaisantes sur dicotylédones (60 % contre 45 % sur graminées).
Ces outils agissant par effet mécanique, le blé peut être fragilisé. Des pertes de rendement ont parfois été observées en situations de passage agressif précoce (de 2 à 5 q/ha). Il est donc essentiel de compenser avec une densité de semis supérieure, de l’ordre de 15 %.
Un seul passage présente des efficacités très aléatoires, souvent limitées et satisfaisantes uniquement en conditions optimales. Il n’est pas rare de faire lever les adventices par l’effet « faux-semis » du passage d’outil. De ce fait, il est essentiel de bâtir une stratégie à deux passages (automne + sortie d’hiver ou bien double passage d’automne, incluant la prélevée à l’aveugle) pour couvrir la période de sensibilité du blé à la concurrence des adventices. Dans ce cas, les efficacités peuvent atteindre 60 % sur graminées. Pour parfaire le désherbage, un traitement de rattrapage adapté à la flore restante au printemps complète la stratégie. Ce sont donc des techniques à mettre en oeuvre dans des situations peu infestées, et en complément d’un désherbage classique.
Les céréales à paille n’étant pas adaptées pour des semis en ligne à écartements larges, l’emploi de la bineuse, généralement plus efficace, mérite quelques adaptations. Pourtant le binage des céréales d’hiver pourrait permettre par exemple de ne faire qu’une intervention en sortie d’hiver suivie d’un rattrapage herbicide au printemps. Des travaux sont en cours pour évaluer la capacité du blé à accepter des grands écartements sans perte de rendement afin de mettre en oeuvre du binage dans cette culture.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10