En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Observations dans parcelles de blé Messagerie Normandie

Pucerons sur céréales : des conditions météo qui appellent à la vigilance

05 novembre 2020

Les premiers semis ont atteint le stade de sensibilité des céréales aux pucerons (levée – 1re feuille étalée). Bien que les précipitations de ces dernières semaines aient pu perturber le vol des pucerons, les températures douces appellent à la surveillance des parcelles.

Les températures douces : des conditions favorables à l’activité des pucerons

Les températures douces (supérieures à 12°C) peuvent favoriser les déplacements des pucerons ailés des plantes réservoirs vers les parcelles de jeunes céréales. Ces pucerons sont alors susceptibles d’introduire le virus de la JNO dans la parcelle colonisée. 

Malgré les épisodes pluvieux de ces dernières semaines, qui ont pu freiner ou retarder ces vols, les températures douces depuis le 19 octobre appellent à la vigilance. Il faut donc dès à présent observer les pucerons afin d’évaluer le risque réel dans les parcelles !

Figure 1 : Températures et précipitations moyennes enregistrées de septembre à octobre 2020 sur la station météo de Caen (comparaison aux températures moyennes des 10 dernières années)

Nb : l’analyse sur d’autres postes météo de la région donne la même tendance.

L’observation : une étape indispensable pour lutter contre les pucerons !

Les pucerons sont facilement visibles sur les feuilles des jeunes plantules à condition de respecter quelques règles pour l’observation :

• Quand observer ? Afin de ne pas sous-estimer la présence des pucerons sur vos parcelles, il faut privilégier si possible des conditions ensoleillées, durant les heures les plus chaudes de la journée (fin de matinée et début d’après-midi). Lors de mauvaises conditions d’observations (ex : tôt le matin ou en conditions froides et pluvieuses), les pucerons sont beaucoup plus difficiles à voir car ils sont souvent positionnés à l’insertion des feuilles ou au pied des plantules.

• Où observer ? Il est important de privilégier les zones à risque de vos parcelles, proches des haies ou de réservoirs potentiels tels que des bandes enherbées, jachères, maïs…

• Comment observer ? Rechercher la présence de pucerons sur des séries de 10 plantes (plusieurs lignes de semis).

Deux points de vigilance• Si les conditions d’observation sont défavorables, l’absence de puceron ne signifie pas qu’il n’y en a pas ! Il faudra revenir sur les parcelles à des créneaux plus propices à l’observation.

• Sur les plantes tallées, l’observation demande une attention particulière compte tenu du développement des plantes et des conditions climatiques généralement peu favorables. Il s’agit alors de bien inspecter le bas des plantes, notamment d’écarter les feuilles, pour dépister au mieux les pucerons.

Il est recommandé d’intervenir uniquement dès lors que 10 % des plantes sont porteuses de pucerons ou quand la présence de pucerons est observée dans la parcelle pendant plus de 10 jours. Ne pas négliger cette deuxième partie de la règle de décision : le séjour prolongé des pucerons a été largement responsable des attaques observées l’an dernier. Cela signifie qu’en cas de présence durable des pucerons (hivers doux), il faut ré-intervenir sur les parcelles (quand la portance du sol le permet), la persistance d’action des traitements foliaires étant de l’ordre de 10 jours.

Les pièges chromatiques (jaunes comme les cuvettes jaunes ou plaques engluées) peuvent donner une idée des vols de pucerons mais sans spécificité pour les pucerons à risque pour les céréales. Ils ne donnent aucune indication concernant la fréquence de plantes habitées dans la parcelle, qui reste le seul indicateur pertinent pour l’analyse de risque. Ils permettent d’alerter pour engager la surveillance des parcelles. Autrement dit, l’observation précoce de pucerons sur ces pièges peut aider mais elle ne se substitue aucunement à l’observation de pucerons sur plantes.

Vous n’êtes pas seul à observer ! Consultez les publications du Bulletin de Santé du Végétal.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10