En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Une implantation rapide de la culture de pomme de terre permet de limiter le développement des adventices Pommes de terre

Protection contre les adventices

29 mars 2011

Toutes les pratiques qui visent une levée et une installation rapide des cultures permettent de limiter le développement des adventices.

Pour garantir le potentiel de rendement de la pomme de terre, le désherbage doit être efficace et sélectif. Le buttage a également un rôle dans le contrôle des adventices, en tant que travail du sol.

Objectifs

► Préserver le rendement et la qualité de la pomme de terre (certaines racines ou rhizomes pouvant, par pénétration, causer des dommages dans les tubercules).
► Limiter les transferts de substances actives dans les eaux et vers les tubercules (risques de toxicité pour les tubercules mères et d’accumulation de résidus dans les tubercules fils).

Sommaire :

Choix de la stratégie de désherbage

Choix de produits adaptés à la flore

Sensibilité variétale

Conditions d'application : produits de prélevée

Conditions d'application : produits de postlevée

Pour en savoir plus

Choix de la stratégie de désherbage

Une stratégie de désherbage adaptée au contexte de la parcelle et de l’exploitation permet d’assurer un bon désherbage avec un coût modéré.

La gamme des herbicides s’est élargie au cours de ces dernières années, cependant les stratégies de désherbage les plus efficaces restent des stratégies en prélevée (voir tableau 1). La maîtrise des dicotylédones en post-levée demeure très difficile en raison d’un choix restreint de spécialités et d’une efficacité limitée sur certaines adventices (renouées, morelle, matricaire par exemple).


Tableau 1 : Stratégies de désherbage en culture de pomme de terre


L’utilisation d’un plant sain et bien préparé sur un sol réchauffé permet d’obtenir une couverture rapide du sol et de prendre le relais des herbicides.

La période de sensibilité à la concurrence des adventices s’étend de la levée à la fermeture des rangs, soit de 7 à 8 semaines après la plantation. Des variétés avec un important développement foliaire (Bintje, Magnum, Kaptah Vandel…) seront en principe plus compétitives que des variétés à faible développement foliaire comme Agata ou Belle de Fontenay.

Le désherbage mécanique est également possible malgré un certain nombre de contraintes et une moindre efficacité. Il peut être réalisé par un buttage tardif ou l’utilisation d’outils spécifiques. Néanmoins, ces techniques gèrent difficilement l’enherbement sur le sommet des buttes. De plus, il est important de ne pas intervenir trop tard pour ne pas endommager le système racinaire, ni perturber la tubérisation.

Retour haut de page

Choix de produits adaptés à la flore

Le choix des produits doit être raisonné en fonction de la flore adventice : flore attendue pour le traitement en prélevée, flore constatée pour les interventions de post-levée ou en cas de rattrapage.

Les tableaux 2 et 3 comparent l’efficacité des produits autorisés en désherbage de la pomme de terre sur dicotylédones.


Tableau 2 : Lutte contre les dicotylédones : efficacité des herbicides de prélevée



Cliquez ici pour accéder au tableau complet


Tableau 3 : Lutte contre les dicotylédones : efficacité des herbicides de post-levée



L’utilisation des mélanges herbicides est une pratique très répandue et très ancienne en culture de pomme de terre. Elle permet d’élargir le spectre d’activité des produits par complémentarité des spectres et d’adapter la dose de chacun des herbicides à la nature et à la densité des adventices. Défi + Sencoral UD est l’une des associations les plus pratiquées : elle permet d’obtenir des bons résultats sur morelle et chénopode. Centium 36 CS + Sencoral UD est également une association de plus en plus courante, en particulier dans les situations à renouées. Dans les parcelles au passé riche en cultures de printemps ou marquées en pomme de terre, il est plutôt préférable de s’orienter vers des mélanges triples, par exemple Défi + Challenge 600 + Sencoral UD, ou Centium 36 CS + Challenge 600 + Sencoral UD. Ces mélanges sont certes plus coûteux, mais permettent de maîtriser l’ensemble de la flore.

Avant de mettre en oeuvre un mélange, on s’assura qu’il est possible réglementairement en consultant par exemple : www.arvalisinstitutduvegetal.fr.


Tableau 4 : Lutte contre les graminées : Efficacité des herbicides de prélevée


Source : Dépliant Protection des Pommes de terre, 2010

Cliquez ici pour accéder au tableau complet

La gestion des graminées annuelles ou vivaces ne pose pas de problème en général. Vulpin, ray grass et pâturin annuel sont le plus souvent contrôlés par les herbicides de prélevée (tableau 4).  Sélectif de la pomme de terre, les antigraminées foliaires sont efficaces sur la majorité des graminées annuelles à l’exception du pâturin annuel et des populations de graminées résistantes. 

Gestion des repousses


La lutte contre les repousses de pomme de terre permet d’éviter le maintien et le développement de certains ravageurs, tels que les doryphores et les nématodes, et des pathogènes (notamment le mildiou).

Une rotation longue est la première mesure pour limiter ces repousses. De façon générale, il convient d’utiliser une chaîne de récolte bien réglée pour limiter le nombre de tubercules non récoltés et de favoriser le gel des pommes de terre non récoltés en évitant leur enfouissement. La lutte chimique contre les repousses est plus facile dans les cultures de céréales plutôt que dans les cultures de protéagineux ou betteraves.

Retour haut de page

Sensibilité variétale

Il est essentiel de prendre en compte la sensibilité des variétés dans le programme de désherbage et d’éviter l’emploi des produits sur les variétés concernées.

Certaines variétés de pomme de terre présentent une sensibilité plus ou moins marquée à la métribuzine (voir encadré), matière active présente dans de nombreuses spécialités commerciales (Sencoral Ultradispersible, Bretteur, Metriphar 70 WG, Bastille…).

Encadré 1. Variétés sensibles(Consulter votre distributeur pour plus de renseignements)

► Bastille : Belle de Fontenay, Fambo, Frieslander, Hermès, Lady Christl, Lyra, Morène, Concorde, Pasha
► Challenge 600 : Monalisa (en sols crayeux)
► Spécialités à base de metribuzine :
    - en prélevée à la dose de 1 kg/ha sur les variétés : Agata, Draga, Eva, Innovator, Jetta, Lady Felicia, Logita, Multa, Osirène, Pansta, Pétra, Prima, Résy, Rubis, Scorpio, Sensor, Spartaan, Starlette, Stefano, Sybilla, Turbo, Vebeca, Vivaks
    - en prélevée à la dose de 0.5 kg/ha sur les variétés : Belle de Fontenay, Fambo, Frieslander, Lady Christl, Pasha, Vitesse

De même, le Challenge 600 (matière active : aclonifen), produit intéressant sur gaillets, crucifères et repousses de colza, ne doit pas être utilisé sur la variété Monalisa en terre crayeuse.

Pour plus d’informations, le producteur peut contacter son conseiller technique ou un ingénieur d’ARVALIS - Institut du végétal spécialisé en désherbage.

Retour haut de page

Conditions d’application : produits de prélevée

La sélectivité des herbicides de prélevée autorisés en pomme de terre est dite « de position ».

Ils demeurent dans la couche superficielle du sol et sont absorbés par les racines des adventices, tandis que les racines et les stolons de la pomme de terre, plantée plus profondément, se développent dans une zone exempte d’herbicide.

Pour une bonne sélectivité, il est conseillé d’effectuer les traitements sur butte définitive, au moins une semaine avant la levée des pommes de terre, et de réduire les doses préconisées dans les sols sableux ou limons très battants (cas des spécialités à base de linuron ou de métribuzine).

L’efficacité et la sélectivité des herbicides dépendent de la qualité du buttage. Un sol motteux ou sec nuit à l’activité des produits de prélevée. L’idéal est d’intervenir sur une butte rappuyée, suffisamment émiettée et légèrement humide.

Un temps calme est également indispensable pour répartir de façon homogène le produit sur les deux flancs de la butte et éviter l’entraînement du produit sur les cultures voisines. Toute intervention mécanique après l’application herbicide est déconseillée pour ne pas réduire, voire annuler son efficacité.


Morelles

Retour haut de page

Conditions d’application : produits de postlevée

Le rimsulfuron (Elden), est une molécule herbicide de postlevée utilisé dans le cadre d’un programme de traitement incluant un désherbage de prélevée.

Actif sur graminées, dicotylédones et certaines vivaces (voir encadré 1), l'Elden s’utilise toujours avec un mouillant non ionique type TREND 90 à 0.2 l/ha. L’efficacité maximum  est obtenue sur adventices jeunes (cotylédons à 2 feuilles maximum, 3 feuilles maximum pour les graminées annuelles). Le stade de la pomme de terre n’est pas limitant, il convient cependant de faire attention à l’effet « parapluie ». L’application de l’herbicide en condition de forte chaleur doit être évitée (température maxi 25 °C).

Encadré 1 : Adventices difficiles à détruire► Datura : En prélevée uniquement, spécialités à base de clomazone.
► Repousses d’endives et de chicorées : Intervenir au stade rosette maxi 8 – 10 cm avec du rimsulfuron, sauf sur variétés tolérantes aux sulfonylurées (ex : Europa, Mont blanc….) renouveler l’application en cas de relevée.
 
La lutte contre les vivaces doit s’envisager sur l’ensemble de la rotation y compris dans l’interculture. La gestion des vivaces est toujours un souci en pomme de terre, même si le rimsulfuron (Elden) permet de freiner le développement de quelques unes d’entre elles. La levée tardive et échelonnée des chardons et laiterons demande souvent une intervention spécifique, dissociée de l’intervention de post-levée contre les annuelles.

► Chardons : Appliquer Elden sur des plantes dont la hauteur atteint 15 à 20 cm maximum.
► Laiterons : Appliquer Elden sur des rosettes ayant un diamètre maximum de 8 à 10 cm ; renouveler l’application en cas de relevée.
► Chiendents : Anti-graminées foliaires à dose homologuée sur vivaces ou Elden

La métribuzine (Sencoral Ultradispersible, Bretteur) est parfois utilisée en post-levée, en cas d’échec du désherbage de prélevée. Cette intervention doit être considérée uniquement comme une intervention de rattrapage. Elle peut parfois causer des phénomènes de phytotoxicité, quelle que soit la variété. On ne dépassera jamais le stade 5 cm et la dose de 0,5 kg/ha de produit commercial, et l’on veillera à intervenir sur une culture en bon état végétatif.

Pour les antigraminées foliaires systémiques, il n’existe pas d’exigence sur l’état de la culture de pomme de terre, attention tout de même à l’effet « parapluie ».  En fonction du stade de la graminée à détruire, il est possible de moduler la dose de produit.


Chardons

Retour haut de page

Pour en savoir plusACTA, 2011 - Index phytosanitaire (mise à jour annuelle).

ARVALIS - Institut du végétal, 2010 - Brochure « Herbicides : maïs grain et fourrage, maïs doux, sorgho, millet, pomme de terre ».

ARVALIS - Institut du végétal, Ministère de l’Agriculture, DGAL-SDQPV, 2010 - Dépliant « Protection des Pommes de terre. Lutte contre les maladies, les ravageurs, les mauvaises herbes, le défanage et la germination » (mise à jour régulière).

Retour haut de page

Retrouvez ici nos articles sur la protection de la culture de pomme de terre

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant