En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Tapis d'aventices dicotyledones sous couvert du maïs Gestion des dicotylédones "difficiles" en maïs

Privilégier un programme pré + post-levée

22 mars 2012

La stratégie de désherbage du maïs dépend en grande partie de la flore adventice rencontrée dans la parcelle. Dans le cas de la présence de dicotylédones "difficiles", il est conseillé de combiner un désherbage de prélevée avec une intervention de post-levée.

Un programme à adapter en fonction du type de dicotylédone

La stratégie de désherbage du maïs doit être adaptée à la flore rencontrée dans la parcelle. Certaines dicotylédones sont particulièrement difficiles à détruire telles que les renouées liseron, les renouées des oiseaux, et les mercuriales. Ces dernières sont de plus en plus répandues en France. Dans cette situation, il est indispensable d’utiliser des herbicides spécifiques à ces adventices en complément du programme classique afin d’obtenir un résultat satisfaisant. Un passage de post-levée associant deux voire trois produits différents, précédé d’un passage en pré-levée, est fortement conseillé.

Dans les parcelles où seules les dicotylédones « classiques » sont présentes, la gestion du désherbage est beaucoup plus simple car les périodes de levée sont quasiment identiques. Cette catégorie comprend entre autre les chénopodes, les morelles, les renouées persicaire, et les amarantes. Différentes stratégies peuvent s’envisager : un passage tout en pré-levée ou tout en post-levée mono-passage, voire en post-levée précoce. Dans le cas exceptionnel de levées échelonnées, deux passages en post-levées peuvent s’avérer nécessaires.

Combiner désherbage chimique et mécanique ?

Le désherbage mécanique peut s’envisager en complément du désherbage chimique. Par exemple, il est possible de substituer le dernier traitement par un passage de bineuse. Cet outil doit alors être passé le plus tard possible dans les maïs, à la limite du passage de tracteur, tout en intervenant sur des dicotylédones pas trop développées (moins de 6 feuilles).

La réussite du désherbage mécanique est fortement dépendante des conditions climatiques de l’année. Un sol ressuyé et un temps sec durant les deux jours suivant le passage est nécessaire pour viser une bonne efficacité.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10