En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Messagerie Occitanie

Pourquoi le blé dur jaunit ?

18 février 2021

Des plaques de jaunissement plus ou moins grandes peuvent être observées dans les parcelles de blé dur, et vont probablement s'amplifier avec la reprise de la végétation et le ressuyage des sols. Panorama des causes possibles, en attendant de confirmer les diagnostics ultérieurement.

Hydromorphie

Les pluviométries importantes des dernières semaines ont saturé la plupart des sols et des phénomènes d’hydromorphie ont pu être observées. Ces zones jaunissent par asphyxie racinaire et par manque induit d’azote. Elles attendent une période de forte croissance pour s’estomper. Il est nécessaire d’attendre le ressuyage complet des parcelles et la reprise de végétation pour savoir si ces zones sont réellement concernées par un manque d’azote.

Mosaïques

Il est possible de voir des symptômes de mosaïques apparaître. La séquence climatique est plus favorable cette année, avec une période de froid suivie d’une douceur inhabituelle.

Nématodes

Des parcelles impactées par des nématodes sont visibles dans le Lauragais. Les plantes sont chétives et jaunissent. Les symptômes sont typiques d’Heterodera avenae (photo 1). Un retour fréquent de blé dans la rotation ainsi qu’un été précédent chaud favorisent les nématodes. Le froid a certainement permis aux kystes d’éclore et de contaminer les parcelles. Les seuls moyens de lutte sont des moyens agronomiques (plantes de coupure, changement d’espèces, interculture, …). Il est néanmoins possible sur ces parcelles d’appliquer 40 kg/ha de phosphore, afin de favoriser le développement racinaire des plantes atteintes.

Photo 1 : plantes saines (à gauche) et infestées (à droite) - Lauragais – 02/02/2021 – M. KILLMAYER Arvalis

Dans les semaines à venir, des jaunissements par manque d’azote seront visibles : après ressuyage des parcelles, le manque d’azote en surface et les mauvais enracinements mettront en évidence des problèmes d’alimentation azotée.

Il est probable que des symptômes de pieds chétifs soient visibles dans certaines parcelles (liés à la présence de cicadelles à l’automne), les éventuels symptômes de jaunisse nanisante de l'orge seront observables plus tard.

Pour les situations inexpliquées après ressuyage (pas de problème de sélectivité, pas de symptômes de nématodes, ou de parcelles avec des symptômes de mosaïques), il est important de faire le point sur les éléments minéraux présents dans les sols, en réalisant une analyse de terre (notamment pour le phosphore et la magnésie).

Très peu de maladies aujourd’hui

Les maladies sont très peu développées aujourd’hui. L’oïdium est absent, la rouille brune et la rouille jaune également. La septoriose est présente sur les feuilles basses des variétés sensibles mais est peu inquiétante pour le moment.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10