En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Symptômes de mildiou sur pommes de terre en juin 2021 dans le Nord Messagerie Nord

Pomme de terre : quelle stratégie de protection prévoir contre le mildiou ?

08 juin 2021

Le risque mildiou s’intensifie sur pommes de terre. Un traitement fongicide est à prévoir si nécessaire.

Globalement, la réserve de spores du champignon augmente ; le seuil de risque est atteint sur certains secteurs et la grande majorité des parcelles sont levées. Les premiers cas de mildiou sont sur tas de déchets (principalement sur les secteurs Picards).

Il est donc nécessaire d’adapter la protection fongicide en fonction des conditions météo. Ainsi, il faut envisager de :

• Intervenir quand le risque est présent (déclenchement Mileos ou BSV), d’autant plus si le produit a été lessivé.
• Visiter très régulièrement les parcelles : pendant les phases de croissance du feuillage, protéger la parcelle avec des produits translaminaires / diffusants (Leimay, Revus, Infinito, Zampro Max + adjuvant) ou de contact haut de gamme (Ranman Top).
• Pendant les périodes avec forts lessivages, il est important d’utiliser les produits de contact élaborés et translaminaires diffusants (Ranman Top, Leimay, Sanblite, Aderio, Zampro Max + adjuvant, Acrobat M DG, Emendo M, Revus, Infinito, Zorvec).

Il convient d’alterner les matières actives et de ne pas utiliser de solution non homologuée. Pour les parcelles entrant en croissance active, mieux vaut réduire les cadences à 5 jours.

Si et seulement si la protection est retardée (traitement lessivé, rémanence dépassée), il est recommandé d’ajouter du cymoxanil dans le mélange (Cymbal 45), en vérifiant qu’il est autorisé.

Rappelons que c’est la dernière campagne d’utilisation des produits à base de mancozèbe.

En parallèle, il faut continuer à bien observer l’environnement des parcelles, tas de déchets, repousses

Des cas de phytotoxicité suite au désherbage : pas d’inquiétudeDans la majorité des situations, les parcelles sont propres. Des cas de phytotoxicité liés au désherbage ont toutefois été observés sur le terrain. Ce phénomène est dû aux fortes pluies enregistrées, le produit ayant pu ainsi bien descendre dans les buttes et atteindre les racines des adventices mais également celles des pommes de terre. Cela induit un retard de développement des parcelles mais n’aura pas d’impact final sur le rendement. Pas d’inquiétude, avec le temps et la poursuite du développement, cela va s’estomper.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10