En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
prêle Fourrages

Plantes toxiques dans les prairies : quels effets sur la santé des animaux ?

20 juin 2013

Certaines plantes présentent dans les prairies ou aux abords peuvent contenir des substances toxiques pour le bétail. Passage en revue des plantes les plus couramment rencontrées, ou celles pour lesquelles les éleveurs se posent des questions suite à des troubles de santé de leurs animaux, voire plus rarement, des cas de mortalité.

Au sommaire :- Les renoncules
- La grande ciguë
- Le galéla officinal
- Le séneçon jacobée
- La digitale pourpre
- La prêle
- Tableau des plantes toxiques et les symptômes associés

Les renoncules

Renoncule âcre

Les renoncules sont très communes dans les prairies, les plus fréquemment rencontrées sont la renoncule âcre ou bouton d’or dans les prairies fraîches et plutôt pâturées, la renoncule bulbeuse dans les milieux secs et la renoncule rampante dans les sols argileux, humides et humifères.

Toutes les renoncules sont toxiques à des degrés divers, mais leur toxicité n’est pas très élevée. Toute la plante fraîche et particulièrement les feuilles à la floraison sont toxiques. Seules les plantes consommées en vert peuvent provoquer des troubles digestifs, mais les empoisonnements restent très rares, car les animaux ne les consomment pas en vert. La teneur en protoanémonine (substance toxique) varie selon les espèces et cette substance se dégrade à la dessication. Ainsi, les renoncules présentes dans les foins ne sont pas dangereuses.


La grande ciguë

Grande cigüe

La grande ciguë renferme au moins cinq alcaloïdes toxiques, dont la coniine, dans toutes ses parties, notamment les fruits. Toutes les parties aériennes de la plante fraîche sont toxiques. Mais la plante entièrement desséchée sur pied ou mêlée au foin a perdu quasiment toute sa toxicité. Les intoxications sont très rares, car la plante exhale une odeur désagréable lorsqu’on la froisse. Les doses mortelles de plantes fraîches sont élevées, ce qui rend l’ingestion de telles quantités par le bétail improbables : 0,5 à 2% du poids vif, soit environ 4 à 5 kg de feuilles fraîches pour les bovins et 2 kg pour les équins.

Retour au sommaire


Le galéga officinal

Galéga officinal

Encore appelé sainfoin d’Espagne, cette légumineuse se rencontre rarement dans des prairies entretenues, plutôt dans des zones humides ou des bandes enherbées.
Les parties aériennes de la plante sont toxiques en période de floraison et de fructification. Deux alcaloïdes, la galégine et l’hydroxygalégine, ainsi qu’un glucoside flavonique, la galutéoline, sont présents. La plante séchée est la plus dangereuse, car fraîche, elle est peu appétente. Sa présence en fleurs ou avec les gousses dans le foin est à proscrire. Un fourrage contenant 10 % de galéga peut être très dangereux.
La dose toxique est de 4 kg de plante fraîche pour les bovins. 400 g de plante fraîche ou 100 g de plante séchée suffisent à déclencher les symptômes et entraîner la mort chez les ovins. Des cas d'intoxication ont également été rapportés à partir de 40 g de plante sèche ingérée par des chevaux.

Retour au sommaire


Le séneçon jacobée

Séneçon jacobée

Les séneçons renferment des alcaloïdes hépatotoxiques. Deux espèces de séneçon sont courantes dans les prairies : le séneçon commun, relativement pauvre en alcaloïdes essentiellement contenus dans la racine, et le séneçon jacobée, beaucoup plus toxique, avec un maximum de toxicité dans les premiers stades de végétation. La dessication ou l’ensilage ne modifient pas cette toxicité. Toutes les espèces animales sont sensibles. Les accidents sont rarement rencontrés au pâturage, car les animaux ne le consomment pas en vert. Le danger est plus important avec l’ensilage, car l’animal ne peut pas trier lors de l’ingestion. Les cas d’intoxication sont souvent observés après une ingestion répétée pendant plusieurs semaines d’une petite quantité.

Retour au sommaire


La digitale pourpre

Digitale pourpre 


Cette espèce est commune surtout en bords de champs ou dans les haies. Les molécules responsables de la toxicité sont des hétérosides cardiotoniques, notamment digitoxine et digoxine, auxquelles la plante doit également ses propriétés thérapeutiques. Les feuilles sont la partie la plus toxique. La dose mortelle est de 160 à 180 g de feuilles vertes chez les bovins, 25 à 30 g chez les ovins, 120 à 140 g chez le cheval. Bien que les digitales soient très répandues, les animaux n’y touchent pas. Les empoisonnements sont extrêmement rares, les seuls cas seraient liés à la consommation de foin contenant des digitales.

 




Retour au sommaire



La prêle

Prêle des champs


Toutes les prêles sont toxiques. Elles sont en général présentes dans des prairies très dégradées (prêle des champs), bords des chemins, ou des dans prairies inondées (prêle des marais). Elles contiennent plusieurs composés toxiques : thiaminase, alcaloïdes (palustrine, équisétine), saponosides et nicotine. L’intoxication peut survenir aussi bien chez les bovins que chez les équins, après une consommation de foin contenant plus de 5 % de prêles. Le plus souvent, les animaux ne consomment pas les prêles au pâturage. Ce n’est que dans le cas de pâturage dans des prairies entièrement envahies par les prêles qu’une intoxication peut survenir.





Retour au sommaire


D’autres plantes présentant également des risques de toxicité sont rassemblées dans le tableau 1.


Tableau 1 : Plantes toxiques des prairies et symptômes associés

Plantes toxiques
Organes toxiques Espèces animales sensibles Observations
Grande ciguë Toute la plante.
Les plus toxiques : tige, feuilles, graines
Toutes Empoisonnements rares : mauvaise odeur, seules les plantes fraîches sont toxiques
Colchique d'automne Toute la plante.
Graines et bulbe les plus toxiques
Bovins, ovins, chevaux Intoxications par les plantes fraîches et sèches, ou par consommation des fleurs
Digitale pourpre Toute la plante, surtout les feuilles Toutes Empoisonnements très rares
Euphorbes épurge, characias Toute la plante Bovins, ovins Empoisonnements rares : plante peu appétente, goût amer. Possible par les foins (la toxicité persiste après séchage)
Glycérie aquatique Toute la plante Bovins Les risques sont importants les années sèches ou par distribution de foin
Mercuriale annuelle Toute la plante, surtout lors de la maturation des fruits en fin d'été Toutes Intoxications possibles, même avec des plantes séchées ou ensilées
Millepertuis Toute la plante. Fleurs les plus toxiques, surtout en début de floraison Bovins, ovins, chevaux Intoxications rares, uniquement par ingestion de fourrages conservés chez les équins. Photosensibilisation (hypéricisme) chez les bovins à peaux et muqueuses non pigmentées.
Morelle noire Toute la plante. Baies vertes les plus toxiques Toutes Intoxications rares. Lors de consommation de la plante entière, de fourrage ou d'ensilage contaminés. Relativement peu de cas d'intoxications dus aux baies.
Moutarde noire Graines Toutes Intoxications rares, lors d'ingestion de graines, de tourteaux, d'ensilages contaminés
Nielle des blés Toute la plante. Graines les plus toxiques Bovins, chevaux Intoxications rares. La plante est refusée par le bétail, mais les graines se mélangent aux moissons
Potentille Toute la plante Chevaux Intoxications rares, uniquement par ingestion de fourrages conservés chez les équins.
Renoncules Toute la plante Toutes Empoisonnements rares : pas consommées par les animayx, toxicité faible, seules les plantes fraîches sont toxiques.
Séneçon jacobée Toute la plante Ruminants, chevaux Intoxications rares, par ingestion de fourrages conservés (plante en vert peu consommée).


Retour au sommaire

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

5 commentaires 01 août 2013 par ARVALIS

Bonjour, Dans cet article, il s'agit des plantes toxiques les plus couramment rencontrées ou les plus dangereuses dans les prairies, certaines plantes plus spécifiques de certaines régions ne sont effectivement pas présentées. Les solutions pour s'en débarrasser ne sont pas forcément les mêmes selon les plantes. Nous vous remercions pour vos suggestions de sujets, nous allons nous y pencher.

22 juin 2013 par ORY

J'ai un pré dans lequel il y avait tous les ans au moins un avortement,maintenant j'y mets des boeufs et tous les ans j'ai une perte.Il est difficilement fauchable (talus,coulants d'eau,bois...) difficile d'isoler les plantes toxiques!

22 juin 2013 par THOMAS

Merci de nous préciser comment se débarrasser de ces plantes toxiques sans endommager les reste de la prairie

21 juin 2013 par AEBISCHER

Intéressant. LOenanthe safranée très présente dans l'ouest, aurait mérité un paragraphe.

21 juin 2013 par LEMETAIS

présentation intéressante.