En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Plantation de pommes de terre en Hauts de France Messagerie Normandie / Hauts-de-France

Plantations des pommes de terre : attendre le ressuyage des parcelles

07 avril 2020

Après les cumuls de pluie importants de ces derniers mois, il faut savoir être patient pour reprendre les sols dans de bonnes conditions avant les plantations.

Les cumuls de températures et de pluies durant l'hiver montrent des excédents sur l’ensemble de la région comparativement à l’hiver 2018-2019 (tableaux 1 à 6).

Tableaux 1 à 4 : Cumuls des températures et des pluies sur plusieurs postes climatiques des Hauts-de-France

Tableaux 5 à 6 : Cumuls des températures et des pluies sur plusieurs postes climatiques de Normandie

Diagnostiquer à la bêche avant d’entreprendre un travail du sol plus profond

Les labours d’hiver ont souvent été effectués dans des conditions humides et l’absence de froid n’a pas permis une restructuration du sol. Des risques de tassement sont donc à craindre.

Même si les 15 premiers centimètres sont bien ressuyés, les horizons profonds, plus humides, restent sensibles au tassement. Il est donc indispensable de s’assurer que le sol est correctement ressuyé en profondeur et de pratiquer un diagnostic à la bèche de manière à adapter le travail du sol à chaque parcelle. L’objectif est d’obtenir une terre ameublie en profondeur, rassise sans être trop affinée en surface, avec quelques mottes pour éviter l’apparition de phénomènes de battance.

Prendre son mal en patience

A l’heure actuelle, les outils utilisés par les producteurs (herse rotative, fraise…) sont performants pour reprendre les labours et émietter un horizon suffisamment important (une bonne quinzaine de centimètres), mais l’humidité du sol lors de ces interventions reste prépondérante. Des interventions trop précoces sur des sols insuffisamment ressuyés risqueraient d’accentuer les phénomènes de compaction.

Pour les parcelles qui ne sont pas encore labourées, un labour pourra être effectué sur un sol ressuyé quelques jours avant la plantation. Aussi, un décompactage sur une trentaine de centimètres pourrait s’avérer nécessaire sur les parcelles potentiellement compactées.

Quelle que soit l’intervention, il est important d’attendre le ressuyage complet du profil pour ne pas augmenter les problèmes de compaction et de lissage.

Toutes ces précautions permettront d’implanter la culture de pomme de terre dans de bonnes conditions, ce qui constitue une étape clé dans la réussite de cette culture.

Covid-19 : les équipes d’ARVALIS restent mobilisées et connectées
L’épidémie ne nous fait pas oublier que la campagne agricole se poursuit avec ses aléas, en particulier cette année où les conditions de cultures sont très compliquées. En ces temps de confinement et de difficultés d’accéder facilement aux parcelles, lors de vos tours de plaine et observations, n’hésitez pas à nous faire remonter tous les problèmes observés en culture et/ou questions de conjoncture via nos mails. Nous prendrons le temps d’y répondre et/ou en mutualisant les retours avec un message dédié toujours dans le souci d’accompagner au mieux les producteurs.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10