En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Dernier apport d'azote sur céréales au stade DFE en 2019 en Bourgogne Messagerie Bourgogne-Franche-Comté

Pilotage du dernier apport d’azote : c’est le moment !

02 mai 2019

A l’approche du stade dernière feuille, le retour des pluies fait du bien ! En effet, la séquence estivale des derniers jours combinée au retour des pluies va donner un coup d’accélérateur au développement des céréales à paille. L’apport fait autour du stade épi 1 cm est maintenant bien valorisé : la plante est prête pour un diagnostic afin de recevoir le dernier apport d’azote.

Rendez-vous dès dernière feuille pointante

A ce jour, la majorité des blés ne semblent pas souffrir de carences en azote :
- Les reliquats d’azote du sol étaient plutôt élevés en sortie d’hiver.
- Les engrais azotés ont généralement été valorisés, à l’approche du stade épi 1 cm, par « 15 mm de pluie dans les 15 jours suivant l’apport », hormis pour les apports réalisés entre le 15 et le 20 mars (Figure 1).

Graphique 1 : Nombre de jours nécessaires pour cumuler 15 mm en 2019
Station de Auxerre

Afin d’assurer le meilleur compromis rendement x teneur en protéines, si on devait retenir un stade, ce serait le stade dernière feuille pointante. A ce stade, un diagnostic de l’état d’alimentation en azote à l’aide d’un outil de pilotage est particulièrement important cette année. En effet, l’azote apporté en mars était nécessaire aux cultures mais n’a pas toujours bénéficié de conditions optimales pour sa pleine valorisation en fonction de la date d’apport et de la pluie qui a suivi.

A quelle date est prévu le stade dernière feuille pointante ?

Par exemple, sur la base de la variété RUBISKO semée le 01/10/2018 : le 20 avril au Nord de l’Yonne, le 24 avril en Plaine de Dijon et le 29 avril sur les Plateaux du Châtillonnais. L’avance de 4 à 5 jours est maintenue par rapport à la moyenne des 20 dernières années.

En pratique, que faire ?

Afin de trouver le bon compromis entre la théorie et la pratique, c’est à l’approche d’une période pluvieuse que ces derniers apports seront le mieux valorisés, idéalement 15 mm de pluie dans les 15 jours. Le mois de mai est habituellement un mois pluvieux permettant une bonne valorisation des apports de finition. Dans ces conditions, l’apport d’engrais peut être valorisé à hauteur de 80-90 %, d’autant plus s’il est fait avec de l’ammonitrate. C’est la forme la plus efficace pour ce ou ces apports tardifs. Sous réserve d’être valorisée par la pluie, cette forme d’engrais n’est pas soumise au risque de volatilisation comme peut l’être la solution azotée. L’urée est intermédiaire entre l’ammonitrate et la solution azotée pour la valorisation en fin de cycle et le risque de volatilisation ammoniacale.

A noter que l’efficience des unités d’azote des engrais foliaires de finition est la même que celles des engrais minéraux sur le rendement mais légèrement inférieure sur la teneur en protéines.

Selon les prévisions de pluviométrie, de la pluie est encore annoncée ces prochains jours donc l’apport d’azote fin montaison peut être déclenché.

Sur la base d’environ 40-60 unités réservées jusqu’à aujourd’hui sur la dose totale :

> En s’appuyant sur les recommandations d’un outil de pilotage de la fertilisation azotée interrogé à partir du stade dernière feuille pointante (DFP) :
• Le conseil est de « 0 » : refaire un diagnostic à l’approche du stade gonflement-épiaison si votre outil de pilotage le permet.
• Le conseil est de « 20 à 40 » : appliquer l’engrais à DFP.
• Le conseil est de « 60 à 80 » : appliquer 30-40 unités à DFP puis 30-40 unités à l’approche du stade gonflement-épiaison. Cette pratique est recommandée en particulier pour les blés améliorants pour lesquels il faut prévoir un apport au moment de l’épiaison pour répondre au 14,5 % de protéines.

> Sans utiliser d’outil de pilotage de la fertilisation azotée, appliquer la mise en réserve (40 à 60 uN en fonction du bc* de la variété) à DFP. Pour les blés améliorants, la mise en réserve peut monter jusqu’à 80 uN, en fonction des variétés (ex : Adesso, Bologna, Ghayta…), avec une stratégie qui doit se faire en deux apports (DFP et épiaison) pour atteindre l’objectif qualité.

*quelques exemples de variétés avec une mise en réserve de 60 uN : Alixan, Ascott, Chevignon, Complice, Fructidor, Hydrock, Ionesco, KWS Extase, Mutic, Nemo, RGT Sacramento, Sepia, SY Moisson.

Article rédigé par les partenaires de « Blé Objectif Protéines » (BOP) : L.PELCE & D.CHAVASSIEUX (ARVALIS), C.BOULLY (Bourgogne du Sud), M.PAGEOT (Ets Bresson), JB.GOULIER (CA 21), MA.LOISEAU (CA89), JN.HERRGOTT (Ynovae), M.MIMEAU (Dijon Céréales), D.LACHAUD (SAS RUZE), A.PETIT (SeineYonne), E.BONNIN (Soufflet Agriculture).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10