En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Symptômes de maladie (septoriose) présents sur feuilles basses en avril 2019 en Hauts de France Messagerie Hauts-de-France

Peu de maladies en début montaison du blé tendre

04 avril 2019

Depuis le début de la campagne, les conditions climatiques sont peu propices à la septoriose et à la rouille jaune : actuellement, le risque maladies est à un faible niveau. A surveiller de plus près sur variétés sensibles à partir du stade deux nœuds.

Les parcelles sont actuellement en pleine montaison, et aucune ne nécessite d’intervention précoce avant le stade 2 nœuds.

Des conditions climatiques assez peu favorables au développement des maladies

Les conditions climatiques de cet hiver n’ont pas été favorables au développement de l’inoculum des principales maladies (septoriose et rouille jaune). Si depuis début novembre, les cumuls de températures sont plutôt doux, la pluviométrie est déficitaire surtout sur les mois de janvier et février (figure 1).

Figure 1 : Relation entre cumul de températures et pluviométrie entre le 1er novembre et le 1er avril

Rouille jaune : risque faible d’apparition précoce

L’indicateur CrustYello* sur variétés très sensibles « type Trapez » indique un risque d’apparition de la maladie au stade 1 nœud plus faible que l’année dernière, 2018 et bien plus faible que l’année haute de référence, 2014. Seules les variétés très sensibles sont à surveiller (type Nemo) (cartes 1 et 2).

Cartes 1 et 2 : Risque potentiel rouille jaune calculé par CrustYello pour une variété très sensible (Trapez)

*CrustYello est le modèle développé par ARVALIS, permettant d’estimer le risque d’apparition de la rouille jaune à la parcelle en prenant en compte la sensibilité variétale et des variables agro-climatiques, dont l’indice Yello (indicateur du niveau de risque régional).

La sensibilité variétale est le premier critère de risque. Rappelons que des travaux récents ont permis de démontrer que les variétés présentant une bonne tolérance à la maladie (note > 6) ne nécessitent pas d’intervention avant le stade 2 nœuds. Par ailleurs, la plupart des variétés cultivées en Hauts-de-France présente un bon niveau de tolérance à la rouille jaune (voir encadré).

Septoriose : inoculum présent, mais cantonné sur feuilles basses

L’inoculum en sortie d'hiver calculé par Septo-LIS® indique un risque au stade épi 1 cm faible, et même inférieur à celui de l’année dernière à la même période.

Carte 3 : Inoculum septoriose Septo-LIS® au stade épi 1 cm 2019 – variété précoce et sensible type Apache

La maladie est pour l’instant très discrète et se cantonne aux feuilles basses. Après un début mars relativement pluvieux, quelques symptômes s’observent. Depuis, une période sèche s’est installée et les blés débutent leur montaison dans une relative sécheresse défavorable à la maladie.

Un grand nombre de variétés aujourd’hui cultivées en Hauts-de-France présente un bon niveau de tolérance à la septoriose et à la rouille jaune (voir encadré), permettant de raisonner les interventions fongicides en évitant de systématiser le premier traitement fongicide, grâce aux outils d’aide à la décision et aux observations de l’année.

Ce sont les conditions climatiques à partir du stade 2 nœuds (au moment où la F2 définitive pointe) qui sont déterminantes pour la nuisibilité finale et seront à surveiller sur les variétés les plus sensibles, en cas de pluviométries significatives accompagnées de températures douces.

Et la rouille brune ?

Il est encore trop tôt pour s’occuper de rouille brune, mais les conditions douces depuis novembre et plus particulièrement en février, placent l’année 2019 en risque potentiel « moyen », plus élevé que l’année dernière à la même période, mais plus faible que la référence haute de 2007.

Dans tous les cas, aucune intervention visant cette maladie ne peut être justifiée avant l’apparition de la dernière feuille.

Cartes 4 et 5 : Risque potentiel rouille brune au 1er avril – Somme de température moyenne base 0 du 1/11 au 31/03

Profil de sensibilité variétale des principales variétés cultivées en Hauts-de-FranceLes caractéristiques variétales ont été mises à jour avec les nouvelles cotations 2019 (tableau 1).
Les notes CTPS/GEVES sont attribuées au moment de l’inscription des variétés, puis sont ensuite affinées, ou modifiées par ARVALIS – Institut du végétal en post-inscription, suite par exemple à un contournement de résistance.
Notons que certaines variétés récemment inscrites, ont perdu 1 point par rapport à leur cotation septoriose obtenue à l’inscription, suite à l’observation d’une plus grande sensibilité vis-à-vis de certaines souches émergentes l’année dernière (Filon, Mutic, Unik, ou encore Cellule).

Tableau 1 : Sensibilité des variétés de blé tendre vis-à-vis des maladies

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10