En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Contamination des céréales par les sclérotes Les vrai/faux de l'ergot

Oui, l’ergot est un champignon

06 août 2020

Bien connaître la biologie de ce champignon permet de comprendre les leviers pour le contrôler. Son cycle de contamination se déroule en 4 étapes.

Les sclérotes constituent la forme de dormance du champignon. Ils lui permettent de passer l’hiver dans le sol, pour germer au printemps.

Leur taille est très variable selon la plante-hôte : les sclérotes de céréales sont en moyenne 10 fois plus gros que les sclérotes de graminées adventices.


La taille des sclérotes est très variable

1 - Les sclérotes germent dès le mois d’avril

Le pédicelle permet au champignon enfoui dans le sol d’atteindre la surface du sol pour éjecter les spores dans l’air.

Si le sclérote est enfoui au-delà de 7 cm, le champignon n’arrive pas à produire des pédicelles assez longs pour atteindre la surface du sol. Les spores sont donc émises dans le sol et ne contaminent pas les graminées.

2 - Les contamination primaires interviennent à la floraison des céréales ou des graminées adventices durant 4 à 6 semaines en mai-juin

Les périthèces libèrent des spores dans l’environnement.

Les spores sont disséminées par le vent et la pluie dans un rayon de 20 m.

3 - Des contaminations secondaires peuvent avoir lieu sur les graminées à floraison durant 5 à 10 jours en juin

Le champignon se développe à la place du grain. 

Il produit des spores contenues dans un miellat.

Les spores sont disséminées par le vent, les insectes (par contact) et la pluie.

Le miellat n’est pas toujours visible à l’œil nu, il peut être lessivé par la pluie. Les épis sont collants.

4 - Sur la graminée contaminée, les sclérotes se développent en juillet

Les sclérotes se développent sur les épis. 

► Ils tombent au sol et entretiennent l’inoculum dans le sol.
► Ils sont récoltés avec le grain et contaminent les récoltes.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

12 commentaires 08 août 2020 par ROEDERER

Si l'ergot du seigle se limitait à l'affaire de Pont Saint-Esprit, ce ne serait pas trop grave... En 1950, on connaissait la cause et on pouvait y remédier. Il faut en revanche se souvenir des dégâts fait dans la population française au XVIème ou XVIIème siècle (il me semble) où une bonne partie des habitants ont été touchés par "la danse de Saint-Guy" (tremblements provoqués par l'ingestion des alcaloïdes fabriqués par l'ergot du seigle). Sans parler du bétail... Se débarasser du claviceps purpurea dans nos grains est très compliqué et fort coûteux. Les trieurs à table densimètrique ne séparant que faiblement les grains des sclérotes, il faut se servir des trieurs optiques qui ont un débit très faible et qui coûtent "un bras et un oeil". Sinon, on peut trier à la main, mais il faut disposer d'esclaves en nombre ... je ne crois pas que se soit encore de nos temps! Alors, il faut se pencher à nouveau sur les façons culturales et contrevenir aux grands principes du Semis Direct et de l'agriculture dite de conservation (titre autoproclamé des tenants de cette secte): hé bien oui, il faut enfouir les sclérotes profondément pour qu'il ne puissent à nouveau émettre leur spores en surface...d'où labour ! D'ailleurs, les instances qui surveillent la partie sanitaire des nos récoltes (surtout celles qui sont commercialisées) viennent de resserrer à nouveau les normes, notamment en ce qui concerne l'ergot... Ce qui laisse supposer qu'elles anticipent un problème à venir !

08 août 2020 par MARTIN

J'ai des compétences en France sur le sujet sans m'encombrer l'esprit d'auteurs américains qui pensent connaitre mieux la France que les français,. Je vous conseille de vous intéresser à notre pays, la France et à l'agriculture française en commençant par la base, ras du sol, avec les carabes, et par votre niveau d'acide. Vous comprendrez peut être qu'on ne commence pas les études de physiques par la mécanique quantique ... et la chimie organique par les cours de l'ENS.

08 août 2020 par LOUIS

C'st dommage que vous ne connaissiez pas Steven L. Kaplan. Il a écrit rien que ça : Bread, Politics and Political Economy, 1976. The Famine Plot Persuasion in Eighteenth-Century France. Transactions of the American Philosophical Society, 1982. Le complot de famine : histoire d'une rumeur au XVIIIe siècle, 1982. Provisioning Paris. Merchant and Millers in the Grain and Flour Trad during the Eighteenth Century, 1984. Le pain, le peuple et le roi : la bataille du libéralisme sous Louis XV, 1986. Les ventres de Paris : pouvoir et approvisionnement dans la France d'Ancien Régime, 1988. Farewell, Revolution: Disputed Legacies, France, 1789/1989, Cornell University Press, 1995. The Bakers of Paris and the Bread Question, 1700-1775, 1996. Le meilleur pain du monde : les boulangers de Paris au XVIIIe siècle, Fayard, 1996, 544 p. (présentation en ligne [archive]), [présentation en ligne [archive]]. Food and Gender: Identity and Power, 1998. La fin des corporations, Paris, Fayard 2001. Le retour du bon pain : une histoire contemporaine du pain, de ses techniques, et de ses hommes, 2002. Cherchez le pain : guide des meilleures boulangeries de Paris, 2004. France, malade du corporatisme ?, 2004. Le pain maudit : retour sur la France des années oubliées, 1945-1958, 2008 prix Thiers La France et son pain : histoire d'une passion, Albin Michel, 2010. Raisonner sur les blés : essais sur les lumières économiques, version en français, texte traduit/établi par Steven Laurence Kaplan et Marie-Christine K., Paris, Fayard, 2017, 870 p. Pour le pain, Paris, Fayard, 2020, 368 p. (ISBN 978-2213716671)

08 août 2020 par MARTIN

Encore Louis qui croit tout ce qui est le contente. Qui est donc le Steven L. Kaplan cité ? L'office du blé ? C'est quoi cela ?Jamais entendu parler de l'office du blé mais plutôt de l'office des céréales créé par des agriculteurs de ma famille (ex ONIC) et dont un de mes parents a été récemment directeur général ! Vous êtes surement un adapte de la loi de Brandolini qui veut que réparer des bêtises comme des âneries demande infiniment plus de temps que de les dire et de les propager ! Quant à la gestion qualitative du blé, vous devez rigolez ! C'est quoi le PS, etc. Votre champ d'action devrait plutot être la médecine que l'agronomie.

07 août 2020 par LOUIS

@ROEDERER L'ergot a été à l'origine du pain maudit de Pont Saint Esprit. L'ergot est du LSD. Steven L. Kaplan, affirme que à la suite de la création de l'office du blé qu'on a gérer en quantité et non en qualité cette matière première qui permet de faire du pain. Je tiens sa présentation à votre disposition. https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_pain_maudit

07 août 2020 par ROEDERER

Prédateur de l'ergot ? Jamais entendu parler de prédateur de champignon(s) ! Les carabes ? Ce sont surtout des prédateurs de limaces et autres gastéropodes, pour le sclérotinia ...? Après tout, si vous êtes sûr de vous, pourquoi ne tentez-vous pas d'élever des carabes pour bouffer l'ergot que vous ne devez pas manquer d'avoir dans vos parcelles, si tant est que vous en aviez... Mais il y a une condition impérieuse: au cas ou vos récoltes comportent des sclérotes de claviceps (ergot), veuillez assumer, Monsieur Louis, les dégâts que leur consommation va faire dans la population qui va les consommer... A bon entendeur...!

07 août 2020 par LOUIS

J'ai appris ça auprès d'entomologiste qui nous expliquait que les insecticides sur colza étaient une catastrophe pour la vie des sol. Les deux périodes de reproduction pour les carabes sont le printemps et l'automne, l'époque ou en matière d'insecticide, en 2018 malgré des passages en dehors de la raison, on est pas venu à bout des insectes. On a retourné un tiers des colza chez nous. Mon maraîcher vient de me dire que les altises chez lui étaient hors contrôle, il va donc falloir faire autrement.

07 août 2020 par BRUNET

doit -on prévoir un autre "Pont saint esprit " ? pourquoi avons nous des médicaments pour se soigner et plus pour les plantes ? J'ai d'autres questions tout aussi bétes ! Mais mon amertume pour les écolos-bio-bobos qui n'y connaissent rien et veulent nous donner des leçons a ses limites.

07 août 2020 par MARTIN

Pour se débarrasser de l'ergot mais il faut employer des fongicides actuellement interdits et qu’ont fait interdire les écolos bobos bios sous des prétextes les moins agricoles, agronomiques, biologiques etc. Comme les betteraviers, les agriculteurs raisonnables n'ont pas fini de crever des restrictions , normes etc. créées par les écolos bobos bios

07 août 2020 par MARTIN

Louis, où avez vous appris cela ? Les "on sait" dénotent en général des incompétences et sont bien sur éliminatoires à tous les examens en particulier d'entrée des grandes écoles, lycées, collèges particulièrement d'agriculture ! Si les ergots avaient des prédateurs cela se serait su mais bien evidemment nos aieux n'étaient pas écolos, bobo,s bios mais agriculteurs ruraux et pas urbains !

07 août 2020 par CLAISSE

comment fait-on pour se débarrasser de l'ergot ?

07 août 2020 par LOUIS

Vous n'avez pas précisez quel était les prédateurs de ce champignon. On sais que le carabes sont des prédateurs pour le scerotinia du colza.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10