En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Rhynchosporiose sur feuille d’orge Messagerie Ouest Occitanie

Orges de printemps : attention à la rhynchosporiose

09 avril 2020

Protéger les orges de printemps contre les maladies permet de maintenir le potentiel de rendement de la culture mais aussi de sécuriser le calibrage, important pour le débouché brassicole, en optimisant le remplissage des grains.

Les dégâts dus aux maladies sur les orges de printemps semées en janvier ou en février sont en général atténués par la rapidité de croissance et de maturation de cette espèce. Par contre, les orges de printemps semées à l’automne sont bien plus exposées aux maladies foliaires : rhynchosporiose, helminthosporiose, oïdium et dans une moindre mesure rouille naine et ramulariose.

La rhynchosporiose

Pour les orges semées à l’automne, la rhynchosporiose est la maladie la plus préoccupante car elle s’invite souvent dès le début de cycle.

La tolérance des variétés des orges de printemps à cette maladie est définie dans un contexte de semis de printemps et les observations réalisées les années précédentes confirment que la cotation est différente sur des semis décalés, où le cycle de la culture est beaucoup plus long.

Ainsi, on peut observer des foyers intenses d’attaque de rhynchosporiose, même pour des variétés notées 7 ou 8, lorsqu’elles sont semées à l’automne.

Le climat doux actuel est favorable aux maladies. Par contre le manque de précipitation limite les contaminations car la rhynchosporiose se développe par temps frais et avec des précipitations répétées. es pluies dispersent les spores aux étages supérieurs (on retrouve ainsi souvent un gradient vers le haut des plantes).

Les symptômes se présentent sous forme de taches verdâtres ovales, qui évoluent vers une teinte gris-blanchâtre à partir du centre. Les taches sont délimitées par un contour brun foncé. Elles finissent par se rejoindre et s’imbriquer les unes dans les autres. Cette maladie apparaît souvent en foyers. Il y a peu de confusions possibles avec d’autres maladies.

L’helminthosporiose

Une des particularités de ce champignon est de provoquer des taches de formes variées : rectangles, linéaires, ovales, en réseau. Dans tous les cas, elles se caractérisent par une couleur brune, avec la présence non systématique mais courante d’un halo jaune. Les symptômes sont visibles de manière identique sur les deux côtés de la feuille.

Cette maladie progresse des feuilles basses vers les feuilles hautes. On observe une évolution en paliers, du fait que la sporulation ne peut se faire que sur des tissus entièrement nécrosés.

Quelles solutions adopter ?

Pour les orges de printemps semées au printemps

La rhynchosporiose est déjà présente dans la région et peut justifier une intervention précoce dès la montaison dès que possible pour stopper sa progression.

La hausse des températures et la période sèche est plutôt défavorable aux nouvelles contaminations et permet de ralentir le développement de la maladie.

De nombreuses matières actives sont efficaces contre cette maladie, on prendra en compte la nécessaire alternance des matières actives entre elles et de la programmation du traitement pivot « sortie des barbes ».

Par exemple, sans être exhaustif, pour un T1, les associations à base de cyprodinil et de triazoles sont des références avec d’excellentes efficacités.

Pour les orges de printemps semées à l’automne

Compte tenu du développement des stades (1 à 2 nœuds) et de la période sèche, le stade pivot Sortie des barbes peut être attendu pour faire un traitement à base de SDHi et de triazoles associés à une strobilurine si la rhynchosporiose n’est actuellement pas présente. Sinon, un T1 devra être réalisé au plus tôt.

Figure 1 : Exemples de traitement en fonction de la sensibilité variétale et/ou de la présence précoce de maladies (coûts indicatifs et liste de produit non exhaustive)

Covid-19 : les équipes d’ARVALIS restent mobilisées et connectées
L’épidémie ne nous fait pas oublier que la campagne agricole se poursuit avec ses aléas, en particulier cette année où les conditions de cultures sont très compliquées. En ces temps de confinement et de difficultés d’accéder facilement aux parcelles, lors de vos tours de plaine et observations, n’hésitez pas à nous faire remonter tous les problèmes observés en culture et/ou questions de conjoncture via nos mails. Nous prendrons le temps d’y répondre et/ou en mutualisant les retours avec un message dédié toujours dans le souci d’accompagner au mieux les producteurs.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10