En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Gestion des maladies foliaires des orges et escourgeons d’hiver Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Orges d’hiver : intervenir contre les maladies à la sortie de la dernière feuille ou des barbes

23 avril 2020

Les parcelles d’orge d’hiver les plus précoces atteignent le stade sortie dernière feuille – sortie des barbes dans notre région. Focus sur la protection contre les maladies à réaliser à ce stade.

La sortie des barbes, un moment privilégié pour protéger les orges

L’intervention à dernière feuille étalée – sortie des barbes est la plus importante sur orge. Elle permet de protéger les feuilles qui contribuent le plus au rendement et au calibrage, et limite les contaminations des épis à partir de ces mêmes feuilles.

Ce traitement vise la rhynchosporiose, l’helminthosporiose, la rouille naine, la ramulariose et les grillures. Les quatre premières maladies peuvent atteindre les épis.

De par son importance, cette intervention pourra être la seule sur variétés peu sensibles aux maladies. Pour les autres variétés, cette protection viendra prendre le relai du premier passage.

Pour vérifier le niveau de sensibilité aux maladies des variétés, consultez les fiches variétés.

Diversifier les modes d’action pour freiner l’apparition de résistances aux fongicides

A l’exception de la rouille naine, toutes les maladies de l’orge sont concernées par des résistances aux fongicides. L’évolution de la résistance des populations d’helminthosporiose aux SDHI reste de loin la plus préoccupante, la situation s’étant fortement dégradée depuis 2014.

Un seul mot d’ordre : Eviter de ré-intervenir avec des substances actives déjà utilisées. Alterner les triazoles. Eviter les doubles applications de SDHI et de strobilurines.

Quelles sont les substances actives les plus adaptées à une intervention au stade sortie dernière feuille – sortie des barbes ?

Dans un contexte dominé par l’helminthosporiose, il est recommandé de positionner à ce stade les produits à base de SDHI.

Néanmoins, au vu de l’évolution des résistances, les SDHI ne nous apparaissent pas un passage obligé, en particulier sur variétés peu sensibles. Il est possible d’intervenir avec des produits associant du prothioconazole et une strobilurine.

En cas d’utilisation de SDHI, il est préférable d’ajouter une strobilurine uniquement sur les variétés les plus sensibles à l’helminthosporiose (pour ne pas sélectionner une double résistance SDHI/Strobilurine).

Une sensibilité aux grillures et à la ramulariose conduira à renforcer l’intervention avec du chlorothalonil (dernière année d’utilisation). L’utilisation de mefentrifluconazole, contenu dans le Revystar XL ou l’Amplitude (ou autres noms commerciaux), peut être une alternative.

Tableau 1 : Efficacité de différentes matières actives vis-à-vis des maladies de l’orge (extrait du dépliant Céréales à paille - lutte contre les maladies 2020)

Un investissement à définir en fonction de la dépense globale optimale

Il conviendra de maintenir un investissement suffisant à ce stade, même en cas de prix bas annoncés.

De nombreux essais ARVALIS ont permis de définir une dépense fongicide optimale en fonction de la nuisibilité attendue et le prix de vente des orges d’hiver et escourgeons. Une fois l’enveloppe globale déterminée, il est possible d’estimer l’investissement à réaliser lors de ce traitement. De cet investissement découlera les doses à appliquer.

Tableau 2 : Dépense fongicide optimale théorique (€/ha) sur escourgeon et orge d’hiver en fonction de la pression parasitaire attendue et sous plusieurs hypothèses du prix (10 à 18 €/q) – Base pluriannuelle

Au-delà du résultat donné par le modèle, il faut néanmoins rester attentif au fait que la protection fongicide a un effet marqué sur le calibrage. En conséquence, il serait hasardeux de ne s’en tenir qu’au simple calcul de rentabilité des fongicides sans penser qu’il faut assurer une production d’orges de qualité brassicole.

Pour en savoir plus sur les programmes régionaux de protection des orges, consultez notre guide Choisir & Décider 2019/2020.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10