En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Evaluer le risque et saisir les bonnes conditions pour appliquer les régulateurs de croissance sur OH Lutte contre la verse

Orges d’hiver : à chaque situation, sa stratégie de régulation

12 avril 2018

Les conditions climatiques favorables cette année à la verse impliquent d’évaluer le risque sur les orges d’hiver, plus sensibles à cet accident que le blé tendre. Dans le cas où l’application de régulateurs s’impose, comment adapter sa conduite ?

Souvent très denses à la montaison, les orges d’hiver et escourgeons sont plus exposés à la verse que le blé tendre. Une verse précoce peut engendrer d’importantes pertes de rendement et nuire à la qualité du grain, en particulier pour les variétés à orientation brassicole.

Estimer son risque variétal

Les progrès variétaux sont nets mais, en dépit d’une conduite culturale adaptée, ils ne permettent pas de s’affranchir d’un régulateur. Certaines variétés sont, de plus, sensibles à la casse du col de l’épi.

Figure 1 : Sensibilité des variétés d’orge d’hiver à la verse

Le classement des variétés vis-à-vis de la verse est dépendant de la verse globalement observée chaque année. A la récolte 2017, beaucoup d’orges d’hiver étaient versées. Si Jettoo et Touareg sont très sensibles à la verse, Etincel et Isocel n’en sont pas indemnes. A l’inverse, KWS Tonic et Tektoo ont un bon comportement. Les escourgeons brassicoles Casino, Pixel et Passerel sont proches les uns des autres en milieu de classement, tout comme Amistar. Les variétés d’orges à 2 rangs testées sont plutôt moins sensibles à la verse que les escourgeons. KWS Orwell et Maltesse confirment leurs bons comportements.

Pour connaître le classement d’autres variétés, consultez le site des fiches variétés.

Des densités élevées et/ou des reliquats sortie hiver importants sont également des facteurs favorables à la verse qu’il conviendra de prendre en compte.

Adopter une stratégie adaptée à son risque

Les spécialités à base d’éthéphon conservent tout leur intérêt face à des applications à base d’anti-gibbérelliques. En effet, si ces dernières permettent en général une bonne maîtrise de la verse et de fortes réductions de la hauteur des plantes, elles ne permettent pas de maîtriser la casse du col de l’épi aussi bien que des applications d’éthéphon vers le stade dernière feuille.

En l’absence de verse, les effets des régulateurs sur le rendement ou les paramètres de qualité des orges brassicoles sont difficiles à mettre en évidence au champ. Des réductions de calibrage sont parfois signalées avec les spécialités à base de trinéxapac-éthyl (Moddus).

Les orges 2 rangs sont plus sensibles aux excès d’activité de certains régulateurs. En conditions difficiles pour la croissance (stress azoté ou hydrique, températures froides), on observe parfois des réductions de hauteur importantes, d’où les doses plus faibles proposées sur les orges à deux rangs pour certains produits.

Tableau 1 : Stratégies de lutte contre la verse sur orge d’hiver / escourgeons

Il est également recommandé de réduire la dose de 10 à 20 % en conditions favorables à l'absorption du produit ou sur une végétation en état de stress.

Ne pas dépasser la dose de 1 l/ha de Medax Top sur orge car risque de phytotoxicité en cas de mauvaises conditions.

Il est nécessaire de tenir compte des conditions climatiques le jour de l’application mais aussi durant les 3 à 5 jours suivants celle-ci. Les conditions météorologiques annoncées dans les prochains jours seront a priori favorables à leur emploi.

Tableau 2 : Conditions de températures requises pour l’emploi des substances de croissance

Exemple de lecture : pour une application de Terpal, il faut que le jour du traitement la température minimale enregistrée soit supérieure à 2°C et qu’elle atteigne au moins +12°C. Dans les 3 jours suivants, une température maximale supérieure à 12°C est favorable.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 13 avril 2018 par TORCHE

Bonjour juste un petit témoignage pour signaler que les orges et le blé tendre qui ont versé au cours des dernières pluies ont pu finalement se redresser de nouveau à la faveur du beau temps . Notre pire cauchemar serait le mois de Mai ,après le remplissage de l'épi,si la température baisse et que les orages se manifestent de nouveau. ce n'est qu'à partir de cet instant là ,que l' on peut évaluer réellement le risque de verse . Salut.