Verse observée sur des épis d’orge d’hiver en Auvergne Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Orge d’hiver : évaluer le risque de verse avant d'intervenir

24 mars 2022

A l'approche du stade 1 nœud, c'est le moment d’évaluer le risque verse sur les orges d'hiver. Un diagnostic est indispensable avant toute décision d’intervention.

Souvent très denses à la montaison, les orges d’hiver et escourgeons sont plus exposés à la verse que le blé tendre. Une verse peut engendrer d’importantes pertes de rendement et nuire à la qualité du grain, en particulier pour les variétés à orientation brassicole. Plus la verse sera précoce, plus les conséquences seront importantes. A l’inverse, l’utilisation inappropriée de régulateurs peut entraîner des pertes de rendement (phytotoxicité potentiellement aggravée par d’autres stress comme les marquages des herbicides, la JNO, l’hydromorphie…). Il est alors conseillé d’évaluer son risque verse afin de décider d'une intervention au champ.

Evaluer son risque verse initial à l’aide de la grille régionale

une grille d'évaluation du risque à la parcelle est disponible sur orge (tableau 1). Pour l’ensemble de la région, les conditions climatiques des semaines à venir conditionneront ce risque : si le printemps est sec, doux avec un rayonnement correct, il s’agira de diminuer d’une classe le risque verse. Si au contraire, le printemps est à risque élevée (faible rayonnement et fort cumul de pluies), il faudra passer à la classe de risque supérieure.

Tableau 1 : Grille d’évaluation du risque verse sur orge d’hiver
Grille d’évaluation du risque verse sur orge d’hiver

* Situations agronomiques avec reliquat de sortie d'hiver très élevé, ou apport d’azote précoce élevé, ou apport régulier de matières organiques (forte minéralisation).

Des sensibilités variétales différentes

Concernant les orges brassicoles, des variétés récentes et recommandées dans notre région remplacent progressivement ETINCEL, sensible à la verse. Il s’agit de KWS FARO, variété peu sensible à la verse, tout comme KWS ESQUIS et MASCOTT (variétés en phase d’observation par le Comité Bière Malt Orge). Quant à DEMENTIEL, également en observation par le CBMO, et PIXEL, elles sont moyennement sensibles.

Figure 1 : Classement des variétés par rapport à la tolérance à la verse – synthèse pluriannuelle nationale (2008-2021)
Classement des variétés par rapport à la tolérance à la verse – synthèse pluriannuelle nationale (2008-2021)

A chaque risque, sa stratégie : de l’impasse à la protection adaptée

L’application d’un régulateur se décide en fonction de la note de risque obtenue grâce à la grille de risque présentée ci-dessus.

Les orges à 2 rangs sont plus sensibles aux excès d’activité de certains régulateurs. En conditions difficiles pour la croissance (stress azoté ou hydrique, températures froides), on observe parfois des réductions de hauteur importantes, d’où les doses plus faibles proposées sur ces orges pour certains produits.

Figure 2 : Programme de régulation sur orge d’hiver
Programme de régulation sur orge d’hiver

Réduire la dose de 10 à 20 % en conditions favorables à l'absorption du produit ou sur une végétation en état de stress.

Ne pas dépasser la dose de 1 l/ha de Medax Top car risque de phytotoxicité en cas de mauvaises conditions.

Intervenir dans des conditions d’application optimales

Pour accroître l’efficacité et limiter la phytotoxicité, les applications sont à réaliser sur des cultures en bon état (indemnes de viroses, alimentées correctement en eau et azote) et dans des conditions climatiques favorables : temps poussant, lumineux et sans forte amplitude thermique (écarts inférieurs à 15 à 20°C). Il est nécessaire de tenir compte des conditions climatiques le jour de l’application mais aussi durant les 3 à 5 jours suivants.

Tableau 2 : Conditions optimales de températures habituellement admises pour les principaux régulateurs 
Conditions optimales de températures habituellement admises pour les principaux régulateurs

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 28 mars 2022 par AUGIS

Bonjour, Le peuplement est déterminé par le nombre de plantes / m² en sortie d’hiver, directement lié à la densité de semis. Si dans vos parcelles, ce nombre de plantes / m² est supérieur à la densité optimale technique (semis trop dense), le risque de verse augmente. (peuplement élevé) Si, au contraire, ce nombre de plantes / m² est inférieur à l’optimum technique (cas de semis clair ou de perte de pieds au cours de l’hiver), le risque de verse est moindre. (peuplement limitant)

27 mars 2022 par GUERTON

Avez vous des chiffres pour les peuplements limitants, normaux ou élevés ?

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10