En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Attaque précoce de la maladie sur OH Messagerie Bretagne

Orge d’hiver : des attaques précoces de rhynchosporiose

12 avril 2018

Une forte pression en rhynchosporiose s’exerce actuellement sur les orges d’hiver, notamment sur variétés sensibles. Les interventions doivent se baser sur les résultats d’observation à la parcelle.

La pluviométrie exceptionnelle de mars (proche du double de la normale) associée à des températures fraîches ont favorisé le développement précoce de la rhynchosporiose dans les parcelles.

Des symptômes très caractéristiques

Peu exigeante en température (germination à partir de 2°C), la rhynchosporiose (Rhynchosporium commune) est souvent la première maladie observée sur orge d’hiver. Comme la septoriose sur le blé tendre, elle progresse vers les étages supérieurs à la faveur des pluies.


Les premiers symptômes peuvent s’observer en foyers.


Les premiers symptômes se manifestent par des plages décolorées verdâtres qui blanchissent progressivement au centre.


Le centre des taches s’éclaircit ensuite en se desséchant. Les taches sont irrégulières, avec un centre clair et un liseré brun foncé.


La maladie progresse du bas de la plante vers les étages supérieurs à la faveur des pluies, qui dispersent les spores vers les étages supérieurs.

La tolérance variétale, seul levier agronomique pour limiter la maladie

Les escourgeons sont globalement plus sensibles à la maladie que les orges à 2 rangs. Il faudra surveiller particulièrement les variétés dont la note de sensibilité est ≤ 6 (KWS Cassia, Maltesse, Amistar, Etincel…).

Tableau 1 : Sensibilité variétale des orges à la rhynchosporiose

Quelle attitude adopter en cas de symptômes ?

La présence de symptômes dans certaines parcelles cette semaine est précoce.
• Avant le stade 1 nœud : la maladie n’est pas nuisible → ne pas intervenir même en présence de symptômes.
• A partir du stade 1 nœud : observez les 3 feuilles supérieures bien dégagées sur 20 tiges principales, soit 60 feuilles. Les interventions se font :

o Sur variétés sensibles (note ≤ 5), si plus de 10 % de feuilles présentent des symptômes.
o Sur variétés moyennement et peu sensibles (note ≥ 6), si plus de 25 % de feuilles sont atteintes.

Les meilleurs niveaux d’efficacité sur rhynchosporiose sont obtenus avec des spécialités comprenant du prothioconazole. Les associations avec du chlorothalonil ont également montré de bons résultats. L’Unix apporte également un complément d’activité significatif sur cette maladie.

Afin de préserver leur efficacité, et limiter les risques de résistance de l’helminthosporiose, les strobilurines et SDHI ne doivent être positionnés qu’une seule fois dans les programmes.

En cas d’intervention, on privilégiera donc les solutions à base d’Unix Max + Joao ; Unix Max + Bravo Premium ; Unix Max + Cherokee ; Etiage, Madison ; Fandango S…

A noter que la maladie se rencontre également sur triticale mais est causée par une espèce proche, R. secalis.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant