En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Symptômes d’helminthosporiose sur feuilles d’orge fin mars 2020 en Ile de France Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Orge d’hiver : c’est le moment de surveiller les maladies

02 avril 2020

Les orges d’hiver atteignent le stade 1 nœud - ou c’est imminent et parfois dépassé dans les secteurs du sud plus précoces -. A partir de ce stade, il est nécessaire de surveiller l’évolution et la présence de la rhynchosporiose et de l’helminthosporiose sur les feuilles les plus jeunes afin de déterminer la nécessité ou non de déclencher une première protection.

La rhynchosporiose et l’helminthosporiose sont actuellement visibles sur les feuilles les plus âgées. Leur présence sur feuilles basses est habituelle, notamment après un hiver doux et pluvieux (au moins en partie).

A partir d’1 nœud, il est nécessaire de surveiller leur évolution et leur présence sur les feuilles les plus jeunes pour déterminer la nécessité ou non de déclencher une première protection.

Figure 1 : Les maladies à surveiller sur orge d’hiver

A partir du stade 1 nœud, l’observation est à réaliser sur les 3 feuilles supérieures bien dégagées de 20 tiges principales, soit 60 feuilles.

Surveiller en priorité les variétés sensibles

Si le débouché fourrager permet de choisir des variétés tolérantes aux maladies, le débouché brassicole limite le recours à la génétique pour gérer les maladies. Ainsi, de nombreuses variétés brassicoles sont sensibles à la rhynchosporiose, maladie à l’origine du déclenchement de la protection des orges d’hiver ces dernières années.

Figure 2 : Echelle de résistance des variétés d'orge d'hiver à la rhynchosporiose – 2019 - 2020

Figure 3 : Echelle de résistance des variétés d'orge d'hiver à l’helminthosporiose – 2019 - 2020

L’oïdium est également une maladie à surveiller à partir de début montaison. Peu fréquente ces dernières années dans nos secteurs, sa nuisibilité est très inférieure à celle de la rhynchosporiose et de l’helminthosporiose. Une variété est à surveiller de près : Amistar, en lien avec sa grande sensibilité à ce champignon.

Retrouvez les principales caractéristiques des variétés d’orges d’hiver sur les fiches variétés.

A noter que la tolérance aux maladies des variétés d’orge de printemps se dégrade nettement en cas de semis à l’automne, en particulier vis-à-vis de la rhynchosporiose. Il ne faut donc pas tenir compte des notes maladies « officielles » qui sont définies pour des orges de printemps semées au printemps. Il est indispensable d’observer ces parcelles dès maintenant si cette surveillance n’a pas encore débuté.

Rhynchosporiose : des taches blanches facilement reconnaissables

La présence de ce champignon provoque sur les feuilles d’orge des taches blanches à bordures foncées, sans points noirs. La maladie monte progressivement vers les étages foliaires supérieurs à la faveur de pluies (effet splashing) et de conditions fraîches. Il conviendra donc de surveiller de près cette maladie aux retours des pluies.


Photo 1 : Rhynchosporiose sur feuilles d’orge

Seuils d’intervention sur rhynchosporiose à partir du stade 1 nœud

• Variétés sensibles : plus de 10 % des feuilles atteintes et plus de 5 jours avec pluies supérieures à 1 mm depuis le stade 1 nœud.
• Variétés moyennement et peu sensibles : plus de 10 % des feuilles atteintes et plus de 7 jours avec pluies supérieures à 1 mm depuis le stade 1 nœud.

Dès le stade 1 nœud : comptabiliser ensemble les taches de rhynchosporiose et d’helminthosporiose. Si la somme des feuilles atteintes par l’une ou l’autre des maladies dépasse 10 ou 25 % (selon la sensibilité variétale), le seuil est atteint.

Helminthosporiose : des taches aux faciès divers

Une des particularités de ce champignon est de provoquer des taches de formes variées : rectangles, linéaires, ovales, en réseau. Dans tous les cas, elles se caractérisent par une couleur brune, avec la présence non systématique mais courante d’un halo jaune. Les symptômes sont visibles de manière identique sur les deux côtés de la feuille.

Cette maladie progresse des feuilles basses vers les feuilles hautes. On observe une évolution en paliers, du fait que la sporulation ne peut se faire que sur des tissus entièrement nécrosés.

Consultez la fiche accidents ARVALIS sur l’helminthosporiose

Figure 4 : Aide au diagnostic de l’helminthosporiose de l’orge

Seuils d’intervention sur helminthosporiose à partir du stade 1 nœud

• Variétés sensibles : plus de 10 % des feuilles atteintes
• Variétés moyennement et peu sensibles : plus de 25 % des feuilles atteintes

Dès le stade 1 nœud : comptabiliser ensemble les taches de rhynchosporiose et d’helminthosporiose. Si la somme des feuilles atteintes par l’une ou l’autre des maladies dépasse 10 ou 25 % (selon la sensibilité variétale), le seuil est atteint.


Retrouvez les niveaux actuellement rencontrés dans nos secteurs dans les derniers Bulletins de Santé du Végétal.

Covid-19 : les équipes d’ARVALIS restent mobilisées et connectées
L’épidémie ne nous fait pas oublier que la campagne agricole se poursuit avec ses aléas, en particulier cette année où les conditions de cultures sont très compliquées. En ces temps de confinement et de difficultés d’accéder facilement aux parcelles, lors de vos tours de plaine et observations, n’hésitez pas à nous faire remonter tous les problèmes observés en culture et/ou questions de conjoncture via nos mails. Nous prendrons le temps d’y répondre et/ou en mutualisant les retours avec un message dédié toujours dans le souci d’accompagner au mieux les producteurs.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10