En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
picto_V_F_chaulage Les Vrai/Faux du chaulage

Non, il ne faut pas rechercher un pHeau élevé dans toutes les situations

17 septembre 2015

Les effets des amendements minéraux basiques sont multiples. Ils peuvent être bénéfiques dans certains sols mais négatifs dans de nombreuses situations. En l’absence de légumes dans la rotation, un pHeau proche de 6 à 6,5 est un bon compromis.

Un pHeau supérieur à 7 modifie le comportement physico-chimique et biologique du sol

• Au-delà d’un pHeau de 6,5, des risques de carence sévère en oligo-éléments (manganèse, bore, cuivre, zinc) sont à craindre dans certains sols, en particulier les sols granitiques riches en matière organique.

• Le piétin échaudage et la gale de la pomme de terre deviennent plus importants lorsque le pH est proche de 7. Si des symptômes ont déjà été observés, il faut veiller à ne pas dépasser le seuil de 6,5.

• Des effets bénéfiques du chaulage jusqu’à un pHeau supérieur à 7 ont pu être observés sur des sols limoneux ou limono sableux battants, à faible teneur en matière organique (inférieure à 1,8 %), à CECMetson faible (inférieure à 7 cmol(c)/kg), des sols drainés, sensibles à la prise en masse les hivers pluvieux. L’augmentation de pH conjuguée à l’apport de calcium y contribuent au maintien de la porosité et un meilleur enracinement des cultures d’hiver. Des gains de rendement sont observés tout particulièrement les années avec un hiver pluvieux.

Figure 1 : Influence du pHeau du sol sur différentes propriétés chimiques et biologiques

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10