En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
vidéo pomme de terre Pomme de terre

Mieux connaître la fertilité de son sol pour l'améliorer

04 avril 2013

La pomme de terre est très sensible à la qualité de la structure du sol. Dans un sol compacté, les racines du plant ne peuvent pas descendre en profondeur pour aller chercher les éléments nutritifs. Pour éviter les phénomènes de tassement, il faut si possible travailler dans un sol ressuyé et vérifier la pression des pneumatiques du tracteur.


La pomme de terre est particulièrement sensible aux phénomènes de compaction. En effet, les racines du plant ne peuvent traverser une couche de sol compactée. Par conséquent, les éléments nutritifs présents dans et sous cette couche de sol ne sont pas accessibles à la culture, ce qui pénalise inévitablement son rendement.

Les phénomènes de compaction surviennent notamment lors de passages d’engins lourds en conditions humides. A l’implantation de la culture suivante, les outils de reprise du travail du sol recréeront de la porosité dans les premiers centimètres du sol, mais une couche de sol compactée subsistera en profondeur.

Il est possible de « rattraper » en partie la structure du sol en passant des outils de décompactage. Mais cela suppose d’avoir identifié le problème de tassement en amont, avant l’implantation de la pomme de terre, autrement dit d’avoir observé la structure de son sol. La méthode du profil cultural est très utile pour diagnostiquer les accidents structuraux, tels que la compaction du sol en profondeur. L’enjeu consiste à repérer quelles sont les horizons tassés pour déterminer à quelle profondeur il faut passer les outils de décompactage. Ces outils créent des fissures dans un horizon compacté, ce qui permet le passage des racines et la circulation de l’eau, mais ne rattrapent pas la totalité de la structure. Pour éviter les phénomènes de tassement, il faut dans la mesure du possible travailler dans un sol ressuyé, et vérifier la pression des pneumatiques des engins lourds avant toute opération culturale. Elle ne doit pas dépasser 1 bar.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10