En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
article prairies arvalis cetiom infos Mélanges de semences fourragères

Un guide pour bien composer sa prairie

24 décembre 2014

Les mélanges pour prairies se développent et permettent une multitude de combinaisons. Les expériences régionales menées en France et les expertises techniques sont dorénavant regroupées dans un guide.

Un travail de synthèse, coordonné par l’Association Française pour la Production Fourragère (AFPF), avec la participation d’ARVALIS – Institut du végétal, a permis de rassembler les connaissances et les expériences françaises sur les mélanges prairiaux. À l’issue de ce travail, un guide technique, recensant les préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France, a été publié début 2014 (encadré). Il s’agit du premier document de référence à l’échelle nationale.

Des ventes en augmentation

La commercialisation des mélanges de semences pour prairies est autorisée en France depuis 2004. Les mélanges de semences fourragères disponibles sur le marché n’ont cessé de se développer depuis la première campagne de commercialisation. En 2012-2013, ils représentent 21 % du total des ventes de semences pour prairies d’après le GNIS. Parallèlement, en vue de répondre aux demandes d’information de plus en plus nombreuses, le connaissances sur les prairies multi-espèces progressent et les expériences locales se développent dans la plupart des régions françaises.

L’expertise française mise en commun

L’AFPF s’est appuyée sur ses 4 membres fondateurs, le GNIS, ARVALIS – Institut du végétal, l’Institut de l’Elevage et l’INRA, en collaboration avec l’Union Française des Semenciers, le Bureau Technique de Promotion Laitière et les Chambres d’Agriculture des Pays de la Loire, pour initier en 2012 et coordonner un travail de synthèse sur les mélanges prairiaux.

L’objectif était de recenser les connaissances acquises en recherche et développement depuis une quinzaine d’années sur les prairies multi-espèces et de mettre en commun cette expertise. Le guide technique issu de ce travail a pour vocation d’orienter les utilisateurs dans leurs choix, afin de constituer un mélange prairial en cohérence avec les contraintes du milieu (sol, climat) et les modes d’exploitation des prairies.

Quinze combinaisons typent de sol/mode d'utilisation

Le guide s’attache à décrire les principales espèces prairiales, leur adaptation en fonction du type de sol et de l’utilisation de la prairie, ainsi que leur intérêt en mélanges, en particulier pour les prairies de longue durée (plus de 3 ans). Parmi une quinzaine de graminées et de légumineuses possibles, une dizaine d’entre elles présentent un intérêt majeur dans un mélange prairial. Elles apportent productivité, résistance aux stress (sécheresse, hydromorphie…), appétence et protéines. Leur place dans le mélange est toutefois à raisonner selon le type de sol (5 types ont été définis) et le mode d’utilisation principal de la future prairie, décliné en 3 catégories : fauche dominante, mixte pâturage et fauche, pâturage dominant. D’autres espèces, considérées comme mineures, assurent des fonctions différentes, comme par exemple, couvrir le sol ou garantir la pérennité du couvert. Les préconisations agronomiques sont ainsi réparties selon 15 situations, obtenues en croisant les 5 types de sol et les 3 modes d’utilisation de la prairie (tableau 1). Par ailleurs, le guide préconise de limiter à six le nombre d’espèces et à huit le nombre de variétés dans un mélange. Il est aussi recommandé de ne pas dépasser une dose de 30 kg/ha au semis.

Tableau 1 : Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies de 3 ans et plus en France

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Choix des espèces : une solution adaptée à chaque situation

Mieux connaître le comportement des espèces

La composition des mélanges doit également prendre en compte le comportement entre elles de chacune des espèces et variétés semées. Cette notion est complexe. Elle inclut plusieurs critères, recensés et notés pour les espèces majeures aux phases clés du développement de la prairie : la vitesse d’installation, le pouvoir de concurrence au printemps – lui-même dépendant de la précocité de démarrage, du port de la plante et de la vitesse de croissance – la pousse en été et la productivité après 3 ans. En l’état actuel des connaissances sur le fonctionnement des mélanges prairiaux, ces éléments restent encore à affiner.

Pour en savoir plusLe guide « Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France – 2014 » est téléchargeable gratuitement :
www.afpf-asso.fr/files/Outils/Plaquette_AFPF-Melanges.pdf  

Cet article est issu de l’édition de septembre 2014 d’ARVALIS-CETIOM Infos.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10