En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
La protection agro-écologique des cultures Entretien vidéo avec…

Marie-Hélène Robin : quelles stratégies alternatives à l'utilisation des phytos ?

26 septembre 2019

Cette enseignante-chercheuse à l’école d’agriculture de Purpan à toulouse nous explique le concept de protection agro-écologique des cultures (PAEC).

« C’est un système de protection des cultures reposant sur les bases scientifiques de l'agro-écologie. La PAEC privilégie les mesures préventives qui visent à établir un équilibre entre les communautés végétales et animales. Le but n’est pas d’éradiquer les bioagresseurs des cultures mais de limiter leur nuisibilité en diminuant le risque d’infestations. Et ce à des échelles de temps et d'espace élargies (en se déployant sur un système de culture et un territoire).

Dans cette démarche de protection, il faut d’abord mettre en œuvre des mesures prophylactiques comme allonger les rotations, diversifier les cultures, valoriser les résistances variétales, jouer sur le couple densité/date de semis…

Dans le même temps, la PAEC cherche à créer ou préserver les habitats de la faune utile aux cultures tels les auxiliaires et les pollinisateurs dans le but de mettre en œuvre une lutte biologique de régulation naturelle. Cela passe notamment par la mise en place de couverts végétaux, de bandes enherbées ou de bandes fleuries.

Enfin, la PAEC n’exclut pas la lutte curative par des traitements biologiques ou chimiques, mais celle-ci n’interviendra qu’en dernier recours. Pour décider d’un traitement curatif, il faut bien évaluer les risques. Beaucoup d’outils existent aujourd’hui pour aider les agriculteurs dans ce diagnostic (bulletins de santé du végétal, grilles d’évaluation, OAD, seuils d’interventions…). On veillera à traiter sans nuire à la faune utile en utilisant des produits spécifiques à la cible, en diminuant les doses, en effectuant des traitements localisés… Par exemple, il faut privilégier le traitement de semences : il représente une couverture de traitement de 60 m2 pour un hectare de culture (contre 10 000 m2 pour un traitement en plein) !

Aujourd’hui, l’agriculture – et la protection des cultures – amorce un virage en passant d’une démarche quantitative à une logique qualitative. »

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 27 septembre 2019 par HOREL

Bonjour, s'il n'y avait pas de grands intérêts financiers pour les firmes pharmaceutiques , il y a probablement longtemps que la recherche aurait trouvé des protections larges uniquement via le traitement de semences ! Malheureusement , il vaut mieux vendre de grandes quantités de produits plutôt que de bas volumes ! Donc peu de recherche la-dessus !

27 septembre 2019 par COLMAGNE

bonjour. il y a longtemps que nous avons compris que le traitement de semences était beaucoup moins consommateur de matières actives chimiques par rapport à un traitement de culture en plein ! pourquoi a t'on supprimé le gaucho sur les semences de betteraves et d'orge d'hiver ?

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10