En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Rhynchosporiose et helminthosporiose Messagerie Champagne-Ardenne

Maladies foliaires des orges d’hiver : surveiller les variétés très sensibles

09 avril 2020

La forte pluviométrie enregistrée jusqu’à la mi-mars a favorisé les contaminations des deux principales maladies des orges : l’helminthosporiose et la rhynchosporiose. Les spores de ces champignons vont progressivement évoluer sur les différents étages foliaires au gré des pluies et il faudra être vigilant sur les variétés très sensibles.

Rhynchosporiose : une maladie parfois explosive

La rhynchosporiose est classiquement la première maladie observée sur orge d’hiver en début de montaison. Contrairement à l’helminthosporiose, ce champignon affectionne particulièrement les conditions fraîches et les rosées matinales pour s’installer tôt et intensément sur feuilles basses. Pour autant, l’absence de pluie régulière permet actuellement de réguler sa progression, les feuilles fraîchement sorties après les pluies ne sont pas contaminées et resteront saines. Cependant, le temps d’incubation de la maladie est particulièrement long (45 jours), ce qui peut rendre explosif l’apparition des symptômes (sur les F3 du moment) plusieurs semaines après l’arrêt des pluies. Sur les variétés très sensibles (Etincel, Isocel…), il convient de ne pas se faire surprendre et de mettre en œuvre une protection fongicide.

Figure 1 : Comportements des variétés vis-à-vis de la rhynchosporiose

Ce premier traitement contre la rhynchosporiose ne nécessite pas de mobiliser des spécialités « haut de gamme » et permet de jouer l’alternance des matières actives (figure 2). Pour ralentir l’évolution des résistances, il est fortement recommandé de n’appliquer qu’une seule strobilurine et un SDHi par hectare et par an, en alternant les triazoles.

Figure 2 : Stratégies de protection fongicide sur orge

Rhynchosporiose : des symptômes caractéristiques

La rhynchosporiose est simple à identifier : elle se présente sous forme de taches irrégulières à centre clair et à périphérie brun foncé à noir. Les taches peuvent donner l’impression de « brûlures de cigarette ». La maladie a souvent tendance à apparaître par foyers, il ne faut donc pas hésiter à arpenter ses parcelles pour l’observer.

Helminthosporiose : des besoins en températures plus élevés

L’helminthosporiose est généralement plus discrète début montaison des orges, en lien avec des besoins en températures plus élevées pour réaliser son cycle. Les conditions actuelles, fraîches et sèches, limitent l’évolution pour l’instant de cette maladie. Elle pourra refaire son apparition plus tard sur les dernières feuilles en cas de retour des pluies et de températures autour de 20°C.

Figure 3 : Comportement des variétés vis-à-vis de l’helminthosporiose

Attention à la rouille naine sur variétés sensibles

Les conditions douces de l’automne ont pu favoriser la rouille naine, très semblable à la rouille brune du blé. A partir du stade 1 nœud, les interventions peuvent être réalisées sur variétés sensibles si plus de 10 % des feuilles sont atteintes (3 dernières feuilles dégagées), et sur les autres variétés si plus de 50 % des feuilles sont atteintes.

Figure 4 : Comportement des variétés vis-à-vis de la rouille naine

Retrouvez toutes nos préconisations pour conduire l’orge d’hiver dans le guide régional Choisir & Décider.

Covid-19 : les équipes d’ARVALIS restent mobilisées et connectées
L’épidémie ne nous fait pas oublier que la campagne agricole se poursuit avec ses aléas, en particulier cette année où les conditions de cultures sont très compliquées. En ces temps de confinement et de difficultés d’accéder facilement aux parcelles, lors de vos tours de plaine et observations, n’hésitez pas à nous faire remonter tous les problèmes observés en culture et/ou questions de conjoncture via nos mails. Nous prendrons le temps d’y répondre et/ou en mutualisant les retours avec un message dédié toujours dans le souci d’accompagner au mieux les producteurs.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10