En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Stade épi 1 cm atteint en Franche-Comté Messagerie Bourgogne-Franche-Comté

Maladies des blés : une arrivée inhabituellement précoce

19 mars 2020

Cette année, les blés atteignent le stade épi 1 cm avec près de 15 jours d’avance et les symptômes de maladies sont tout aussi précoces. Il faut s’adapter sans s’affoler ! Première analyse de risque du développement des maladies.

Le stade épi 1 cm arrive avec 15 jours d’avance sur la médiane

De Sens, au nord de l’Yonne, à Lons-le-Saunier, au sud du Jura, la région Bourgogne-Franche-Comté a connu une période hivernale très douce et humide. A ce jour, l’année 2020 apparaît record sur ces deux critères climatiques.

Elle est ultra douce comme 2007, et très pluvieuse comme 2001, en particulier dans l’Yonne.

Figure 1 : Position de l’année 2020 en cumul de pluies et de températures moyennes du 1er octobre 2019 au 15 mars 2020 – Station météo de Sens (89) à gauche ; station météo de Montmorot-Lons-le-Saunier (39) à droite

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

En conséquence, le stade épi 1 cm arrive très tôt dans toutes les situations. Par exemple, à Dijon, pour un semis du 15 octobre avec une variété de type Rubisko, ce stade est atteint le 15 mars… soit avec une bonne quinzaine de jours d’avance par rapport à la médiane des 20 dernières années.

Figure 2 : Date d’arrivée du stade épi 1 cm pour un semis du 15 octobre 2019 – variété Rubisko – Station météo de Dijon (21)


En 2020, le stade épi 1 cm est arrivé avec une bonne quinzaine de jours d’avance par rapport à la médiane 20 ans.

L’expérience montre qu’en pareille situation, la période du début montaison à l’épiaison s’allonge… au-delà de 60 jours. Concrètement, cela signifie que les observations et interventions doivent se caler sur des stades réels plutôt que sur « des habitudes calendaires ».

Piétin-verse : le risque climatique est élevé mais l’inoculum est-il présent ?

A partir du stade épi 1 cm, le modèle TOP permet de calculer un risque climatique du piétin-verse, basé sur les températures moyennes et la pluviométrie journalières. Le risque climatique 2020 est globalement plus fort que les années précédentes. Il est élevé pour les semis précoces de début octobre (indice TOP souvent > 45) et moyen pour les semis plus tardifs (indice TOP 30-45).

Figure 3 : Risque climatique piétin-verse calculé par le modèle Top pour un semis du 5 octobre (à gauche) et du 25 octobre 2019 (à droite) – Station de Dijon (21)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

La lutte contre le piétin-verse doit d’abord s’envisager via l’agronomie et la génétique avec des variétés résistantes (par exemple LG Absalon, LG Armstrong, Syllon, Advisor…) pour lesquelles le traitement est inutile. Pour les variétés sensibles (note Geves < 5), une grille permet d’évaluer le risque agronomique à la parcelle. Pour ces variétés, une évaluation est à prévoir, notamment sur les sols les plus à risque (limons battants), en précédent blé, puis à compléter par une observation.

En cas de risque avéré à la parcelle et lorsque plus de 35 % des tiges de blé sont atteintes par le piétin-verse, utiliser les matières actives les plus efficaces contre cette maladie (métrafénone, cyprodinil) entre épi 1 cm et 1 nœud.

La rouille jaune : le risque climatique est élevé mais les variétés cultivées sont-elles sensibles ?

Le risque climatique rouille jaune indiqué par le modèle Yello est très fort, ce qui n’est pas surprenant vu la douceur hivernale.

Figure 4 : Indice du risque climatique rouille jaune calculé par le modèle Yello pour un semis du 5 octobre 2019 – station météo d’Auxerre (89)


Symptômes de rouille jaune sur feuille de blé.

Néanmoins, ce modèle, utilisé pour rédiger les bulletins de santé du végétal, permet uniquement de définir des potentialités climatiques pour une variété très sensible. Si ce type de variété n’est pas cultivé, la maladie sera absente.

Figure 5 : Echelle de résistance des variétés de blé tendre à la rouille jaune

La septoriose : l’inoculum est présent mais que deviendra-t-il dans les semaines à venir ?

Comme souvent en sortie d’hiver, des symptômes de septoriose sont présents sur les vieilles feuilles. Le climat globalement doux et humide enregistré depuis l’automne est de nature à favoriser le développement d’inoculum de cette maladie. Pour autant, ce sont les conditions climatiques rencontrées à partir du stade 2 nœuds (au moment où la F2 définitive pointe) et jusqu’à la floraison, qui sont déterminantes sur la nuisibilité finale de cette maladie. Donc, pas d’urgence de ce côté-là.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10