En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
dégâts globaux sur une parcelle de maïs Messagerie Ouest

Maïs : savoir identifier les insectes ravageurs de début de cycle

05 juin 2019

Taupins, mouches des semis, géomyzes ou encore oscinies… connaissez-vous les symptômes caractéristiques de chacun pour poser le bon diagnostic ?

Chaque début de campagne, les nombreux ravageurs du maïs font parler d’eux. Hormis les dégâts récurrents causés par les corvidés et les sangliers, cette année, des dégâts de mouche de semis ont également été signalés. Par ailleurs, on observe assez fréquemment des pertes de plants dues à la mouche géomyze, ainsi que des symptômes dus à la mouche oscinie. Quant aux taupins, les premières attaques se manifestent depuis quelques jours, à la faveur de la remontée des températures.

Des symptômes caractéristiques à bien repérer

Tous ces ravageurs contribuent à réduire les peuplements et donc le potentiel des cultures de maïs. Les meilleures solutions insecticides actuellement autorisées sur maïs offrent une protection correcte contre les taupins, en cas d’attaques faibles à moyennes. Mais elles ne protègent pas des attaques de géomyze ou d’oscinie.

Entre taupins, mouches oscinie et géomyze, l’origine des dégâts est souvent difficile à identifier, d’autant que ces ravageurs peuvent cohabiter dans la même parcelle. Pour faciliter l’observation, le tableau 1 récapitule les symptômes les plus caractéristiques.

Tableau 1 : Symptômes des ravageurs les plus fréquents sur maïs en début de cycle

Des attaques de mouches des semis plus fréquentes en 2019

Dans l’ouest de la France, les signalements de dégâts de mouches des semis (Delia platura) ont été plus nombreux que d’habitude cette année, principalement sur les semis réalisés fin avril – début mai. Cette mouche pond avant les semis, dans les sols fraîchement travaillés, puis les larves consomment les graines ou les jeunes plantules. Les conditions climatiques, froides et humides, observées début mai ont retardé la levée et favorisé l’expression des dégâts, notamment dans les parcelles avec présence de matières organiques en décomposition (résidus de culture ou de couverts d'interculture en quantité importante et récemment incorporés, fumier pailleux...).


Maïs en cours de germination attaquées par les asticots de la mouche des semis.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 07 juin 2019 par ROUILLARD

Soit disant nos sols sont inertes avec plus aucune presence de vie a cause du glypho et autre...

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10