Papillon de pyrale sur une feuille de maïs en juin 2022 en Bretagne Messagerie Bretagne

Maïs : les vols de pyrales sont précoces

30 juin 2022

Les stades des maïs vont actuellement de 8 à plus de 10 feuilles, soit très en avance. En cause ? des sommes de températures très supérieures aux normales depuis mi-avril, des vagues de chaleur mi-mai et une semaine caniculaire en juin. Un climat chaud donc, qui joue également sur la précocité des vols de pyrales, dont la présence est déjà observée dans trois des départements bretons.

La pyrale passe l’hiver sous forme de larve en diapause, et ce n’est qu’au printemps qu’elle va se nymphoser avec une sortie des adultes sous forme de papillons. Ceux-ci vont chercher à pondre sur les feuilles de maïs. Après éclosion, les larves issues des œufs vont se déplacer sur les feuilles (stade baladeur) avant de forer les tiges de maïs pour y pénétrer. La surveillance de la dynamique de vol des pyrales est donc primordiale et doit être indépendante du stade du maïs pour positionner de manière efficace les différents moyens de lutte. Cette surveillance peut être guidée par les sommes de températures, mais surtout les observations de piégeage dont les résultats sont consultables sur le BSV hebdomadaire.

Quid des débuts de vols ?

La dynamique de vol des pyrales étant conditionnée par les températures, l’indicateur de somme de températures en base 10 depuis le 1er janvier renseigne sur la précocité potentielle des vols de cette année. Le début s’établit autour de 350 DJ, avec une période plus intense d’activité des pyrales à partir de 500 DJ. Sur la station de Ploërmel (56), 2022 apparaît comme l’année la plus précoce de ces vingt dernières, avec le palier des 500 DJ atteint pour fin juin.

Figure 1 : Sommes de températures base 10 depuis le 1er janvier 2022 sur la station de Ploërmel
Sommes de températures base 10 depuis le 1er janvier 2022 sur la station de Ploërmel

Les observations BSV sont incontournables pour s’assurer de la dynamique de vols des pyrales. Pour les observations faites cette semaine, la carte 1 illustre les captures de pyrales depuis plusieurs semaines dans le sud de l’Ille-et-Vilaine et sud-est du Morbihan. Et les premières ont eu lieu cette semaine dans l’est des Côtes d’Armor. Pour le reste du territoire, aucune pyrale n’a encore été capturée.

Carte 1 : Situation des captures de la pyrale pour la semaine 25 (pièges lumineux et à phéromone)
Situation des captures de la pyrale pour la semaine 25 (pièges lumineux et à phéromone)

Quant à la sésamie, elle est également visible depuis quelques années dans le sud de l’Ille-et-Vilaine. Pour le moment, les pièges n’enregistrent aucune capture sur les dernières semaines.

Pour bien distinguer les symptômes entre la pyrale et la sésamie, consultez les fiches accidents ARVALIS :
- la fiche accident pyrale,
- la fiche accident sésamie.

Des solutions efficaces qui nécessitent d’être bien positionnées

En creusant des galeries dans les tiges de maïs, les larves de pyrale vont pénaliser la croissance de la plante et accentuer la verse en fin de cycle. Les essais récents (ARVALIS 2015-2019, Ouest, une génération) ont permis d’estimer, en situation de moyenne pression, des pertes de rendement de l’ordre de 5 % en l’absence de traitement. La qualité du maïs est également dégradée au niveau de la production potentielle de mycotoxines.

Figure 2 : Positionnement des différents moyens de lutte selon la dynamique de vol des pyrales
Positionnement des différents moyens de lutte selon la dynamique de vol des pyrales

Pour bien gérer le ravageur, les différents moyens de lutte efficaces à disposition nécessitent d’être bien positionnés par rapport au cycle de la pyrale, en fonction de leurs modes d’action :
• Les trichogrammes (biocontrôle) sont des micro-hyménoptères dont les femelles vont pondre dans les œufs de pyrale, parasitant ainsi celui-ci : leur positionnement vise les premiers vols de pyrale.
• Les insecticides à base de pyréthrinoïdes à action larvicide sont à positionner pour toucher les plus de larves possibles, c’est-à-dire au pic de vol.
• Le chlorantraniliprole (coragen), en raison de son action larvicide et ovicide, peut être positionné de manière plus souple au moment du pic de vol ou avant, au moment des premières pontes.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10