En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Désherbage de prélevée du maïs en 2020 dans l'Ouest Messagerie Ouest

Maïs : l’humidité du sol, facteur d’efficacité du désherbage précoce

23 avril 2020

Les semis de maïs sont en cours. Voici quelques recommandations pour la conduite du désherbage de prélevée ou de postlevée précoce.

Après un épisode de près de cinq semaines sans pluie, les conditions actuelles, températures douces et sols humides, sont propices à une levée assez rapide du maïs. Les désherbages de prélevée devraient aussi bénéficier de conditions favorables pour une bonne efficacité.

Les chloroacétamides, un levier essentiel pour prévenir les résistances

Dans un objectif de gestion durable du désherbage, la diversification et l’alternance des modes d’actions herbicides représentent un levier essentiel pour prévenir, ou au moins retarder, la résistance de certaines adventices, notamment les graminées (ray-grass, vulpin, brome). Pour une parcelle donnée, cette règle de diversification et d’alternance est valable aussi bien pour le programme de désherbage mis en œuvre sur une culture, qu’à l’échelle de la rotation des cultures.

Sur maïs, des possibilités existent en combinant les produits à action racinaire et les produits foliaires issus de différentes familles chimiques. Les matières actives de la famille des chloroacétamides (S-métolachlore, diméthénamid) ont un mode d’action différent de la plupart des autres herbicides et présentent un intérêt dans la prévention des résistances. Ces produits sont utilisables en prélevée ou en postlevée très précoce, jusqu’à 2-3 feuilles des adventices.

Au niveau du spectre d’efficacité, les herbicides de la famille des chloroacétamides sont particulièrement adaptés dans les situations avec une flore comprenant des graminées estivales ou des véroniques.

En prélevée ou en post-précoce, il faut un sol suffisamment humide

Les matières actives sont absorbées par les racines des adventices. Au préalable, l’herbicide appliqué doit donc être mis en solution et cela nécessite un minimum d’humidité dans le sol. Les résultats d’essais (figure 2) montrent qu’un cumul de 10 mm de pluie dans les 8-10 jours suivants l’application est nécessaire pour obtenir une efficacité satisfaisante. L’efficacité est aussi liée à une répartition correcte de l’herbicide à la surface du sol. Pour cela, l’itinéraire de préparation doit permettre d’obtenir un lit de semences bien rappuyé, sans éléments trop grossiers (mottes, débris de culture du précédent).

Figure 2 : Efficacité des herbicides chloroacétamides en fonction du cumul de pluie après une application de prélevée

En situation trop sèche, le traitement de prélevée peut être reporté en postlevée précoce. Ce positionnement est intéressant d’un point de vue technique, notamment pour les semis précoces pour gagner en persistance d’action, par rapport à une application en prélevée. Mais il est aussi plus délicat au niveau de la mise en œuvre. En effet, ces programmes associent des herbicides à modes d’action différents, qui vont être absorbés par les racines ou par les feuilles. Ils nécessitent donc à la fois un sol suffisamment humide et de bonnes conditions d’application (hygrométrie > 70 %, température comprise entre 10 et 20°C). La plage d’intervention est relativement étroite, car le traitement doit impérativement être réalisé avant le stade 2-3 feuilles des adventices.

Tableaux 1 à 3 : Exemples de programmes de désherbage en prélevée ou postlevée précoce

Prélevée : pression graminée faible à moyenne

(1) Adengo Xtra pas possible si Adengo appliqué en 2019 (restriction 1 an sur 2, IFT ou CSA)

Prélevée : pression graminée forte

(1) Adengo Xtra pas possible si Adengo appliqué en 2019 (restriction 1 an sur 2, IFT ou CSA)

Postlevée précoce du maïs (adventices 1-3 feuilles) 

(1) Peak : utilisation possible 1 an sur 3 maxi
(2) Adengo Xtra et Monsoon Active : pas possible si Adengo appliqué en 2019 (restriction 1 an sur 2, IFT ou CSA)

S-métolachlore : de nouvelles recommandations d’emploi

Les firmes proposant des produits contenant du S-métolachlore émettent des recommandations d’emploi restrictives pour les cultures du maïs, du maïs doux et du maïs semences et cultures associées, anticipant les décisions supposées de renouvellement des autorisations pour les produits concernés. Ces restrictions concernent à la fois les doses d’emploi et les conditions de mise en œuvre des traitements. Ainsi, les firmes déconseillent toute application sur les aires d’alimentation de captages prioritaires et zones sensibles, et recommandent partout ailleurs :
• une dose maximale de 1000 g/ha de S-métolachlore (soit 1,1 l/ha de Dual GS, 1,04 l/ha de Mercantor G ou 2,5 l/ha de Camix) pour tous les maïs,
• une ZNT systématique de 5 m en bordure des points et cours d’eau,
• un positionnement de préférence en postlevée précoce,
• si positionnement en prélevée, préférer une application localisée sur le rang de semis. Cette technique d’application sur le rang de semis consiste à réduire la dose appliquée à l’hectare en réduisant la surface traitée sur la parcelle. Ainsi, pour une bande traitée de 25 cm sur le rang d’un maïs semé à 75 cm d’écartement, la dose réelle appliquée correspond à une réduction de 2/3 par rapport à l’application en plein.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10