En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Miniature épi de maïs à maturité Post-inscription

Maïs grain : les résultats variétés 2016

01 décembre 2016

Retrouvez, par région, les résultats des nouvelles variétés de maïs grain expérimentées dans le réseau de post-inscription en 2016 par ARVALIS - Institut du végétal, en partenariat avec l’UFS, des coopératives et des chambres d’Agriculture.

Les références concernent :
• les rendements moyens de l'année 2016 et leur régularité entre les essais exprimés en % de la moyenne des variétés en étude. Un écart-type (ET) faible signifie une bonne régularité entre essais.
• un rappel des pourcentages de rendement des 2 années précédentes afin d'apprécier la régularité entre les années.
• les teneurs en eau du grain à la récolte.
• les pourcentages de verse à la récolte lorsque le nombre d’essais présentant de la verse l’a permis.

Les résultats des variétés sont proposés par région de production et par groupe de précocité. Au sein des tableaux, les variétés sont classées par nombre d’années de références (avec rappel des rendements des années 2014 et 2015) et par ordre croissant de tardiveté à la récolte.

Téléchargez les résultats de votre région :
- Nord, Bretagne, Normandie et Pays de la Loire
- Centre, Centre-Ouest, Pays de la Loire, Vendée, Charentes et Poitou
- Sud-Ouest (Bassin de la Garonne, Bassin de l’Adour et Landes)
- Nord-Est, Centre-Est et Sud-Est

Valoriser la précocité variétale

En maïs grain, une variété plus tardive obtient en général un rendement supérieur de 0,5 à 2,5 q/ha par point de tardiveté, un avantage contrebalancé toutefois par le surcoût dû au séchage. Les variétés plus tardives apportent du gain potentiel en rendement lorsque les dates de semis et les températures de l’année permettent de les valoriser. En situations plus limitantes en températures ou en eau durant la fin de croissance des grains, les variétés plus précoces s’expriment proportionnellement mieux.

En 2016, les températures élevées du mois de septembre ont contribué à des récoltes à faibles teneurs en eau du grain, ce qui a diminué les couts de séchage.

Le choix de la précocité apporte aussi de la souplesse dans les dates de récolte, la gestion des résidus, l’implantation de la culture d’hiver suivante et la maîtrise de la qualité sanitaire de la collecte. Il faut viser une maturité de récolte entre le 10 et le 15 octobre avec un objectif de teneurs en eau du grain de 33 à 25 %.

Privilégier les compromis productivité - régularité - précocité

La tenue de tige reste aussi un critère important. Quant aux rendements, les écarts de comportement des variétés expérimentées entre années, essais et régions ne sont pas toujours faciles à expliquer. 

La régularité des résultats qui s’apprécie à l’aide des références des années antérieures et d’un indicateur de stabilité entre les essais de l’année, est à prendre en compte. La comparaison des résultats entre régions est aussi très utile.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10