En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Désherbage du maïs et du sorgho Messagerie Est

Maïs et sorgho : la baisse des températures provoque des symptômes de phytotoxicité

14 mai 2020

Le retour d’un temps froid et peu poussant depuis le 8 mai peut être à l’origine de phytotoxicités sur les maïs et sorghos récemment désherbés. Ces symptômes sont souvent réversibles. Comment les reconnaître ?

Au-delà des conditions météo avant et pendant le traitement herbicide, les conditions post-traitement jouent sur la sélectivité et l’efficacité des produits.

Les fameux Saints-de-glace dont nous parlent tant les anciens tiennent leur réputation cette année (figure 1). À titre d’exemple, sur Saint-Hilaire-en-Woëvre (55), en 2 jours, les températures minimales ont pu diminuer de 12°C.

Figure 1 : Températures minimales enregistrées du 7 au 10 mai 2020 et prévues jusqu’au 17 mai 2020 sur plusieurs postes météo de l’est de la France

La sélectivité physiologique mise à mal par la baisse des températures

Les températures froides non gélives n’ont pas d’impact direct sur le maïs aux stades actuels. En l’absence d’application herbicide récente, les cultures vont ralentir momentanément leur croissance puis repartir de plus belle aux beaux jours.

Toutefois, le temps froid réduit la capacité du maïs à détoxifier correctement les herbicides, les rendant moins sélectifs. La sélectivité des herbicides repose sur l’aptitude de la substance active à détruire les adventices sans nuire à la culture. Par temps poussant (températures élevées, faibles amplitudes thermiques, rayonnement, absence de stress hydrique…), les maïs/sorgho détoxifient sans problème. Néanmoins, des températures froides ralentissent le métabolisme de la culture et donc la détoxification.

Conséquence : des symptômes de phytotoxicité peuvent alors apparaitre sur maïs. Les prévisions annoncent tout de même une remontée progressive des températures d’ici le 15 mai, accompagnée d’un rayonnement favorable à la reprise de détoxification. Les cultures devraient donc repartir dans une croissance habituelle et effacer progressivement les potentiels stigmates de cette période désagréable.

A l’instar du maïs, l’impact des températures froides sur la détoxification se vérifie également pour le sorgho.

Reconnaître des symptômes de phytotoxicité

Pour les semis tardifs de début mai, l’humidité du sol après les pluies a été profitable aux herbicides racinaires. Les conditions poussantes du week-end du 8 mai ont favorisé leur absorption par les adventices, mais aussi par les maïs/sorgho (via le coléoptile par exemple). De fortes pluies ont également pu faire descendre les substances actives au niveau de la zone d’absorption des cultures.

Les symptômes de phytotoxicité diffèrent selon les molécules (figure 2).

Figure 2 : Symptômes de phytotoxicité occasionnés par des herbicides racinaires sur maïs

Pour en savoir plus, consultez les fiches accidents maïs.

Pour les semis précoces de début avril, l’hygrométrie et les faibles amplitudes thermiques ont permis d’appliquer des herbicides foliaires début mai. Là encore, les symptômes de phytotoxicité diffèrent selon les familles chimiques (figure 3).

Figure 3 : Symptômes de phytotoxicité occasionnés par des herbicides foliaires sur maïs

Pour en savoir plus, consultez les fiches accidents maïs.

Les conditions climatiques avant et après le traitement interviennent sur la sélectivité et l’efficacité des produits (tableau 1). À titre d’exemple, des conditions stressantes avant l’application d’herbicides foliaires systémiques, suivies de conditions poussantes provoquent moins de risque de phytotoxicité que l’inverse.

Tableau 1 : Impacts des conditions d’application sur la sélectivité et l’efficacité des herbicides foliaires systémiques

Maïs/Sorgho : Des stades critiques pour appliquer des herbicides

Tout herbicide est fortement déconseillé au stade pointant, en raison du manque de sélectivité des maïs/sorgho à ce stade.
Pour appliquer des herbicides de postlevée, il convient d’attendre le stade 2-3 feuilles des cultures.
Pour le maïs, après le stade 6 feuilles, la plante devient mouillable, avec un meilleur étalement des gouttelettes et une meilleure pénétration des herbicides. L’application d’herbicides est alors déconseillée. On parle ici de sélectivité morphologique. Si une application est indispensable, une réduction de dose et une application dirigée sur l’inter-rang sont recommandées.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 15 mai 2020 par BASTIEN

Les températures étaient de -2 degré C à 6 heures du matin et ne sont pas remontées vite le matin sur du maïs à 4 feuilles...Le maïs est bien choqué...Application trois jours avant 0.3 calisto + 0.25 fluoroxipyr...Faible dose. pour l'instant ce sont les effets du gel que l'on voit.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10