En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Passage d’un tracteur pour le désherbage du maïs en 2019 Poitou-Charentes Messagerie Poitou-Charentes

Maïs : des conditions favorables au désherbage de prélevée

11 avril 2019

Le retour des pluies depuis la semaine dernière ouvre un créneau favorable au désherbage de prélevée dans les parcelles de maïs.

Les semis de maïs ont débuté dans la région depuis fin mars, dans des conditions climatiques relativement favorables. Le temps sec et venteux de la dernière décade de mars n’avait toutefois pas permis d’effectuer des passage de prélevée dans de bonnes conditions pour ces semis précoces.

Un régime d'averses depuis dix jours favorable au passage de prélevée

Deux critères doivent être respectés pour assurer la bonne efficacité des produits racinaires appliqués en prélevée :
- une préparation de sol soignée, favorable à l’efficacité et à la sélectivité des herbicides,
- une humidité de surface correcte et/ou au moins 10 mm de pluie dans les 10 jours après application, nécessaires pour une bonne activation des herbicides.

Depuis le 25 mars, quelques pluies éparses d’intensité variable ont eu lieu dans la région, offrant des conditions plus favorables aux applications de prélevée. Le cumul de pluies varie selon un gradient Nord-Sud : plus sec au Nord avec moins de 10 mm cumulés, et plus arrosé au Sud, avec parfois plus de 20 mm (figure 1).

A noter que des températures froides peuvent réduire la sélectivité en limitant la détoxification par la culture.

Figure 1 : Cumul de pluies (en mm) du 25 mars au 6 avril 2019.

Une stratégie « pré puis post » pour les problématiques de flore complexe et/ou difficiles, particulièrement en semis précoce

La stratégie de prélevée relayée par une intervention de postlevée est à privilégier. Elle est incontournable dans les situations attendues de forte présence de graminées ou de certaines dicotylédones (sétaires résistantes au nicosulfuron, véroniques de perse...). Outre l’efficacité sur les premières levées, c’est essentiellement la rémanence qui confère au programme sa robustesse.

De nouvelles recommandations sur l’utilisation du S-métolachlore

Les conditions d’utilisation du S-métolachlore recommandées par les firmes (Syngenta, Phyteurop, Protex et Sapec Agro) évoluent en vue de pérenniser la présence de cette molécule dans la gamme des herbicides maïs et sorgho :

► Limiter la dose maximale de S-métolachlore sur maïs conventionnel à 1000 grammes de substance active par hectare (soit Dual Gold safeneur 1,09 l/ha, Camix 2,5 l/ha, Mercantor Gold 1,04 l/ha).

Bien que ces recommandations n’aient à ce jour aucune obligation légale, il n’en demeure pas moins vrai que la durabilité du désherbage du maïs, notamment la gestion des graminées en prélevée, doit passer par un raisonnement plus fin du choix des produits et de leurs doses d’emploi.

Ainsi, depuis plusieurs années, ARVALIS met en place des essais afin d’évaluer l’efficacité de différentes solutions alternatives permettant de réduire le recours aux herbicides de la famille des chloroacétamides.

Néanmoins, dans les situations à forte pression en graminées estivales, notamment sur des parcelles à teneur en matière organique élevée ou en cas de résistance au nicosulfuron, il peut s’avérer nécessaire de mettre en œuvre des doses supérieures d’antigraminées racinaire de groupe K3, sans dépasser les doses actuellement homologuées, en alternant les substances actives ou en les associant.

Tableau 1 : Exemples d’herbicides maïs pour la prélevée

Le passage de postlevée faisant partie intégrante du programme dès sa conception, il n’y a pas nécessairement d’intérêt à trop augmenter le coût dès la prélevée. Néanmoins, lorsque certaines adventices difficiles sont attendues en très fortes densités, un renforcement ciblé en prélevée est possible :
• pendiméthaline : intérêt majeur sur renouée des oiseaux, quelques graminées (vulpin, pâturin) et dicotylédones classiques. Peu d’intérêt sur renouée liseron, géraniacées, mercuriales, crucifères…
• thiencarbazone-méthyl : intérêt majeur sur renouée des oiseaux et renouée liseron… mais faible sur mercuriale.
• isoxaflutole (IFT) : intérêt manifeste sur ambroisie, crucifères, dicotylédones classiques, lamier, linaires… mais nul à faible sur renouées, mercuriale, géraniacées…

Passage de la herse étrille à l’aveugle possible au retour de conditions séchantes

Les récentes pluies ont activé les levées d’adventices : le passage d’une herse étrille ou d’une houe rotative « à l’aveugle » (avant la levée du maïs) pourra alors être envisagé. Attention toutefois aux conditions de sol requises pour assurer une certaine efficacité de ces outils : les sols doivent être bien ressuyés, finement préparés et bien nivelés.

Le passage d’une herse ou d’une houe rotative demande également des conditions séchantes après intervention pour limiter le repiquage des adventices déracinées et les nouvelles levées d’adventices. Ces conditions sont indispensables à la bonne efficacité de l’intervention. En cas d’infestation importante de graminées, même employés au stade optimal des adventices (« filament blanc »), ces outils de désherbage mécanique présentent une efficacité variable qui peut s’avérer insuffisante pour gérer à eux seuls cette famille d’adventices.

Enfin, les situations avec beaucoup de résidus de culture en surface sont peu adaptées à une intervention mécanique.

Le rattrapage de postlevée sera à calibrer par la suite selon la flore présente et les éventuelles relevées.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10