En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Degat de taupin sur un tubercule de pomme de terre Ravageurs des pommes de terre

Lutte contre les taupins : appliquer un traitement insecticide du sol

03 juin 2013

Les attaques tardives de taupins sur les tubercules fils peuvent causer d’importants dégâts. Le traitement insecticide du sol est la lutte autorisée et la plus appropriée, mais elle ne suffit pas toujours. La lutte doit être réalisée sur l’ensemble des cultures de la rotation pour pouvoir contrer ce ravageur.

Une recrudescence des attaques de taupins est constatée depuis une dizaine d’année sur diverses cultures : céréales à paille, maïs, diverses cultures légumières, prairies, et pomme de terre. Elle semble être la conséquence de l’abandon des traitements insecticides de sol en plein en particulier le lindane, interdit d’emploi depuis le 1er juillet 1998.

Seule la larve du taupin occasionne des dégâts aux cultures. Elle se reconnaît par sa couleur jaune paille, sa forme étroite et allongée, ainsi que sa cuticule résistante, d’où son nom de « larve fil de fer ». Sa taille varie de 3 à 25 mm selon le stade et l’espèce. L’adulte ne s’attaque pas aux cultures mais recherche des lieux de pontes favorables, c'est-à-dire un couvert végétal qui permet de protéger œufs et larves du dessèchement. Les prairies restent les lieux de pontes les plus favorables aux taupins, mais le maïs, la pomme de terre et les céréales à paille sont également appréciés. Les crucifères en revanche semblent peu les attirer. La larve de taupin se développe en 5 ans avant de devenir adulte, sauf l’espèce Agristis sordidus qui réalise son cycle plus rapidement et de manière variable. Cette espèce semble en recrudescence dans certaines régions et rend la lutte contre le taupin encore plus difficile (prolifération plus rapide), d’où la nécessité de lutter sur toutes les cultures de la rotation en cas de présence sur sa parcelle.

Au sommaire :
- Des attaques tardives sur tubercules fils, très difficiles à maîtriser
- Appliquer en préventif un insecticide du sol
- Un risque accru derrière prairie

Des attaques tardives sur tubercules fils, très difficiles à maîtriser

Au moment de la plantation des pommes de terre, les larves de taupins ne sont pas ou très peu actives et les attaques éventuelles des tubercules mères sont sans conséquence, sauf exception, pour la croissance des plantes. En revanche, à partir des mois de juillet et août, les taupins sont d’autant plus actifs que l’irrigation les maintient dans la butte. Lorsque les buttes s’assèchent, les larves trouvent dans les tubercules fils développés l’humidité et la nourriture idéales à leur croissance. Au-delà des pertes de rendement, les trous ou galeries causés par les taupins compliquent la commercialisation des tubercules.



Haut de page

Appliquer en préventif un insecticide du sol

La seule solution de lutte chimique pour lutter contre le taupin consiste à appliquer de façon préventive un insecticide et à l’incorporer au sol juste avant plantation ou dans la raie de plantation. Cependant, les produits homologués sur pomme de terre ne sont pas suffisamment persistants pour protéger efficacement les tubercules fils dans les dernières semaines de leur développement. Pour gagner en persistance d’action, il est conseillé d’appliquer les produits de protection une quinzaine de jours après la plantation avant de réaliser le buttage définitif. Malgré tout l’efficacité risque d’être insuffisante en cas de récolte trop tardive. Une récolte précoce permet de limiter ces attaques.



Haut de page

Un risque accru derrière prairie

Les risques d’attaque de taupins sont particulièrement élevés derrière une prairie ou une jachère. Aussi, avant une remise en culture de la parcelle, il est conseillé de retourner la prairie en fin d’été plutôt qu’au début du printemps suivant pour éliminer une plus grande fraction de la population (œufs, jeunes larves). Il est également conseillé de ne pas implanter de pomme de terre dans les deux ans suivant le retournement, la deuxième année étant la plus à risques. Durant la première année, les larves se nourrissent de la matière végétale enfouie.

Haut de page

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10