En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Fusariose vasculaire sur lin : Quand les tiges sont mourantes, le champignon apparaît sous forme d'un mycélium blanc-rosé au niveau du collet et les racines présentent une couleur bleu-gris avec d’importantes nécroses. Protection du lin fibre

Les maladies observables en végétation : la fusariose vasculaire

24 janvier 2011

Les maladies observables en végétation qui affectent le lin fibre aux différents stades de son développement sont toutes dues à des champignons pathogènes, certains présents dans le sol (telluriques), d’autres se propageant par voie aérienne.
Les maladies du lin s’expriment dès les premiers stades de croissance des plantes jusqu’au rouissage. Leur développement est pour l’essentiel dû à des stress. Zoom sur la fusariose vasculaire.


Symptômes
Les symptômes peuvent apparaitre dès le stade 40 cm ─ avant la formation des boutons floraux ─ jusqu’à la maturité des lins. Quelques plantes éparses montrent un jaunissement unilatéral caractéristique qui affecte d’abord les feuilles situées sur de mêmes lignes d’insertion. Ce changement de couleur s’étend rapidement à toutes les autres feuilles et aux plantes avoisinantes. Celles-ci se dessèchent et tombent prématurément. Les tiges prennent une couleur rougeâtre.

Quand les tiges sont mourantes, le champignon apparaît sous forme d'un mycélium blanc-rosé au niveau du collet et les racines présentent une couleur bleu-gris avec d’importantes nécroses.

Dans une linière, la maladie peut concerner des zones localisées ou s’étendre à toute la parcelle.

Une attaque précoce peut engendrer la destruction totale d’une linière.

Agent responsable
La fusariose est causée par Fusarium oxysporum f. sp. lini. Ce champignon du sol pénètre les plantes par leurs racines à la faveur de blessures mécaniques, de lésions causées par des ravageurs ou inhérentes à la présence d’autres pathogènes. Il se propage dans les tiges par les vaisseaux conducteurs de sève qu’il obstrue, perturbant leur alimentation en eau.

Fusarium oxysporum f. sp. lini produit des spores à la surface des tissus infectés et des graines.

Les semences peuvent être une source d'inoculum. Le rouissage à terre favorise le retour des spores au sol. En terre, celles-ci peuvent rester viables pendant plus de dix ans.

Conditions favorables
La fusariose vasculaire du lin est favorisée par :

  • un pH inférieur à 6,5 ;

  • des conditions humides ;

  • une température du sol supérieure à 25 °C ;

  • un affaiblissement des lins (fonte de semis, mauvaise structure en limons battants, etc.).

Moyens de lutte
Aucun produit phytosanitaire n’est efficace contre cette maladie.
Les moyens de lutte existants ne sont que préventifs ; ils s’orientent vers le choix, dans la rotation, d’espèces peu sujettes à la fusariose vasculaire (légumineuses, avoine, etc.) et de variétés de lin peu sensibles.

Le CTPS a intégré dès 1997 un seuil éliminatoire des variétés de lin fibre les plus sensibles à la fusariose pour encourager la création de variétés tolérantes.

Conseils● Respecter un intervalle d’au moins 6 ans entre deux lins ;
● Rechercher la meilleure préparation de sol et semer dans une terre ressuyée ;
● Nettoyer soigneusement les matériels de récolte (y compris les pneus) ;
● Détruire les débris végétaux contaminés pour réduire le potentiel infectieux ;
● Arracher le plus tôt possible les lins qui expriment la fusariose, pour enrayer la propagation de la maladie et préserver un rendement.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10