En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Attaque de septoriose sur lin : taches brunes plus ou moins arrondies avec pycnides sur les feuilles supérieures Protection du lin fibre

Les maladies observables en végétation : la septoriose

24 janvier 2011

Les maladies observables en végétation qui affectent le lin fibre aux différents stades de son développement sont toutes dues à des champignons pathogènes, certains présents dans le sol (telluriques), d’autres se propageant par voie aérienne.
Les maladies du lin s’expriment dès les premiers stades de croissance des plantes jusqu’au rouissage. Leur développement est pour l’essentiel dû à des stress. Zoom sur la septoriose.


Symptômes

La septoriose se manifeste le plus souvent après la floraison. Des taches brunes et circulaires apparaissent sur les feuilles. Les symptômes gagnent ensuite les tiges sur lesquelles des bandes alternées vertes et brunes se dessinent, donnant aux plantes malades un aspect zébré caractéristique. Une défoliation et un desséchement des tiges marquent l’évolution de la septoriose. Les tissus infectés présentent des pycnides (fructifications asexuées) noires qui contiennent les spores du champignon. Les sépales entourant les capsules brunissent.

En cas de forte attaque, l’épiderme des tiges puis les faisceaux de fibres se déchirent, les capsules avortent ou renferment des graines contaminées.

Les parcelles sévèrement touchées peuvent présenter des pertes de rendement en fibres et en graines supérieures à 30 %. Cela s’explique en grande partie par la prédominance de variétés sensibles à la maladie.

Agent responsable
Septoria linicola est le champignon vecteur de la maladie. Les périthèces formés sur résidus de culture libèrent à l'automne des ascospores responsables des contaminations primaires. Les spores libérées constituent ensuite le moteur de l'épidémie. Leur propagation se fait au moyen des éclaboussures de pluie et du frottement des feuilles les unes contre les autres. La progression de la maladie se fait donc de la base vers le haut des plantes. Si les feuilles du haut sont atteintes, celles du bas le sont donc aussi. La phase d'incubation (apparition des premiers symptômes et des pycnides) est longue (15 à 20 jours).

L'infection peut également être dispersée via les semences contaminées.

Conditions favorables
Le champignon se manifeste de façon massive :

  • après un printemps humide, combiné à un temps humide et doux au moment de la floraison ;

  • en cas d’averses fréquentes ;

  • si les densités de semis sont élevées.

Toutes les variétés sont sensibles à la maladie.

Moyens de lutte
Pour prévenir la maladie, les mesures prophylactiques classiques sont de mise.

Contre une septoriose déclarée, la lutte chimique est le seul recours (dépliant ARVALIS - Institut du végétal). Un traitement dès l’apparition des premiers symptômes permet de limiter les attaques foliaires et d’enrayer la poursuite de l’épidémie (effet curatif) tout en empêchant la contamination des nouveaux étages foliaires (effet préventif).

Conseils● Semer dans des proportions convenables (densité < 1 600 plantes/m2) ;
● Ne laisser aucune chance de développement aux repousses et aux adventices ;
● Suivre les avertissements qui alertent sur le niveau de risque de l’année et permettent de positionner au mieux un traitement.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10