Fleur de lin Webinaire en Replay

Lin fibre : quoi de neuf en matière de protection intégrée ?

03 février 2022

La productivité des linières peut être affectée par de nombreux bioagresseurs. Le point sur les dernières avancées en matière de gestion des altises, de la septoriose et des mauvaises herbes.

Visionnez le replay du webinaire du 10 décembre 2021 (1h30)

Au sommaire de ce webinaire :
Altises sur lin : caractériser le risque à la parcelle et lutter dès le début de campagne
Nouveautés herbicides : quelle efficacité en attendre ?
Désherbage mécanique : quelle faisabilité dans les linières ?
Quels sont les moyens de lutte efficaces contre l’oïdium et la septoriose ?
Faire les bons choix pour limiter les risques de verse

Altises sur lin : caractériser le risque à la parcelle et lutter dès le début de campagne

Les résultats d’une étude concernant la caractérisation du risque altise ont permis de mettre en évidence différents points :
- Les dégâts d’altises ne sont pas entièrement corrélés à l’abondance d’altises dans les parcelles.
- La présence de mottes favorise les populations d’altises ainsi que les dégâts causés par l’insecte.
- Il y a davantage d'altises dans les sols ayant une texture sableuse.

Afin de limiter au maximum les dégâts d’altise, il est important d’effectuer une surveillance régulière des parcelles et d’évaluer le risque à l’aide de la grille de décision développée par l’institut.

Le premier levier de lutte contre les altises reste le levier agronomique : plus le lin met du temps pour lever, plus il sera sensible aux morsures d’altises. Il faut donc favoriser une levée rapide et homogène de la linière. Pour cela, il est recommandé de semer dans un sol ressuyé sur 30 cm, réchauffé, avec peu de mottes.

ARVALIS met en place des essais afin d’évaluer différentes solutions directes pour lutter contre ces ravageurs du lin. L’ensemble des solutions testées permet d’obtenir une diminution des dégâts d’altises par rapport à un témoin non traité. Néanmoins, les solutions les plus efficaces restent celles avec Karaté Zéon ou bien Trebon. Retrouvez toutes nos préconisations dans le guide Choisir et décider.

Retour au sommaire

Nouveautés herbicides : quelle efficacité en attendre ?

En 2020 et 2021, ARVALIS a évalué l’efficacité et la sélectivité d’un nouvel herbicide homologué sur lin : le Fox. Ce produit de postlevée à base de Bifénox est efficace sur les dicotylédones. Au cours des deux années d’évaluation, ARVALIS a pu observer des problèmes de phytotoxicité à l’origine de pertes de rendement suite à l’application de cette nouvelle spécialité. Pour cette raison, l’institut ne recommande pas ce produit sur lin fibre.

ARVALIS a également évalué un produit homologué depuis septembre 2021 : Allié SX. Ce produit à base de Metsulfuron-méthyl est efficace sur dicotylédone et n’engendre pas de problème de sélectivité. Pour une intervention efficace, il est important d’avoir une bonne implantation de la culture, une linière homogène et sans double levée. L'institut recommande d’utiliser Allié SX entre les stades 3 cm et 10 cm. La dose maximale autorisé sur lin fibre de printemps est de 25 g/ha.

Retour au sommaire

Désherbage mécanique : quelle faisabilité dans les linières ?

Le désherbage mécanique sur la culture du lin de printemps est une pratique difficile à mettre en place mais toutefois possible. En effet, le nombre de jours disponibles pour le passage d’outils mécaniques est faible puisqu’il doit, d’une part, prendre en compte le stade du lin : pas de passage avant les stade 2-3 cm, il faut attendre que le lin soit bien enraciné pour ne pas stresser la plante. Pas de passage non plus au-delà de 15 cm, le lin est trop haut (problème avec le GPS de la bineuse).

D’autre part, il faut également prendre en compte le stade des adventices : pas de passage après le stade filament blanc pour la herse et pas de passage après le stade 3 feuilles pour la bineuse. Au-delà, l’efficacité des outils est réduite.

ARVALIS n’a pas encore mis en avant un outil plus efficace qu’un autre. La réussite du désherbage dépend essentiellement des conditions de passage. Pour cela, il est recommandé de travailler sur un sol sec, bien ressuyé, non battant, finement préparé, bien nivelé avec absence de cailloux ou de résidu de culture. Pour éviter le repiquage des adventices, il ne faut pas intervenir si des précipitations sont prévues dans les 3 jours suivants le passage de l’outil.

Retour au sommaire

Quels sont les moyens de lutte efficaces contre l’oïdium et la septoriose ?

En 2021, une pression septoriose a pu être observée en raison des conditions très humides du printemps. ARVALIS a profité de ces conditions pour évaluer l’effet des stratégies de lutte contre l’oïdium sur de la septoriose. L’intérêt de l’Héliosoufre S sur la septoriose reste encore à confirmer. L’utilisation d’une spécialité à base de Difenoconazole (Score, Invictus) est également envisageable dans la lutte contre la septoriose pour une intervention précoce.

En cas d’intervention plus tardive, un essai d’opportunité mis en place sur la plateforme d’Epreville-près-le-Neubourg a permis de montrer une efficacité supérieure avec Amistar Gold à 0,5 l/ha.

Il est à noter qu’aucun effet vert n’a pu être observé dans ces conditions d’applications.

L’aspect tolérance variétale à l’oïdium a également pu être étudié cette année. On observe un gain de rendement des variétés tolérantes par rapport aux variétés sensibles sur les témoins non traités. Cependant, les variétés sensibles répondent mieux aux applications de fongicides. Aujourd’hui, la solution de biocontrôle testée la plus efficace est l’Héliosoufre S. ARVALIS a déposé une demande de dérogation pour l'utiliser. D’autres solutions de biocontrôle testées seules ou en association permettent d’avoir un gain de rendement par rapport au témoin non traité. ARVALIS continue ses recherches sur ces nouvelles stratégies de protection.

Retour au sommaire

Faire les bons choix pour limiter les risques de verse

Afin de limiter le risque verse sur lin, trois critères sont à prendre en compte : le choix variétal, la densité de plantes et la fertilisation azotée. Une fertilisation azotée trop importante peut accentuer le risque verse.

Différentes solutions permettent d’obtenir un gain de rendement en situation de verse. Il s’agit du Toprex et du Caryx dont les doses sont à ajuster selon le risque évalué préalablement. En effet, l’application de régulateur demande de bien évaluer les risques de sa parcelle puisque leur utilisation engendre une diminution de la hauteur et du rendement en conditions non versantes.

Pour évaluer le risque verse de sa parcelle de lin fibre, ARVALIS a élaborer une grille, consultable dans cet article.

Retour au sommaire

La vidéo ne s’affiche pas ?Si vous ne voyez pas de vidéo dans l’article, pensez à autoriser les cookies pour Youtube en cliquant sur l’icône en bas à droite de la page icône citron

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10