En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
plantes de pâturin dans une ligne, rangée de jeunes plantes de lin : cotylédons Messagerie Normandie / Hauts-de-France

Le désherbage du lin fibre de printemps commence dès le semis

25 mars 2021

La gestion des adventices est un enjeu important dans l’itinéraire technique du lin fibre. Non seulement, elles exercent une concurrence tout au long du cycle de culture, mais elles dégradent également la qualité des travaux de récoltes par la présence de fibres autres que celles du lin. Selon les espèces présentes, les conséquences sur la culture ne seront pas les mêmes. Il faut donc raisonner le désherbage en priorisant la destruction des adventices les plus néfastes.

Raisonner la gestion des adventices à l’échelle du système

Comme pour toutes les cultures, le travail du sol (déchaumage, pré-semis) permettra de réduire la pression des mauvaises herbes. Un sol actif biologiquement, dans un état favorable et une implantation réussie permettra à la plante de croitre plus rapidement et ainsi de mieux livrer concurrence aux adventices malgré un faible pouvoir couvrant.

L’alternance de culture d’hiver et de printemps ainsi que l’allongement et la diversification des rotations permettront de casser la dynamique d’évolution des adventices. Enfin, la mise en place d’un couvert fera concurrence aux adventices, sa destruction sera également l’occasion de réduire la pression des mauvaises herbes.

Prévoir, avec le désherbage de pré-semis

Dans les situations de forte infestation de vulpin ou de raygrass avec, ou non, la suspicion d’une résistance, il convient d’anticiper les problèmes et d’intervenir avant le semis.

Pour cela, l’utilisation d’Avadex 480 (triallate), en incorporation lors du semis, est l’une des meilleures stratégies. Avec un potentiel d’environ 80 % d’efficacité sur la flore de graminées, son utilisation est un levier intéressant mais ne dispense pas de rattrapage en cours de végétation dans les situations critiques.

Pour optimiser son efficacité, il convient d’épandre le produit sur un sol homogène et de l’incorporer le plus rapidement possible.

Anticiper, avec le désherbage de prélevée

Dans une parcelle avec une forte pression en dicotylédones (arroches, pensées, véroniques et chrysanthèmes des moissons,…), l’application de solutions de prélevée est recommandée.

Deux matières actives sont aujourd’hui disponibles : la mésotrione (Callisto®, Calliprime Xtra®…) et la sulcotrione (Decano®…).

En présence d’une flore composée de renouées, de repousses de colza, de chénopodes et de sanves, ces herbicides de prélevée à large spectre peuvent présenter une efficacité limitée notamment sur les renouées liserons. Un désherbage de rattrapage peut alors s’avérer nécessaire.

Rattraper avec le désherbage de postlevée

L’efficacité et la sélectivité du désherbage de postlevée sont conditionnées par plusieurs facteurs :
- Le stade des adventices ne doit pas excéder 3 feuilles étalées (l’optimum se situe entre le stade cotylédons et le stade 2-3 feuilles),
- Le lin est dans un état végétatif correct et en conditions poussantes.
- En cas d’utilisation d’un herbicide racinaire, les racines du lin doivent être pivotantes et non uniquement étalées dans l’horizon superficiel : la profondeur d’enracinement est supérieure ou égale à 10 cm.
- L’amplitude thermique ne dépasse pas 10°C entre le jour et la nuit.

Tableau 1 : Exemple de programme de désherbage sur lin fibre de printemps

Pour des raisons de sélectivité, une solution herbicide antigraminées ne se mélange pas à une solution antidicotylédones. Un délai de 7 à 10 jours entre les applications de ces deux solutions est nécessaire.

Les évolutions réglementaires concernant les herbicides et le développement des résistances à certains d’entre eux incitent à introduire d’autres leviers de désherbage. Pour cela, en postlevée, il est possible de réaliser un désherbage mécanique. Cette solution est étudiée par ARVALIS depuis quelques années. L’utilisation de différents outils de travail du sol comme la herse étrille ou la houe rotative semble prometteuse, en particulier sur les crucifères, les arroches et les fumeterres. Attention toutefois à prendre en compte la diminution possible du peuplement lié au passage des outils mécaniques.

L’ensemble des solutions herbicides disponibles ainsi que les résultats des essais désherbage mécanique sont présentés dans l’édition 2021 du Choisir et Décider lin fibre.

Attention au risque de phytotoxicité

Pour limiter les risques de phytotoxicité, quelques vérifications s’imposent avant d’intervenir : le stade de culture, la dose d’application, la compatibilité des mélanges (antigraminées/antidicotylédones), le bon rinçage du pulvérisateur.

Certaines conditions d’application présentent des risques d’accident et sont à éviter : excès d’eau ou déficit hydrique important, fortes amplitudes thermiques, faible hygrométrie, vent desséchant.

Tableau 2 : Conditions de traitement conseillés en fonction du type de produit utilisé

Retrouvez le bilan d’activités lin fibre d’ARVALIS en vidéo :

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10