En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Levée du lin fibre d’hiver, avant désherbage de postlevée, en Hauts de France en 2021 Messagerie Normandie / Hauts-de-France

Lin fibre d’hiver : raisonner la lutte contre les adventices

30 septembre 2021

Pour réussir la lutte contre les adventices en lin fibre d’hiver, il est nécessaire de combiner leviers agronomiques et applications d’herbicides. Présentation des stratégies de désherbage possibles en présence de graminées et dicotylédones.

Différentes stratégies existent pour gérer la pression adventice en lin fibre d’hiver. Avant tout, il faut miser sur la lutte agronomique. Par exemple, la mise en place de faux-semis durant l’interculture permet de réduire de manière conséquente les adventices. Cependant, ces leviers agronomiques très dépendants des conditions météorologiques ne suffisent pas et nécessitent bien souvent d’être associés à de la lutte chimique.

Les stratégies de désherbage vont ainsi dépendre de la période d’infestation, des types d’adventices présentes dans la parcelle, de l’état de la culture ainsi que des conditions météorologiques.

Les moyens de lutte agronomique

La lutte agronomique peut s’appuyer sur plusieurs leviers :
- Réaliser un faux-semis quelques jours avant de semer.
- Labourer si nécessaire : en effet, le labour permet de diminuer le stock semencier de certaines espèces de graminées (efficace sur bromes, vulpin, ray-grass).

Dans les situations pour lesquelles les faux-semis sont impossibles ou difficilement mis en œuvre, le labour permet de lutter efficacement contre les repousses.

- Réaliser un semis en bonnes conditions pour favoriser une levée rapide et homogène, ce qui permet une meilleure concurrence vis-à-vis des adventices.

Ces leviers à mettre en œuvre avant le semis viennent en complément d’autres leviers de gestion de la parcelle en amont, comme l’allongement des rotations, l’alternance de culture d’hiver et de printemps, la réalisation d’un labour occasionnel, la mise en place de couverts en interculture… qui permettent de diminuer les stocks semenciers des adventices concurrentes de la culture.

Néanmoins, dans beaucoup de situations, des interventions en cours de culture sont nécessaires.

Maîtriser les graminées

Les interventions de présemis

Dans les parcelles où l’infestation en graminées (vulpies, ray-grass, vulpins…) est importante, avec ou non la suspicion d’une résistance, l’anticipation des problèmes en cours de végétation est primordiale.

L’utilisation d’Avadex 480 (triallate), en incorporation lors du semis, est l’une des meilleures stratégies.

Avec environ 80 % d’efficacité sur la flore graminée, son utilisation est un levier indispensable mais ne dispense pas de rattrapage en cours de végétation dans les situations critiques.

Pour optimiser son efficacité, il convient d’épandre le produit sur un sol homogène et de l’incorporer le plus rapidement possible le jour du semis.

En rattrapage

Dans la situation d’une forte infestation de graminées, il est encore possible d’intervenir avant l’hiver.

L’utilisation de spécialités à base de cléthodime (Foly R…) associées à de l’huile végétale et Actimum (sulfate d’ammonium) est envisageable si les conditions climatiques le permettent (absence de gel, faible amplitude thermique).

Si l’infestation est modérée, la présence de graminées à cette période de l’année ne pose pas de problème à la culture du lin. Au moment de la reprise de végétation, au printemps, il est alors possible d’intervenir contre les dicotylédones ou les graminées en fonction de la flore présente.

Figure 1 : Proposition de stratégies de désherbage pour gérer une flore graminée
Proposition de stratégies de désherbage pour gérer une flore graminée

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

En présence de dicotylédones

Pas de prélevée réellement possible…

A l’automne, la sulcotrione, avec la spécialité Decano, n’est pas autorisée.

Et l’utilisation de mésotrione (Callisto, Calliprime Xtra…) n’est pas recommandée. En effet, le manque de données sur les transferts de cette molécule dans les eaux sous-terraines incite à être prudent à cette période.

Intervenir en postlevée

Dans la situation d’une forte infestation de dicotylédones, il est possible d’intervenir avant l’entrée de l’hiver avec Chekker (amidosulfuron et iodosulfuron) ou Allié SX (metsulfuron-methyl), récemment homologué sur la culture.

Lors de la reprise de végétation, selon la flore présente, il existe Chekker, Allié SX, Gratil, Basagran SG ou encore Metiss. Le choix de la ou des spécialités doit tenir compte aussi de l’état de la culture (homogénéité, stade, enracinement) et des conditions climatiques (figure 2).

ATTENTION : il est préférable de positionner, si besoin, l’antigraminées dans un premier temps, puis l’intervention contre les dicotylédones quelques jours (10) plus tard.

Figure 2 : Proposition de stratégie de désherbage pour gérer une flore dicotylédone
Proposition de stratégie de désherbage pour gérer une flore dicotylédone

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Respecter les conditions d’utilisation de certaines spécialités :

Pour Chekker, l’utilisation est interdite en sols drainés ayant une teneur en argile supérieure à 45 %.

Basagran SG est à éviter dans les zones de captages classées AAC ou AAC Grenelle.

Et Allié SX doit être appliqué à la dose maximum de 15 g/ha à l’automne et 25 g/ha au printemps, avec 1 seule application par an et par culture.

Concernant l’utilisation du Gratil (amidosulfuron), rappelons que la réglementation actuelle autorise une seule application par an pour un usage au printemps, et une seule application tous les deux ans pour un usage automnal, afin d’éviter deux applications successives du produit à l’automne puis au printemps.

Tableau 1 : Conditions en fonction de la nature du produit appliqué
Conditions en fonction de la nature du produit appliqué

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10