En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Les différents renseignements sur les apports d’azote Azote et blé tendre

Les Vrai/Faux de la fertilisation

28 février 2019

Pour chasser les idées reçues sur la fertilisation azotée des céréales à paille, ARVALIS – Institut du végétal vous propose une série de 10 fiches argumentées : « les Vrai/Faux de la fertilisation ».

Non, l’azote ne fait pas taller !

Le rythme d’émission des talles dépend essentiellement de la date de semis et non pas de la ressource azotée. L’azote apporté au tallage entretient des talles secondaires qui ne contribuent pas au rendement et favorisent la verse.

Pour en savoir plus, lire l’article complet.

Non, une unité de soufre ne se substitue pas à une unité d’azote !

Même si le soufre a une cinétique d’absorption analogue à celle de l’azote, le raisonnement de la fertilisation soufrée des céréales est indépendant de celui des apports azotés.

Pour en savoir plus, lire l’article complet

Oui, l’ammonitrate est la forme la plus efficace

L’urée, la solution azotée et l’ammonitrate n’ont pas les mêmes efficacités. Des essais ARVALIS – Institut du végétal ont comparé les écarts de rendement et de teneur en protéines entre ces différentes formes d’engrais à même dose totale.

Pour en savoir plus, lire l’article complet

Oui, il faut 15 mm de pluie pour valoriser un apport d’engrais azoté

Après apport d’un engrais azoté, 15 mm suffisent pour mettre l’azote à disposition des racines. Un délai de 15 jours suffit pour permettre une utilisation correcte de l’engrais et satisfaire à temps les besoins des plantes.

Pour en savoir plus, lire l’article complet

Non, il ne fait pas plus sec au moment du dernier apport d’azote

Les apports d’engrais azotés de fin de cycle réalisés à partir du stade dernière feuille (mi-avril à début mai) bénéficient en général de cumuls de pluie propices à leur valorisation dans la majorité des régions céréalières.

Pour en savoir plus, lire l’article complet

Non ! En cas de temps sec, les engrais azotés foliaires ne sont pas mieux valorisés que les engrais solides

Les engrais foliaires n’apportent pas une efficacité supérieure par rapport à l’ammonitrate. Et pour maximiser l’efficacité du dernier apport d’azote sur céréales, il est préférable d’utiliser un engrais solide.

Pour en savoir plus, lire l’article complet.

Oui, l’azote liquide apporté fin montaison peut brûler les feuilles

Pour les apports en fin de montaison, les solutions azotées sont moins efficaces que les autres formes d’azote et provoquent assez souvent des brûlures sur les dernières feuilles, notamment en cas d’utilisation de buses inadaptées.

Pour en savoir plus, lire l’article complet.

Oui, l’azote apporté jusqu’à début épiaison est valorisé en quintaux et en protéines

Il est toujours possible de corriger une carence en azote jusqu’à la fin de la montaison des céréales. La plante a capacité à convertir cet azote à la fois en grains et en protéine, sous réserve de cumuler une pluviométrie suffisante suite à l’apport d’engrais.

Pour en savoir plus, lire l’article complet.

Oui ! Mon outil de pilotage permet de réévaluer la dose d'azote totale en cours de campagne

Les outils de pilotage permettent de diagnostiquer l’état de nutrition azotée des plantes en cours de montaison et d’ajuster la dose prévisionnelle à la hausse comme à la baisse pour s’approcher de la dose optimale.

Pour en savoir plus, lire l’article complet.

Non, réévaluer sa dose d’azote ne nécessite pas de matériel de modulation des apports d’engrais

La modulation des apports d’engrais est souvent confondue avec le diagnostic de nutrition azotée réalisé sur les plantes. Même si les enjeux sont moins importants, cette technique peut être intéressante pour le dernier apport d’azote, surtout sur les parcelles les plus hétérogènes.

Pour en savoir plus, lire l’article complet.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

6 commentaires 15 mai 2019 par Docteur Du Sol

Premièrement : Je suis encore surpris de voir une telle animosité envers les "marchands d'engrais" ! La fertilisation est l'un des principaux facteurs de rentabilité sur une exploitation, contrairement à la ferraille... Deuxièment: Si la marge d'un "marchand d'engrais" vous dérange, ou de tout autre interlocuteur d'ailleurs, sachez messieurs, que nous sommes en mesure de nous interroger s'il faut utiliser des céréales françaises... Nous aussi, membres du para-agricole, mais également consommateurs pourrions avoir votre réflexe et nous détourner de vos produits. A l'heure où le peuple français se tourne de plus en plus vers les produits agricoles français, vous, agriculteurs, devriez vous en inspirer. Ce n'est pas en achetant de l'azote liquide, de l'urée ou de l'ammonitrate, produits d'importation par excellence que vous valorisez les entreprises para-agricole françaises. En france, il reste encore quelques fabricants industriels de la fertilisation qui innovent et investissent pour une agriculture performante, conventionnelle ou biologique. Sans efficience, l'engrais est encore trop cher... Pensez SOL, pensez plante, pensez Equilibre, pensez Agronomie... Bien à vous,

05 mars 2019 par MELLIN

dommage ce dernier commentaire, ce qui m'intéresse, c'est ma marge, pas celle du fabricant ou du vendeur. Si je ne veux pas laisser de marge à ces derniers, je ne leur achète rien et je n'épands rien. Sûr que la solution azotée apportée en bonnes conditions, sous une pluie suffisante, par exemple, arrive aux racines et volatilise moins d'ammoniaque.

04 mars 2019 par COLLIN

La solution liquide appliqué en bonne condition ne pollue pas plus qu'un autre engrais. Elle coûte surtout moins cher et laisse donc moins de marge aux vendeurs d'engrais !

04 mars 2019 par COLLIN

FAUX MAUGARS

03 mars 2019 par MAUGARS

La solution liquide devrait etre interdite car un quart de l/azote part dans l/atmosphère ce qui augmente la pollution.

01 mars 2019 par BEUZELIN

Pourquoi toujours promouvoir l’ammonitrate Et rejeter la solution liquide. Sûrement pas que des raisons agronomiques....

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10